Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Les vieux briscards ne se feront pas rouler dans la farine, ce Final Fantasy Tactics Advance 2 ne révolutionne à aucun moment la série. Très proche de la version Game Boy Advance, ce dernier est à réserver en priorité aux fans absolus qui se réjouiront une fois de plus de replonger pendant de très longues heures dans les contrées d’Ivalice. Avis aussi aux néophytes qui pourront ici s’initier au genre avec l'un de ses meilleurs représentants.
Verdict !

Les +


  • Toujours aussi addictif
  • Une bande sonore fantastique
  • Pleins de jobs
  • Des invités mystère
barre

Les -


  • FF Tactics Advance 1.5 ?
  • Un scénario insipide
  • Graphiquement passable
  • Une IA au ras des pâquerettes
0 commentaire(s)
Final Fantasy Tactics A2 : Grimoire of the Rift
Par CooLJeDi, le 04 Juilllet 2008

Troisième épisode d’une des séries les plus mythiques du Tactical-RPG, Final Fantasy Tactics Advance 2 était fort attendu après une version Game Boy Advance loin d’être aussi ambitieuse que le premier opus sorti sur PlayStation. Se déroulant dans l’univers de Final Fantasy XII et dernier titre estampillé du label Ivalice Alliance, sera-t-il le compagnon idéal des longues heures passées sur son transat au bord de la piscine ?

Et c’est reparti pour un tour !


Les cigales se déchainent, les émanations du camarade deviennent irrespirables, c’est enfin l’heure de partir en vacances pour la classe de Lusso. Après un dernier questionnaire à la noix rendu à son professeur, direction la sortie des classes. Manque de chance, à cause de ses nombreux retards tout au long de l'année, Lusso doit faire une ultime corvée en mettant de l’ordre dans la crasseuse bibliothèque de l’école. Même notre Gilbert Montagné national se le serait pris en pleine figure, posé sur une table au premier plan, Lusso découvre un livre étrange et très ancien. En le parcourant, il se rend alors compte que l’ensemble des pages sont blanches ! Après s’être trituré le bulbe au sujet de son utilité, il décide de marquer son nom à l’intérieur. Et à cet instant là, summum de l’originalité, un halo de lumière surgit en emportant le malheureux dans le monde magique d’Ivalice. Il se retrouvera mêlé dans un combat opposant le chasseur Cid à un poulet géant au beau milieu d’une forêt. Après ces premières joutes très tutorial, il décidera de rejoindre le clan de Cid afin de comprendre un peu plus comment il en est arrivé la. Ceux qui ont déjà fait le premier Final Fantasy Tactics Advance reconnaitront la niaiserie du scénario qui n’est ici qu’un simple copié collé.  Il faudra passer encore son tour avant de découvrir une richesse scénaristique digne de la version PlayStation et récemment rééditée sur PSP, dont Square Enix semble vouloir priver, pour des raisons obscures, les possesseurs de machines Nintendo.


Passé la mièvrerie très déroutante de ces premières minutes, regardons le système de jeu. Le principe reste toujours le même, lors d'une mission, le clan de Lusso devra prouver sa valeur au combat en terrassant les vils créatures ou humanoïdes rôdant dans les contrées d'Ivalice. À chaque combat, on pourra sélectionner jusqu'à six personnages sans compter quelques invités contrôlés par la console qui viendront de temps en temps prendre part à la bataille. Un des points importants des Final Fantasy Tactics est de s'arranger pour construire une équipe bien équilibrée qui pourra faire face à n'importe quelle type de situation. Inutile de vous préciser que si vous avez six soigneurs sans guerrier ou vice versa, le game over ne tardera pas à arriver. Au tour par tour, il faut tout d'abord déplacer l'une de ses unités possédant des caractéristiques propres comme le mouvement, la force, la défense... Elles évoluent avec l'expérience gagnée au combat mais aussi avec le métier choisi (les voleurs se déplacent plus vite qu'un chevalier équipé d'une armure de plates de la tête aux pieds). Avant ou après cette phase de mouvement, on pourra cibler un ennemi et utiliser une compétence de contact (attaquer, voler, désarmer, diminuer la puissance d'un adversaire...), ou à distance (lancer un sort de soin, une flèche). Ces actions peuvent aussi cibler un groupe d'adversaires comme les incontournables invocations qui infligent de lourds dégâts sur toute une zone mais qui coutent généralement la peau des fesses en points de magie. Heureusement, les objets seront toujours de la partie, et on pourra toujours se boire un petit élixir pour rebalancer à nouveau la sauce sur ses adversaires.

Vous aurez toujours droit à votre équipe de compagnons, entièrement paramétrable, de l’inventaire en passant par des compétences qui diffèrent d’un métier à l’autre. Pour les néophytes n’ayant pas encore eu de Final Fantasy Tactics entre les mains, il faut savoir que l’énorme intérêt dans ce jeu se situe sur la construction de son personnage,  le « build ». À tout moment, les membres de votre clan peuvent changer de métier afin d’évoluer en acquérant de nouveaux pouvoirs. Plus connu sous système de jobs (présent notamment dans Final Fantasy III, V et X-2), ils sont répartis dans différents thèmes. Que ce soit guerrier (soldat, guerrier, archer), magicien (mage blanc, mage noir, invocateur) et d’autres un peu plus spéciales (voleur, ninja, assassin, dresseur…), le choix de métier sera plus que jamais vaste. Comme dans Final Fantasy Tactics Advance, ils dépendent également de la race du personnage. Pour déboucher sur un nouveau métier, il faudra acquérir un certain nombre de compétences dans les métiers de base et, dans cette version DS, certains seront déblocables uniquement après avoir remporté certaines missions. Ces compétences, comme le sort de feu pour les mages noirs ou la capacité premiers soins pour les soldats s’apprennent à partir de l’équipement. On devra donc jongler entre les différentes armes et armures et faire une bonne grosse dose de leveling pour parfaire son personnage et disposer d’un panel d’aptitudes variés et dévastatrices. Jusque là rien de très surprenant pour un Final Fantasy Tactics, on reste toujours dans les mêmes rouages qui constituaient le noyau dur de cette saga.  Maintenant, regardons d’un peu plus prêt les nouveautés qui nous sont proposées dans cette version DS.#row_end

La loi, c’est moi.


Repris dans Final Fantasy XII, les juges d’Ivalice apparurent pour la première fois dans Final Fantasy Tactics sur GBA. À la base, leur rôle était d’envoyer sous les barreaux quiconque osait enfreindre une des lois imposées durant un combat. Nombreuses, ces lois peuvent, par exemple, interdire l’utilisation des armes et des sorts de feu, les attaques de zone, les déplacements de plus d’une case, les actions contre des monstres de plus bas niveau, etc. Du coup, il n’était pas rare du tout d’aller faire un tour à la prison la plus proche et de casser sa tirelire pour faire sortir son personnage filou le plus rapidement possible du cachot. Pour cette version DS, les développeurs ont un peu lâché du mou et le pouvoir des juges a été revu clairement à la baisse. Ils soumettent toujours leur loi impartiale mais en cas de non-respect, le juge quittera la zone de combat. En plus de nous priver de quelques bonus, un peu plus embêtant, si un des personnages meurt sur le champ de bataille sans la présence d’un juge, il ne sera plus possible de le ressusciter. Pas de craintes à avoir, ils ne disparaitront pas pour autant de l’équipe, comme c’était le cas dans la version PS. Ici, ils seront à nouveau présents et même flambant neuf à la fin du combat, tout simplement.

Autre nouveauté, les combats libres lors des déplacements sur la carte ont disparu. On ne pourra donc consolider son équipe qu’à travers les missions. Et de ce côté-là, il faut dire que Square Enix a mis le paquet. Il n’y a que l’embarras du choix dans ce nombre incroyablement élevée de missions : scénaristiques, facultatives et celles qui permettent d’augmenter le score de clan. Inédite pour cette dernière, le juge fera passer des épreuves qui, une fois réussies, augmenteront les bonus d’équipe lors d’un combat. Encore un nouvel élément, les butins durement acquis à la fin d’une mission rapporteront tout un tas de choses qui se composera non seulement d’or et d’objets d’équipement mais aussi d’ingrédients. Direction chez le forgeron où tous ces ingrédients pourront être mélangés afin de préparer soi-même son équipement. Il sera ensuite disponible en boutique monnayant quelques Gils. Et ce sera le seul et unique moyen afin d’améliorer l’inventaire des marchands, fini les mise à jours automatiques à la fin de certaines missions.  Pour résumer, Square Enix aura réussi à approfondir le gameplay un peu trop simpliste de la version Game Boy Advance. On sent que l’éditeur a pris depuis un peu de bouteille dans le nez en ajoutant tout un lot de nouveautés et pas des plus gadgets. On pestera par contre sur l’intelligence artificielle des personnages automatiques qui se grefferont à l’équipe lors de certaines missions. Toujours aussi idiots, ils peuvent attaquer un ennemi préalablement endormi ou avanceront dans le tas tête baissé, brisant toute stratégie soigneusement élaborée.

Une réalisation pas des plus éclatantes.


D’un point de vue graphique, Final Fantasy Tactics A2 ne fait pas dans la démesure. Toujours en 3D isométrique, les décors ont pour la plupart gagné en finesse par rapport au premier épisode. Un grand nombre d’effets pyrotechniques des plus réussis ont été implantés lors des combats. La déception vient plus du côté des sprites qui sont à la limite de l’acceptable. Pixelisés et composés de teintes vives pour la plupart de mauvais gout, on était en droit d’attendre quelque chose de bien plus abouti sur DS. Après des perles techniques comme FF Crystal Chronicles, Dragon Quest Monster Joker et FF XII Revenant Wings, FF Tactics A2 fait presque tâche et ne joue pas au même niveau en restant trop proche de la version Game Boy Advance.

Pour la composition musicale, on reste dans l’excellence avec un Hitoshi Sakimoto (Vagrant Story, Radiant Silvergun)  à son meilleur niveau. Les habitués reconnaitront des les premières notes de nombreux thèmes provenant du premier Advance mais, heureusement, dans des versions remixées. D’autres, inédites, tranchent avec le symphonique habituel de Sakimoto en se voulant un peu plus ambiance. Une incroyable orgie auditive s’inscrivant dans la lignée des meilleures bandes sons de Square Enix. Pour ce qui est des commandes, un mode tactile a été prévu mais qu’on oubliera très vite tant les commandes traditionnelles se révèlent bien plus efficace. Il sera possible en local de se connecter à une autre cartouche afin d'échanger son équipement. Ce ne sera pas donc encore aujourd’hui que l’on pourra se faire des combats entre potes par Wi-Fi. À quand un mode coopératif ou duel pour rendre infinie la durée de vie déjà immense du soft ? En conclusion, ce Final Fantasy Tactics ne marquera pas les esprits tant il demeure proche de la version GBA. Malgré l’ajout de nombreux petits plus, est-ce suffisant pour les connaisseurs des anciennes versions de s’y relancer durant une centaine d’heures ? À vous de voir, une chose est sure, les nouveaux venus y trouveront surement plus leur compte.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Square Enix
Développeur
  • Square Enix
Genre
  • Tactical-RPG
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   27 juin 2008
   24 juin 2008
   25 octobre 2007

Site officiel
http://www.ffta2.com/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016