Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • Pas de mode multi
  • joueurs
  • Manque de mouvement dans les décors et de profondeur dans le jeu
0 commentaire(s)
Dragon Ball Z : L'héritage de Goku
Par Badi, le 30 Juillet 2003

Dragon Ball Z restera certainement l'une des séries les plus populaires des années 90. Le manga, tout comme le dessin animé, ont véritablement déchainés les foules. Ce sont toutes ces années et toute la nostalgie qui les entoure que nous allons retrouver aujourd'hui dans ce test.



L'annonce de la sortie d'un nouvel opus de Dragon Ball Z sur GBA n'est pas passée inaperçu. Il faut dire que ça aurait été difficile vu le nombre de fans que comporte encore cette saga quelques années maintenant après son arrêt. Les anciens jeux estampillés DBZ ont connu leur haut et leur bas, les épisodes SuperNes étaient excellents alors que l'on a plutôt été déçu par les versions PSOne. Alors, qu'en est il de cette version GBA ?


La présentation



Le jeu commence par quelques écrans titres. On appuit donc rapidement sur Start ce qui nous empèche de voir la séquence cinématique qui suit. Après les premières notes de la musique, on voit apparaitre le dragon sacré, les images s'enchainent ensuite. Le rendu est assez pixélisé mais pas assez pour nous empécher de remarquer la bonne qualité de l'animation. Le tout se termine sur une transformation de Goku, à ce moment, on a hâte de commencer le jeu. On remarque tout de suite à quelle époque on se situe. Ceux qui s'attendaient à voir Goten, Trunk ou encore Magin Bou seront déçus. Il faudra en effet se contenter de Crilin, Yamcha et Goten enfant. On se trouve en effet au moment où Goku a battu Picolo et où il ne sait pas encore se transformer en Super Sayen, Freezer est encore loin... Mais il arrivera bel et bien.



L'histoire



Goku prend un repos bien mérité, après sa victoire sur Picolo, chez l'éternel Tortue Géniale en compagnie de Oolong (le cochon), Bulma, Crilin et bien tendu Goten qui doit avoir 5 ans. Tout se passe pour le mieux sur notre petite île jusqu'à ce que Raditz, le frère de Goku fasse son apparition en volant. Il révèle à notre héros sa véritable identité, à savoir qu'il est un sayen qui a été envoyé bébé sur Terre afin de la coloniser. Goku ne veut rien savoir et prétend maintenant appartenir aux Terriens ce qui pousse Raditz a kidnapper Gohan afin d'obliger Goku à la suivre. A peine Raditz disparu, c'est Picolo qui arrive pour proposer son aide à Goku. Il lui dit que Raditz ne peut être battu que par une alliance entre eux, il leur faut donc oublier leurs querelles passées et s'unir pour retrouver Goten et tuer Raditz. Nous voilà donc parti pour les premières aventures de Golu sur GBA à l'aide de notre nuage magique.



Le jeu



On le savait déjà, Dragon Ball Z : Legacy of Goku est un RPG orienté action. C'est à dire que les modes de combats sont directs, comme dans Zelda. On peut donc oublier les systèmes au tour par tour, ce ne sera pas pour cette fois-ci. Lorsqu'un ennemi approche il suffit donc de lui donner un certain nombre de coups pour le voir mourir. La vue à la troisième personne est légèrement décalée afin de ne pas se retrouver complètement au-dessus du personnage. On a ainsi une vue générale des éléments les plus proches.

Plus précisément, le jeu se découpe en une multitude petites quêtes qu'il vous faut le plus souvent accomplir afin d'avancer dans le jeu. Attention, je ne suis pas en train de dire qu'il s'agit de petits niveaux, ce sont juste des actions à faire pour déclencher un nouvel évènement dans le jeu. Un exemple ne sera pas de trop pour expliquer. Lorsque vous êtes sur l'île de Tortue Géniale, vous pouvez vous ballader où bon vous semble et attendre autant de temps que vous le voulez, si vous ne retrouvez pas la collection de magazines pornos de Tortue Géniale, vous attendrez longtemps. Il vous faut en effet lui donner ses revues perdues afin de déclencher l'arrivée de Raditz et donc le commencement réel du jeu. Parfois, ces "missions" ne sont pas obligatoires. Mais il vaut mieux toujours les réaliser car elles vous rapportent des points d'expérience qui vous font ensuite monter de niveau, parfois même il y a un objet à la clé.



Quoi d'autre ?



Le système des niveaux est assez classique. On ne récupère pas d'expérience en se battant contre les crabes qui bordent l'étang mais en réalisant ces quêtes et en tuant les "gros" ennemis, Raditz par exemple. Une fois un certain nombre de points récupérés, on passe au niveau suivant (à noter qu'on commence au niveau 1). La force des coups dépend du niveau que vous avez atteint. Au début du jeu par exemple, vos boules de feu sont toutes petites, il suffit de monter de quelque niveaux pour se rendre compte qu'elles grossissent et font beaucoup plus de dégâts. C'est la même chose avec les coups de poings. Plusieurs coups sont nécessaires au début afin de tuer un ennemi alors qu'un seul suffira par la suite pour ce même ennemi. On pourrait se dire que de cette manière, le jeu deviendrait plus facile à mesure qu'on avance mais il n'en est rien. Les ennesmis deviennent en effet de plus en plus coriaces (c'était prévisible), et au final il n'y une différence que lorsque vous revenez sur vos pas et que vous avez à faire avec les monstres du début.

Le système de sauvegarde est très simple. Il suffit d'appuyer sur Start à n'importe quel moment de la partie pour faire apparaître le menu de pause dans lequel se trouve l'option sauvegarder. On choisit ensuite l'emplacement dans lequel on veut enregistrer sa partie (il y a deux emplacement possibles) et le tour est joué. Il n'y a aucun temps d'attente. Par contre, on ne reprend pas toujours la partie là où on l'a laissée. Il se peut que vous sauvegardiez au milieu d'une forêt mais que vous continuiez à l'entrée de celle-ci. Mais ce n'est pas toujours le cas puisqu'il m'est arrivé de me retrouver exactement là où j'avais sauvegardé. En tout cas le principal est sauvé, c'est à dire votre expérience et surtout votre inventaire.#row_end

En parlant de l'inventaire, celui-ci se trouve aussi dans le menu de pause. une fois l'inventaire sélectionné, vous avez accès à tous vos objets que vous pouvez donc utiliser à n'importe quel moment, bien pratique lorsqu'on est au milieu d'un combat qui tourne à notre désavantage. Le menu de pause contient aussi un résumé de toutes les quêtes accomplies ainsi que la liste de tous les coups connus. Au commencement, seul la boule de feu est apprise mais d'autres viendront s'ajouter à la liste comme l'aveuglement (technique de ten Chin Han) qui permet d'immobiliser une adversaire pendant un certain temps qui dépend de l'intensité du coup.

On parle d'intensité car il est en effet possible de régler l'intensité des coups portés. Selon le temps que vous restez appuyé sur le bouton, le coup sera plus ou moins fort. Une barre verte est présente en haut de l'écran, elle représente la capacité que vous avez à sortir un coup. Elle se réduit peu à peu au fur et à mesure que l'on reste appuyé, en gros pour sortir un super Kaméhamé, il faut attendre que la barre soit vide. Une fois le coup effectué, la barre se régénère d'elle même d'une manière assez lente. Ce système a pour but d'éviter les abus de "gros" coups. En effet, après un gros coup on se retrouve quasiment sans défense puisque notre barre est vide. Il faut donc attendre qu'elle se recharge en partie, on est donc une proie facile pour les bêtes qui peuplent le monde de Dragon Ball.

Que serait Dragon Ball sans Goku qui vole ? Les développeurs ont intégré cette option dans le jeu. Le temps de vol n'est pas infini, il existe donc un compteur qui diminue selon la distance que vous effectuez en volant, une fois le compteur vide, vous devez ramassez des items en forme de boule avec une plume au milieu afin de recharger votre compteur. Lorsque vous être dans les airs, vous avancez beaucoup plus vite et devenez invicible, par contre, vous ne pouvez plus donner des coups, dans tous les cas, c'est une excellente protection et le jeu gère très bien le vol, il n'y pas de cafouillage comme on aurait pu le penser. Ce qui surprend est que ces cafouillages ont souvent lieu lorsque l'on marche, il arrive en effet souvent que l'ont soit bloqué par un élément du décors qui ne devrait pas nous géner. Par exemple, les arbres vous empèchent souvent de passer alors que vous êtes largement décalé, dans ces cas là, il suffit de revenir un peu en arrière pour que la situation s'améliore mais c'est tout de même très contraignant.



Les Graphismes



De ce côté là, le jeu s'en tire plutôt bien puisqu'il est assez beau. Les décors sont fins et colorés, tout comme les personnages en SD (super deformed) que l'on reconnait facilement. Les effets des coups énergétiques ne sont pas extraordinaires mais ils ne sont pas horribles non plus, ils sont agréables à l'oeil, comme le jeu lui-même. Onre grette néanmoins que les décors soient aussi immobiles, les arbres ne sont pas du tout animés par exemple ce qui gâche un peu le tout, seul vous et vos ennemis bougez sur l'écran. Néanmoins, certaines petites animations viennent ponctuer le jeu de temps en temps, comme des écureuils qui s'enfuient sous vos pas ou encore Goku qui s'assoit par terre après quelques instants d'inacitivité. Enfin, les environnements sont très variés, on passe en effet de la ville à la forêt à une plaine rocheuse en quelques instants et il est agréable de constater que les développeurs ont grandement conservé l'esprit du manga, les fans apprécieront.



Le Son



Les musiques sont dans le style pop japonaise avec des petites tendances de musiques électroniques. Le tout rend assez bien mais on ne voit pas de grandes différence d'une musique à l'autre ce qui a pour conséquence de lasser assez vite, surtout que les grands thèmes musicaux du manga ne sont pas présents (j'ai néanmoins cru reconnaitre le générique japonais à un moment). Par contre les voix digitalisées de Goku est pas mal, surtout lorsqu'il crie Kaméhaméha sur un ennemi, on s'y croirait. Le problème est que ces voix digits sont très peu nombreuses, on en retrouve quelques autres durant les combats mais c'est tout. Du côté du son, il n'y a rien de bien extraordinaire donc, même si rien n'est à jeter à la poubelle.


Le Gameplay



La prise en main du jeu est immédiate et très facile. Le bouton A est le bouton d'action qui permet de parler aux villageois ou de donner des coups de poing, le bouton B sert à déclencher une attaque énergétique, le bouton R permet de voler, il suffit re rappuyer sur ce même bouton pour revenir sur terre. Enfin le bouton L permet de choisir quelle attaque énergétique Goku effectuera. Un petit symbole est présent à côté des barres d'énergie et de vie, il indique l'attaque actuelle,ce bouton permet donc de jongler rapidement entre les attaques. De plus, on n'a pas besoin de combinaisons de boutons afin de sortir une grosses attaque, le bouton B suffit toujours. Par contre, il est impossible de courrir ce qui fait que parfois on se lasse de devoir aller d'un bout à l'autre de la carte en mettant deux minutes à chaque fois alors qu'on pourrait gagner beaucoup de temps. En réalité, on ne peut pas courrir car la vitesse est un élément important de la force de Goku, lors de ses entrainements spéciaux, il gagne parfois de la vitesse ce qui l'avantage face aux boss. Une fois encore, on peut dire que le gameplay est simple mais efficace.



Le Reste



Dans les derniers aspects du jeu, on peut signaler qu'il n'existe aucun mode multi-joueurs ce qui est bien domage. La durée de vie du jeu est correcte, les nombreuses petites missions annexes allongent considérablement le temps de jeu. En tout cas, Dragon Ball ne se finira pas en trois jours, à moins d'y passer tout son temps. Les petits clin d'oeil à la série sont légions, surtout concernant l'inépuisable faim de Goku. Celui-ci est en effet toujours en transe lorsqu'il se trouve à côté d'un frigo et certaines missions ont pour but de trouver de la nourriture pour Goku... Les fans seront donc ravis. On peut aussi signaler que tous les personnages de l'époque sont présents, pas seulement ceux du début. En effet, au fur et à mesure du jeu, on les rencontrera tous (sauf les plus récents) ce qui accroit encore plus la nostalgie.

Enfin



Dragon Ball Z : Legacy of Goku est donc un jeu on ne peut plus correct, les développeurs ont su éviter de nous sortir un jeu pur licence et on ne peut que les remercier. Néanmoins, le jeu reste encore loin derrière les hits du RPG que sont Golden Sun ou Shining Soul. En effet, le jeu est grandement destiné aux fans et on y retrouve tous les éléments du manga. Mais l'aspect RPG n'est pas assez développé, le système d'expérience, de combats... Ce n'était de toute façon pas le but recherché par les développeurs. Le principal but est de réaliser un jeu agréable et qui plaira aux fans, de ce côté là, c'est plutôt réussit car on prend un véritable plaisir à redécouvrir l'histoire de Dragon Ball. Attendons maintenant de voir si il en sera de même pour les prochains opus à voir le jour...
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Game Boy Advance
Editeur
  • Atari
Développeur
  • Webfoot Technologies
Genre
  • A-RPG
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   2 octobre 2002
   14 mai 2002
   Non prévue

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016