Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier d'avantages membres exclusifs : un profil personnalisable et évolutif en fonction de votre participation à la communauté, vous recevez gratuitement la newsletter dans votre boite mail pour être prévenu des infos importantes...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #79
Nintendo Switch : nos avis pour un débat enflammé
Accueil podcast Télécharger le podcast
Le passage de la bonne idée au bon jeu est un succès pour ce Star Fox Guard. Nintendo a su nous concocter une expérience inédite, intéressante et avec ce qu’il faut de challenge. Une approche originale du Tower Defense, qui sait exploiter le GamePad juste comme il faut. Pour 15 euros seul, ou en bundle avec Star Fox Zero, Guard vaut amplement le détour – même s’il faut avouer que le format de missions courtes serait plus approprié sur une console portable.
Verdict !

Les +


  • Durée de vie intéressante
  • Variété des ennemis
  • Gameplay qui fonctionne
barre

Les -


  • Scénario inexistant
  • Parfois un peu répétitif
0 commentaire(s)
Star Fox Guard
Par Manmedaz, le vendredi 22 avril 2016

En développement depuis plus de deux ans, Star Fox Guard semble être une approche innovante du Tower Defense. Plutôt l’apanage des appareils mobiles par le côté pick-up and play de ce genre, le titre de Nintendo possède-t-il un gameplay suffisamment travaillé et une durée de vie assez conséquente pour en justifier l’intérêt ?

Caméras…

Simple démo technique dévoilée en même temps que Star Fox Zero pendant l’E3 2014, l’anciennement nommé Project Guard est devenu, après deux ans de développement supplémentaires, un jeu à part entière prenant place dans l’univers de Star Fox. La promesse, depuis le début, est celle-ci : proposer une nouvelle vision du Tower Defense, qui serait uniquement possible sur Wii U grâce à une utilisation simultanée de la télé et du GamePad. Pour cela, Star Fox Guard vous propose de prendre le contrôle de 12 caméras à la fois, avec pour objectif de protéger des assauts de robots fourbes et agressifs le cœur des sites miniers de Grippy Toad, l’oncle richissime de Slippy.

Sous ses airs assez simplistes, Guard propose en fait un gameplay assez léché et nerveux. Ça ne sautera pas forcément aux yeux dès les premiers niveaux, mais on se rend compte petit à petit des possibilités à disposition. On commence le regard sur la télé, naviguant d’écran en écran à la recherche de mouvement. Dès les premiers signes, on change de point de vue en sélectionnant la caméra la mieux placée directement sur l’écran du GamePad, qui affiche la carte du niveau et chacune de vos sentinelles. On met le robot ennemi en joue, et on tire en appuyant sur n’importe quel bouton ou gâchette.

Jusque-là, c’est très simple. Petit à petit, on commence à devoir affiner son approche. Les phases de mise en place des caméras avant chaque mission deviennent plus importantes, et on étudie les informations sur la quantité de robots et les entrées qui seront les plus assaillies avec plus de prudence, choisissant minutieusement le placement et l’angle de nos gardiennes.

Puis, viennent des robots plus originaux, qui n’ont que faire des murs. Ou d’autres très résistants ou très rapides. Ou alors une mission avec des règles plus contraignantes. Viennent aussi, avec les niveaux gagnés, les caméras spéciales qui permettent de ralentir le temps, glacer les ennemis, ou de voir et tirer à travers les murs. Des améliorations distillées au compte-goutte, qui accompagnent la progression en ajoutant un peu de diversité et d’intérêt à un jeu parfois un peu répétitif de par sa nature.

Et c’est là, à mesure que l’on progresse, qu’on se rend compte que… les caméras peuvent être déplacées et tournées directement sur la carte, à loisir, en un clin d’œil. La main gauche sur les contrôles de la caméra courante, le stylet dans la main droite, le véritable sport de précision et de rapidité commence alors. On se retrouve à se déplacer rapidement de caméra en caméra, à les bouger d’un double tap et d’un tapé-glissé en fonction des mouvements ennemis ; la découverte fait place à l’implication, qui fait place à la maitrise, et on se rend compte de la perfection d’un gameplay taillé au millimètre.

Moteur…

Mais Star Fox Guard, c’est plus qu’un simple gameplay léché. Tout aussi important que ce soit, le jeu ne vaudrait rien sans sa variété dans les ennemis et dans les missions. Il faudra compter sur plus de deux douzaines de types d’ennemis différents, chacun unique dans sa stratégie et dans ses atouts. Ils se séparent en deux groupes : les perturbateurs, et les offensifs. Alors que ces premiers n’auront pour seul objectif que de vous rendre la défense plus difficile, les seconds n’auront de cesse de pénétrer dans votre base pour en détruire le cœur, et ainsi vous faire perdre la mission. C’est d’ailleurs leur destruction totale qui signera votre victoire, preuve de leur grande importance.

Les offensifs multiplient les approches différentes pour vous compliquer la vie. Lents et résistants, invisibles à l’œil nu mais pas sur la carte ou inversement, montés sur ressort ou sous forme d’escargot grimpant lentement mais sûrement sur tous les murs, tous les moyens sont bons pour vous faire échouer. Parfois il vous faudra être rapide, souvent vous devrez être attentifs, d’autant que pour vous distraire, les robots perturbateurs ont eux aussi plus d’un tour dans leur sac. Depuis l’écran de fumée au petit robot volant qui vient bloquer la vue d’une de vos caméras, en passant par les soucoupes qui vous les volent, les grands oiseaux qui viennent les picorer et les faire tomber, le tank qui les détruit ou l’aimant géant qui attire leur regard, les menaces sont multiples et variées, et obligent à s’adapter constamment.

Cette diversité agréable d’ennemis apporte indirectement de la variété aux différentes missions. Celles-ci prennent place sur cinq planètes différentes, chacune avec trois maps et des particularités spécifiques. Chaque map offre trois missions dans le cadre de l’histoire principale, et chaque planète un boss. Si le scénario tiendrait dans un mouchoir de poche, il reste le prétexte à l’apparition furtive de la team Star Fox lors de quelques cutscenes – voire lors de missions, une fois par jour, via l’utilisation d’un amiibo Star Fox.

Les missions principales se ressemblent dans la règle de jeu – détruire tous les robots offensifs en protégeant le cœur de la base. La vraie variété vient des missions supplémentaires, débloquées principalement lorsque vous augmentez de niveau. Depuis les missions de précision dans lesquelles vous n’avez qu’un nombre fini de munitions et où chaque tir sur un robot est fatal, le survival dans lequel vous devez survivre à plusieurs vagues d’ennemis sans que les caméras ne puissent être réparées entre elles, les missions ou les ennemis arrivent par le ciel en parachute… Ou encore celles où ils peuvent récupérer des bonus en marchant sur des boutons situés au sol, où ils ont une taille différente et une résistance et vitesse qui lui sont proportionnelles, où vous êtes chronométré et où chaque robot détruit vous donne quelques précieuses secondes de plus… Bref, ce sont une dizaine de règles différentes qui viendront pimenter votre expérience, et apporteront une variété plus que bienvenue, ainsi que de la durée de vie, avec cent missions différentes, tout confondu.

Action !

Ça pourrait s’arrêter là, et on ne crierait pas « au voleur » face aux 15 euros demandés contre Star Fox Guard. Aux 7 à 8 heures nécessaires pour voir les crédits de fin – qui apparaissent après avoir bouclé toutes les missions principales –, il faut ajouter une dizaine d’heures de jeu pour compléter les missions supplémentaires, lesquelles ne seront toutes débloquées que lorsque vous aurez atteint le niveau 50. Tout un programme donc, mais vous serez aidé dans ce dessein.

En effet, à la façon d’un Mario Maker – en bien plus léger ceci dit –, Guard vous offre la possibilité d’afficher au grand jour vos talents créatifs. Pour chacune des quinze cartes, vous avez la possibilité de créer « votre » version de l’invasion, après avoir choisi 2 à 3 robots offensifs et 4 à 5 robots perturbateurs, pour un total de 7 types différents. Toutes les cartes possèdent 6 entrées, et vous devrez, grâce à un système de frise temporelle, placer vos robots sur la frise dans leur ordre d’entrée sur la carte, chaque robot coutant un certain nombre de points. Avec un capital de point de départ, vous devrez donc imaginer les configurations les plus surprenantes et les plus désarmantes, afin de prendre à revers les personnes qui s’essayeront face à vos troupes.

L’avantage dans cet exercice ? Cela contribuera, sans nécessiter votre intervention, à améliorer votre cote de combat, qui indique si vous êtes ou non performant face aux autres joueurs, à la fois en attaque et en défense. Mais surtout, cela vous permettra d’engranger de l’expérience sans même jouer, et donc de débloquer des niveaux supplémentaires, ainsi que des caméras spéciales.

Ce mode en ligne, asynchrone, offre donc une variété infinie de jeu, bien que l’impact à la création soit relativement minime. Il s’agit cependant d’un ajout à noter, qui vient s’additionner à tout le reste pour offrir une durée de vie plus que correcte pour un jeu de la sorte, compte tenu à la fois de son ambition raisonnable, et de son prix modeste.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Wii U
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Nintendo
Genre
  • Action - Réflexion
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 22 avril 2016
   vendredi 22 avril 2016
   jeudi 21 avril 2016

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016