Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
Pour la 2ème fois consécutive, je suis déçu par THQ. Sega nous offre de véritables bombes (Shinobi, Crazy Taxi) et les jeux sont inlassablement renvoyés au stade d'échec :-(!
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • Manque de fun
  • Trop pixélisé
  • Licence gâchée
0 commentaire(s)
Crazy Taxi : Catch a Ride
Par Goonpay, le 05 Octobre 2003

Un taxi qui doit conduire ses passagers là où ils le désirent et cela le plus rapidement possible malgré le trafic assez dense de la ville, voilà ce que proposait Crazy Taxi sur arcade, puis sur Dreamcast. THQ nous offre un portage du 1er opus sur GBA, mais malheureusement, c'est THQ...


En quelques mots ...

Le concept de Crazy Taxi est très simple et désormais connu de tous : vous êtes un chauffeur de taxi assez branché, vous prenez vos clients et devez les mener à destination le plus rapidement possible tout en essayant de les faire "tripper à mort" pour qu'ils vous ouvrent leur portefeuilles. Vous circulez dans une ville où la circulation et les éléments du décor sont propices aux plus grandes cascades et courses de vitesse. Bref, Crazy Taxi mise sur le fun, toujours le fun et encore le fun ! Tout d'abord, on remarque que le menu principal de cette version GBA a perdu quelques kilos, le menu Original ayant disparu. Passons directement aux modes "Crazy Taxi" et "Crazy Box". Le premier vous permet de jouer selon différentes règles (Normal, 3 Minutes, 5 Minutes et 10 Minutes) dans l'une des 2 villes proposées (la 2ème est à débloquer). Le second mode vous propose de remplir des petites missions qui peuvent s'assimiler à un entraînement. Il est composé de 9 missions (les supplémentaires ont disparu sur GBA). Les 4 conducteurs sont les mêmes : Axel, le jeune rebelle solitaire de 21 ans roulant dans son taxi des années 60 ; le très amical B.D Joe devenu chauffeur de taxi rien que pour rendre les gens heureux ; la très sexy Gena, vrai garçon manqué totalement accro de mécanique et enfin Gus, le gros fainéant de service. Pour ce qui est des clients, ils deviennent totalement inconnus (à vrai dire, on aurait du mal à les reconnaître) donc oubliez les punks, pasteurs et autres grand-mères fofolles. Les zones d'arrêt conservent leur schéma en fonction des couleurs. Avec un client rouge, la distance à parcourir sera courte et la taille de la zone d'arrêt sera assez grande, un client vert impose de grandes distances et une petite zone d'arrêt. Plus la couleur s'approche du rouge (ex : orange), plus elle correspond aux critères d'un client rouge et inversement pour le jaune par exemple. Le tarif de la ballade est calculé grâce à 3 critères : la distance, les pourboires (fournir sa dose de sensation au client) et les bonus (le conduire à destination le plus rapidement possible). Les habitués de Crazy Taxi ne seront donc pas trop dépaysés par la base du jeu. Par contre, pour le reste ...

#row_end




Vue d'ensemble 


La 3D s'intègre de plus en plus dans les jeux de course mais, à part le terrible V-Rally 3 et le futur très prometteur Stuntman (c'est la même équipe pour les 2 jeux), nous n'avons pas vraiment eu droit à de véritables jeux de qualité utilisant un moteur 3D mais il ne fait aucun doute que cela arrivera un jour ou l'autre. En tout cas, pour le moment, on oublie Crazy Taxi car le jeu en perd tout son sens. Le charme de Crazy Taxi provenait de la combinaison de 3 éléments : la musique, la vitesse et la maniabilité. Niveau sonore, les musiques sont identiques à la différence près qu'elles sont de bien moins bonne qualité, sans paroles, en mono (les écouteurs sont indispensables) et plus "électroniques". Les bruitages quant à eux sont très fidèles (c'est pas les folies bergères non plus ;-) ). Côté graphisme, on a de quoi être déçu car, en toute logique, l'écran se retrouve fortement pixélisé, les voitures deviennent des simples boîtes sauf pour la vôtre qui est heureusement plus détaillé (n'espérez quand même pas retrouver les plaques d'immatriculation de vos chers pilotes), les clients se ressemblent tous. Le clipping est assez important (en tout cas, celui de V-Rally se ressentait moins) et de nombreux bugs, principalement de collisions sont à noter (voitures qui passent un mur ou comme enfoncés dans la chaussée, etc...). La vitesse est plus ou moins au rendez-vous mais il manque un quelque chose pour retrouver le fun des précédents épisodes. La maniabilité n'arrange en rien la situation. Loin d'être désastreuse, elle n'égale en rien celle de son homologue Dreamcast. On retrouve donc les mêmes manoeuvres , c'est-à-dire le Crazy Dash (démarrage rapide), le Crazy Drift (dérapage), le Crazy Back Dash (marche arrière rapide) et le Crazy Back Drift (180°) qui s'effectue toujours de la même façon : changement de rapport + direction/accélération. Toutefois, les non-initiés auront beaucoup de mal à sortir ces mouvements dingues puisque aucune explication n'est présente ! La sensation de fun est beaucoup moins présente ce qui rend le jeu terriblement ennuyant et sans intérêt.

Crazy buyer !


Le test est à l'image de l'intérêt du jeu : très limité ! Le portage est assurément raté et à moins d'être un fan inconditionnel de la série, je vous déconseille fortement l'achat de ce soft. Pour preuve, tout de suite après y avoir joué, j'ai rebranché ma Dreamcast et Crazy Taxi pour me soulager dans mon désespoir !

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Game Boy Advance
Editeur
  • Sega
Développeur
  • Graphic State Limited
Genre
  • Course
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   9 juin 2003
   8 avril 2003
   Non prévue

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016