Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Après trois épisodes sur Game Boy Advance simplement sympathiques, Sonic effectue son grand retour dans un jeu rapide, rythmé, jolie et diablement amusant. Sonic Rush manque de peu de devenir le meilleur Sonic 2D. Si seulement la Sonic Team avait proposé plus de niveaux … Quoi qu’il en soit Sonic Rush, c’est du plaisir immédiat, une bonne dose d’adrénaline vidéoludique. Tout simplement un Sonic comme on en raffole.
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • Bien trop court
  • Quelques passages où il suffit de se laisser guider
0 commentaire(s)
Sonic Rush
Par Toad, le 11 Décembre 2005

Sonic, c'est un peu comme un bon vin qui aurait perdu de sa saveur au fil des années. Si on apprécie toujours ses nouvelles aventures, il faut bien reconnaître que le goût n'est plus le même qu'à l'époque Megadrive. Un peu à l'étroit sur l'unique écran du Game Boy Advance, Sonic débarque sur Nintendo DS, en compagnie de Blaze the Cat, pour prouver qu'il n'a rien perdu de son dynamisme. Pari réussi ? Il semblerait bien...


Sonic classique



Sonic est un gentil gars, un peu rebelle mais toujours prêt à aider l'humanité. Aussi quand le docteur Eggman s'apprête à faire des siennes, Sonic est toujours là pour contrer ses plans diaboliques. C'est en affrontant une fois encore le malfaisant scientifique, que Sonic fait furtivement la connaissance de Blaze, une jolie féline mauve venue récupérée les Sol Emeralds volés par le docteur à tête d'oeuf.
Si on peut bien énoncer une vérité sur la mascotte bleue de Sega, c'est qu'elle en a parcouru du chemin depuis sa première apparition sur Megadrive. Du chemin en termes de distance, mais pas de gameplay. Car si le hérisson a traversé de nombreuses contrées, effectué diverses rencontres, force est de constater qu'il est resté le même.
Ce n'est pas ce nouvel épisode qui vient changer la donne. Délaissant les graphismes en 3D de la démo présentée durant l'E3 2004, Sonic Rush s'apparente comme un classique Sonic tel qu'on le connaît depuis presque 15 ans maintenant.
A cela de répondre : Et alors ? Effectivement, Sonic court toujours avec autant d'énergie, évince toute adversité avec ses sauts "roulés-boulés". Son quotidien est rempli de tunnels, loopings et autres vrilles depuis ses premiers pas sur la vallée de GreenHill. Tête sens dessus dessous, sauts acrobatiques, secousses dans toutes les directions, propulsion soudaine à vitesse affolante... Sonic est un sacré endurant pour tout supporter sans nausée aucune. Les anneaux, sources d'énergie et de "tlllinggg" (en égard aux bruitages) à tout va, sont toujours présents; Sonic Rush ne vient donc pas perturber cette tradition. Et dès le premier contact le joueur se retrouve en terrain familier. Le traditionnel premier niveau tout de vert vêtu permet de prendre ses marques : un bouton de saut (B), un bouton d'accélération (A), un bouton d'attaque spéciale (R) et ... et c'est suffisant pour jouer. En se baissant en pleine vitesse, Sonic se recroqueville sur lui-même, le transformant en une espèce de boule de flipper détruisant tout sur son passage. Les ennemis robotiques se détruisent en sautant dessus, délivrant ainsi le gentil petit animal qui était prisonnier de ce corps d'acier. A peine les premiers écrans passés, qu'un constat s'impose : on est devant un très bon Sonic.

Sonic magique



Face à une animation grisante (mais comment font-il dans la Sonic Team pour rendre chaque version de plus en plus rapide ?), on est agréablement surpris par de beaux graphismes en 2D. Très travaillés, ils démontrent que la console est bien plus puissante que le Game Boy Advance. Sonic et Blaze sont entièrement modélisé en 3D avec un léger effet de cel-shading leurs permettant la meilleure intégration possible dans les décors. #row_endL'emploi de la 3D se justifie dans les diverses rotations et autres zooms que les pauvres protagonistes subissent dans tout le jeu. Les deux écrans de la console sont entièrement mis à profit pour afficher les niveaux, augmentant la vilité horizontale. Sonic va et vient entre les écrans en fonction de l'action. Cet effet contribue à dynamiser le jeu. Un peu déroutant au début, il ne gène en rien le gameplay et le joueur y prend goût rapidement. Les combats contre les boss se déroulent seulement sur l'écran du haut mais sont entièrement en 3D, personnages comme décors. Ils permettent de diversifier la mise en scène des combats, bien que le gameplay reste proche des niveaux traditionnels. Ces phases sont magnifiquement réalisées. On retrouve les niveaux bonus permettant de récupérer les chaos emeraulds si chers à la série. Reprenant ceux de Sonic the Hedgehog 2 sur Megadrive, ils se présentent sous la forme de longs couloirs en 3D dans lesquels il faut récupérer un certain nombre d'anneaux pour pouvoir franchir la ligne d'arrivée. Petite subtilité, ces niveaux se jouent entièrement au stylet. Passé l'effet de surprise, le contrôle de Sonic devient vite instinctif. Quelques éléments viennent diversifiés ici et là. Certains rappelleront même le deuxième épisode de la saga sur Master System. Les parties sont soutenues par des musiques de très bonnes qualités. Entraînantes et bien rythmées, elles ont en plus le mérite de présenter un mixage légérement différent selon qu'on joue avec Sonic ou Blaze. Elles contribuent à accentuer l'aspect survitaminé du jeu. Les bruitages sont très classiques et permettent d'identifier la série rien qu'en les écoutant. Quelques voix digitalisées sont présentes, empruntées des versions 128 bits.

 


Sonic sans hic ?



Jusqu'ici Sonic Rush avait l'ensemble des qualités pour prétendre
récolter tous les honneurs. Deux défauts viennent nuancer ce constat. Certaines sections de niveaux mettent en avant la rapidité du hérisson grâce aux bumpers
et aux longues pentes. Dans ces moments là vouloir contrôler Sonic est pratiquement inutile : laisser appuyé le doigt sur la croix de direction devient suffisant pour progresser. Voici un comportement un peu frustrant et pas vraiment interactif qui a en plus l'inconvénient de faire finir cette course folle sur un ennemi quasiment impossible à éviter.
Le second défaut notable concerne la durée de vie un peu faible. Le jeu comporte 14 niveaux répartis dans 7 mondes qu'un joueur moyen franchira en 5 heures. Cette durée peut être doublée par la présence de deux personnages jouables dont les scénarios s'entrecroisent, mais les niveaux traversés par Sonic sont les mêmes que ceux traversés par Blaze, même si ils apparaissent dans un ordre différent. La quête des Chaos Emeralds, nécessaire pour réellement finir le jeu, allonge un peu plus l'intérêt à porter sur le titre. Le mode battle 2 joueurs, consistant à finir le plus rapidement possible les niveaux, peut redonner de l'intérêt au titre. Malgré cela, Sonic Rush est peut être un des meilleurs épisodes 2D de la saga :
jouabilité nerveuse, animation sans faille, plaisir de jeu immédiat, réalisation impeccable.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Sega
Développeur
  • Sega
Genre
  • Plate-formes
Nombre de joueurs
  • 1 à 2
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   18 novembre 2005
   22 novembre 2005
   23 novembre 2005

Site officiel
http://sonic-rush.net/fr/index.html
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016