Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Un retour aux sources réussi ? Pas vraiment. Un retour aux sources au moins ? Même pas. Si Sonic Rush Adventure corrige quelques défauts de Sonic Rush, il n'en reste pas moins un jeu de plate forme trop assisté, vite frustrant pour des broutilles avec des phases en bateaux dont on aurait pu finalement se dispenser servant à rallonger la durée de vie artificiellement. Il n'en reste pas moins très fluide, propose quelques bonnes idées de gameplay et de bonnes sensations de jeu, mais cela ne suffit pas. Un soft bien meilleur que son prédécesseur, c'est certain, mais encore loin de la magnificence de ces ancêtres.
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • ...mais trop répétitifs à la longue
  • Encore un peu trop axé sur la vitesse...
  • Les Boss
  • Le scénario et des dialogues super niais
  • La construction des véhicules
  • Un level
  • design pas toujours au point
0 commentaire(s)
Sonic Rush Adventure
Par Pso, le 10 Nov 2007

Sega ne semble pas vouloir lâcher Nintendo, même après l'avoir affronté il y a un paquet d'années de cela. Après trois Sonic Advance pas franchement folichons, un surprenant Sonic Battle et un médiocre Sonic Rush, Sega reviens à la charge avec la suite de l'épisode DS, intitulé sobrement Sonic Rush Adventure. Un nom qui fleure bon la nostalgie en repensant au tout premier véritable épisode en 3D, Sonic Adventure... Nom purement commercial, ou véritablement porteur de bonnes intentions ?

Cours Sonic, cours !




Sonic Rush Adventure reprend donc les bases de son prédécesseur sorti deux ans plus tôt, sans gros changements en soi. Ça se traduit donc toujours par un jeu de plate forme très rapide, où notre hérisson favori fonce à travers le niveau à deux écrans en faisant des figures aériennes lui permettant de remplir une jauge de "boost" pour accélérer davantage momentanément, pour simplement aller du point A au point B, en récupérant pleins de bonus, dont des anneaux qui lui serviront de vie. Pas de grosses surprises jusque là, Sega joue à fond la carte de la sécurité.Cependant, Sega a aussi jugé bon de corriger certains gros défauts du premier opus et c'est finalement ce que l'on attendait depuis le départ. Le level design, très problématique dans Sonic Rush, est désormais de bien meilleure qualité. Fini (ou presque) les stages remplis de vide !

Fini les stages avec de nombreux ennemis mal placés ! Les niveaux dans Sonic Rush Adventure deviennent enfin agréables à parcourir. Foncer et prendre les loopings à grande vitesse, glisser sur les rails pour être projeté en l'air et enchaîner les figures aériennes, est enfin un réel plaisir, sans redouter, à peu de chose près, de perdre une vie bêtement et subir la frustration de tout recommencer. A contrario, la difficulté du titre en prend légèrement un coup, car tout devient plus facile. On parcourra alors les niveaux sans grands soucis, tout s'enchaînant rapidement, sans avoir peur de tout recommencer à cause d'un trou mal placé.

Bien sur, le jeu n'est pas non plus une vraie promenade de santé, mais quand on voit, malgré le plaisir éprouvé, avec quelle facilité on finit certains niveaux, on regrette un peu l'absence de challenge.



En contrepartie, l'accent est toujours aussi prononcé sur la vitesse. Sonic Rush Adventure est un jeu rapide, très rapide, peut être trop par moment. Si un certain plaisir à parcourir les niveaux s'installe chez le joueur, on pourra tout de même regretter ce côté "passif" qui fait que le joueur passera une partie de son temps à regarder son personnage, sans véritablement interagir avec.
Les mauvaises langues diront que Sonic a toujours été un jeu de plate forme contemplatif, mais même si les opus Megadrive étaient plus rapide que la moyenne des jeux du genre, la part à l'exploration et les séquences "plate-forme" pures étaient belles et bien là. Fort heureusement, même si on est encore loin de la qualité des anciens épisodes, Sonic Rush Adventure a quand même fait beaucoup de progrès vis à vis de son prédécesseur.

S'il garde son côté ultra-rapide, il proposera néanmoins beaucoup plus de phases "plate forme", ainsi que quelques séquences particulières, comme une séquence où, projeté par un canon, il faudra appuyer successivement sur certaines touches de la DS en plein vol pour pouvoir remplir sa barre de boost. De quoi rétablir un peu plus l'équilibre entre vitesse et plate forme, et briser la monotonie, ce que Sonic Rush avait quelque peu omis en son temps.



The Legend of Sonic : Hedgehog Hourglass


Forcément, pour justifier une suite à Sonic Rush, il fallait bien y inclure une petite nouveauté, aussi anecdotique soit-elle. Dans Sonic Rush Adventure, Sega a décidé de s'inspirer du Zelda PH de la même console, pour y inclure un système de navigation, pour se déplacer d'île en île à bord de divers véhicules marins, histoire de justifier le côté "Adventure" du titre. Au début, on ne disposera que d'un jet ski pour se déplacer. Lorsque l'on veut aller à un autre endroit que l'île principale, on devra alors tracer sur une carte en 2D, au stylet, la trajectoire à suivre. Une fois tracé et validé, on prendra alors le contrôle du véhicule choisit, et une sorte de mini jeu s'enclenchera, représentant le trajet...

Quatre types de véhicules sont disponibles dans le jeu et chacun a son propre mini jeu, jouable principalement au stylet, pendant les phases de "voyage". Le jet ski sera représenté par une sorte de course de vitesse, avec de nombreux obstacles à éviter. Les phases en bateau sont quant à eux des phases de tirs, où il faudra éliminer les vagues d'ennemis apparaissant à l'écran grâce à l'arsenal mis à votre disposition. #row_endLes séquences en hydroglisseur sont en quelques sortes un mélange des deux précédentes : ainsi, sous forme de course d'obstacles comme le jet ski, il faudra éliminer en même temps les ennemis qui arrivent sur vous, comme dans un shoot-them-up tout en 3D, en esquivant leurs projectiles.

Le dernier véhicule, le sous marin, proposera lui une séquence un peu plus particulière, puisqu'il s'agira d'une phase faisant furieusement penser à un Ouendan du pauvre. Comprendre par là qu'il faudra toucher, via le stylet, les ennemis à l'écran "tout en rythme" pour les vaincre, sous peine de se faire lamentablement détruire en quelques secondes.



Par ailleurs, comme au début, on ne nous propose que le jet ski, il faudra débloquer les autres véhicules en récupérant différents matériaux naturels pour les fabriquer. Ces matériaux seront récupérés à la fin de chaque niveau fini. Et c'est un peu ça le problème, car si on a besoin d'une certaine quantité de matière, il faudra obligatoirement refaire quelques niveaux pour récupérer la bonne dose. Et refaire certains niveaux pour récupérer un simple caillou, c'est pas franchement motivant...

Bref, si ces phases de jeu en elles-mêmes varient un peu la progression, et c'est toujours appréciable, on ne peut pas en dire autant de l'intérêt sur le long terme. Passé les premiers instants de la découverte, passé les premiers moments d'amusement, on s'ennuie ferme. Des phases courtes, certes, mais qui se révèlent finalement très répétitives.

Sur le moment, ces phases sont sympathiques, mais lorsqu'il faut fouiller la carte en faisant de nombreux voyages, on a tendance à être lassé au bout de trois ou quatre essais. C'est d'ailleurs là que l'idée principale du jeu montre ses limites. Finalement, avec du recul, tracer les trajectoires n'a que peu d'intérêt car, à part relier deux îles sur la carte par un trait coloré, cette fonction ne sert a rien et n'apporte rien de plus. On aurait pu simplement sélectionner directement le point de départ et la destination d'arrivée avec les touches, ça serait tout aussi passionnant.



Soooonic, allez accrochez-vous...


Et puis en marge de tout cela, il y a aussi les fameux combats contre les Boss. Pas vraiment plus passionnants que le reste, ces combats tout en 3D pixéllisée ont le défaut d'être parfois trop longs, répétitifs, mous et étonnamment plus difficiles que le reste du jeu (bien que la difficulté (pour les boss uniquement) peut être réglée). Passer quatre minutes à esquiver les mêmes attaques d'un Boss, à essayer de le toucher sans perdre trop d'anneaux, n'aura jamais été aussi "lourd", surtout quand ce dernier sort une ultime attaque lorsque son heure approche, nous faisant perdre notre partie, sans que l'on comprenne ce qu'il se passe.

Autant le dire de suite, un tel échec est clairement frustrant et pénalisant, et ne donne pas vraiment envie de retenter sa chance... En soit, ce n'est pas tellement la difficulté qui est remise en cause, mais plutôt l'intérêt. Pire encore, recommencer un Boss dans les épreuves annexes est presque un supplice.

Justement, les épreuves annexes, parlons-en. Sega n'a pas fait les choses à moitié, car ce n'est pas moins de cent épreuves qui vous attendent une fois l'histoire bouclée. Cent épreuves diverses et variées pour être précis. Récupérer cent anneaux en temps limité, finir un niveau en X minutes, faire X combos, rebattre certains boss pour récupérer une émeraude et j'en passe; voilà le joyeux programme qui vous attends dans Sonic Rush Adventure. Les habitués des Sonic Adventure et consorts ne devraient pas être dépaysés par la démarche, et cela assure au moins, malgré l'intérêt et la difficulté de certaines épreuves, une durée très correcte.



Durée de vie qui se retrouve quelque peu boostée par la présence d'un mode online. Ce mode permettra dans un premier temps de faire soit des courses simples, soit des "chasses aux anneaux" entre amis ou parmi les joueurs du monde entier. Puis, pour les joueurs plus solitaires, "hardcore gamer" dans l'âme façon Sega, il sera possible de recevoir des scores dans le mode "Time Attack", et par la suite d'essayer de les pulvériser. Et si le cœur vous en dit, vous pourrez à votre tour envoyer vos propres temps dans l'espoir de rester le numéro un de la piste...

Bref, un mode de jeu qui se révèle bien complet et plutôt prenant, un bon point donc, qui vient relever l'intérêt global du jeu... Et il en avait bien besoin.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Sega
Développeur
  • Sonic Team
Genre
  • Plate-formes
Nombre de joueurs
  • 1 à 4
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   28 septembre 2007
   18 septembre 2007
   18 octobre 2007

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016