Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #79
Nintendo Switch : nos avis pour un débat enflammé
Accueil podcast Télécharger le podcast
Attendu injustement comme une croute sans nom par ses détracteurs qui voulaient une vraie suite à la licence, Metroid Prime : Federation Force se révèle être un jeu correct et accrocheur à condition d’y jouer en multi, que ce soit en ligne ou en local. Malheureusement, sa direction artistique peu inspirée et son rendu visuel peu ragoutant couplé à une maniabilité vieillissante et finalement pas forcément adaptée à l’orientation action du titre en font un jeu qui navigue entre deux eaux.
Verdict !

Les +


  • Missions variées
  • Aspect coop réussi
  • Replay value grâce au scoring
  • Stable en réseau
  • Techniquement solide, mais…
barre

Les -


  • … Pas très beau
  • Direction artistique peu inspirée
  • Maniabilité perfectible
  • Déplacements et visée pas très pêchus
  • Le Blastball
  • Personnalisation du mécha très limitée
0 commentaire(s)
Metroid Prime : Federation Force
Par Inferno, le vendredi 2 septembre 2016

Alors que les fans attendent une éventuelle suite canonique à la licence Metroid, Nintendo prend tout le monde à contrepied avec ce Metroid Prime : Federation Force axé sur le multijoueur (des sessions jusqu'à 6 joueurs en ligne en mode Blast Ball). Même s’il est possible de faire l’aventure tout seul, c’est résolument sur cet aspect que le jeu prend tout son sens. Alors, l’union fait la force ?

Optimus Prime

Développé par Next Level Games, coupables des Mario foot sur GameCube et Wii ou plus récemment de Luigi’s Mansion 2, Metroid Prime : Federation Force est donc un FPS, un genre qui manque cruellement à la portable de Nintendo. Il n’est donc pas question de suivre les aventures de Samus Aran ici puisque le jeu mise sur la coopération, mais d’enchainer les missions assignées par la Fédération Galactique à l’aide de Méchas. Contrairement à l’essence de la licence, l’action est au centre de l’expérience. En effet, les niveaux sont très sommaires en terme d’exploration et pas très longs, il faut un quart d’heure pour en venir à bout en moyenne. 

Néanmoins, plutôt que d’éclater bêtement du pirate de l’espace à la pelle dans de longs couloirs, Next Level Games a pris le temps de faire varier les objectifs entre chaque mission pour éviter la monotonie. Aller capturer des titans de glaces, empêcher un monstre géant de détruire les installations de la fédération, ou bien infiltrer une usine d’arme ennemie en sortant de son mécha… On a rarement l’impression de faire la même chose et de ce point de vue, il faut avouer que c’est une réussite.

Cependant, tout n'est pas rose, loin de là. Crevons l’abcès autour des évidents problèmes de graphismes qui ont valu tant d’aprioris négatifs au jeu. Oui, Metroid Prime : Federation Force ne brille pas par son aspect visuel, et même si cela relève sans doute du compromis afin que le jeu tourne au poil, car techniquement il est irréprochable, que ce soit en terme de fluidité ou même concernant son mode en ligne très stable, les errements de la direction artistique sont moins défendable, car la modélisation des ennemis est quelconque et les décors sont assez plats par exemple. 

La maniabilité du jeu est  également un peu poussive. Deux modes de contrôle sont proposés, l’un avec la visée libre au gyroscope avec les déplacements à la « Metroid Prime » en pivotant avec stick gauche et l’autre avec le second joystick pourri de la new 3DS qui est tout sauf ergonomique en combat.

Du coup, la première configuration est clairement la plus recommandée même si elle demande tout de même un temps d’adaptation, car il est assez compliqué de tourner sur soi-même avec sa 3DS pour tirer derrière avec la visée libre. Mais lorsqu’on prend le pli et que le fait de se déplacer face à l’ennemi d’abord avant d’activer la visée libre avec la touche R devient naturel, ça roule tout seul. D’autant plus qu’il est également possible de locker les ennemis avec L, ce qui facilite grandement la visée. 

Malheureusement, les déplacements s’avèrent être assez patauds dans l’ensemble, il existe bien un dash effectué avec une double pression de la touche saut qui aurait pu les redynamiser, mais il ne fonctionne que sur les côtés, la manipulation servant en effet à flotter quelques secondes dans les airs lors des déplacements avant ou arrière.

Que la Force soit avec nous !

Chaque mission démarre avec un court briefing et une séquence de sélection de munitions auxiliaires. Il faut savoir que le poids des munitions que le mécha peut porter est limité, il faudra faire donc des choix. Privilégier la défense en se blindant de capsule de soin ? Ou bien miser sur l’attaque en se chargeant à bloc en missiles, super missiles et munitions de feu, glace… ou un peu des deux. La capacité que peut porter votre mécha augmente au fil de l’aventure, tout comme le nombre de slots disponibles pour les mods qui consistent en des bonus qui boostent les performances des armes ou qui permettent de soigner un mécha détruit par exemple. 

L’un de ces mods qui ne fonctionne qu’en solo permet de doubler les dégâts des ennemis tout en réduisant les siens par deux, car, comme précisé plus haut, il est possible de faire l’aventure tout seul, et c’est le moyen qu’a trouvé Next Level Games pour essayer d’équilibrer un peu son aventure taillée pour le multijoueur. Frustrant par moment en solo, quand on doit par exemple attraper une boule qui ne s’arrête qu’en lui tirant dessus et qui attire un tas d’ennemis nous forçant à la lâcher quand on la tient enfin, ou bien quand il faut détruire un boss un peu trop balaise. Ce même boss qui devient plus simple à défoncer lorsqu’on a une équipe au complet.

Que ce soit en ligne ou en local, Next Level Games a fait du bon travail sur son mode multijoueur, après plusieurs parties en ligne avec des joueurs japonais, aucune latence particulière n’a été rencontrée. Le jeu prend d’ailleurs tout son sens en équipe vu la limitation de poids pour les munitions puisque chaque joueur se spécialise en quelque sorte et il faudra souvent faire preuve d’astuces pour combiner les armes de chacun.

Metroid Prime : Federation Force ne déroge pas à la règle et ne propose pas de chat vocal comme c’est le cas dans tous les jeux Nintendo récent. Il propose à la place un système de messages préenregistrés qui fait le job, ni plus, ni moins. Alors parfois, communiquer avec ses coéquipiers peu être difficile dans le feu de l’action. Comment expliquer à un coéquipier qui pousse le chariot que l’on doit protéger hors de l’abri qu’il serait plus prudent d’attendre la fin de la tempête ? D’autant plus qu’il y a un aspect de scoring à prendre en compte pour obtenir des médailles en fin de mission afin de débloquer des skins pour son mécha. 

Chaque mission permet de récupérer trois médailles et il faut s’y reprendre souvent à plusieurs fois avant de réussir à atteindre les objectifs pour avoir les bonus de points (comme finir la mission en moins de 10 minutes ou bien éliminer tous les sauteurs de glace qui se trouvent dans les bâtiments). Grâce à la variété des missions et leurs courtes durées, la quête du meilleur score assure une réelle replay value au titre qui manque de missions si l’on se limite à un seul run avec sa vingtaine de missions. Et ce n’est pas le mode Blastball totalement dispensable qui vient donner de la consistance au jeu tant le manque de nervosité des déplacements rend ce simili « Rocket League » totalement ennuyeux. Bref, un jeu qui trouvera sans doute son public à condition de le considérer à sa juste valeur, c’est à dire en tant que spin-off.

Mode Multijoueurs : L'avis de Baube-Omb, notre second testeur

Nintendo exprime une nouvelle fois sa singularité en proposant un FPS multijoueur prenant vie dans l’univers intergalactique de Metroid. À l’heure où les FPS prédominent dans le monde vidéoludique, Metroid Prime : Federation Force tire son épingle du jeu en donnant l’occasion aux joueurs de s’unir et non pas de s’entre-tuer. Pour une fois, la coopération devient le mot d’ordre et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ça peut assurément égaler la concurrence en termes de fun. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance, car avec son gameplay lourd et son apparence rebutante, ce nouveau Metroid avait tout pour déplaire aux fans de la série. C’est ici le multijoueur, format plutôt bien adapté à la console portable qui est adopté, heureusement car ce n’est qu’à plusieurs que le jeu trouve son véritable intérêt. Le plaisir naît alors de l’union des joueurs et de l’entraide permanente lors des missions. 

Aider son coéquipier à l’agonie en lui cédant une capsule de réparation indispensable à sa survie, couvrir son allié intrépide prêt à tout pour accomplir la mission ou encore s’unir sur le champ de bataille contre un monstre géant sont autant de situations qui procurent toutes de réelles satisfactions. L’approche davantage personnelle du multijoueur sur ce titre permet d’attribuer un rôle précis à chaque membre de l’équipe, ce qui permet de ne jamais s’ennuyer. C’est également à travers les missions diverses et la personnalisation plutôt détaillée des Mechas que cet opus parvient à éviter la répétitivité. Bien que jouable jusqu’à 4 en ligne et en local, il est parfois plus aisé de communiquer et de s’organiser en étant qu’à 2 ou à 3, en effet, la complicité et l’organisation sont parfois moins présentes à 4. Plus d’une fois, il est arrivé de perdre face à un Boss en ayant une équipe au complet alors que nous nous en étions sortis indemnes en étant qu’à 2 sur la même mission. Finalement, l’implication du joueur et son organisation sont d’autant plus fortes lorsque l’effectif est réduit, car il se sent bien plus indispensable qu’à l’accoutumée. La communication, certes bridée par les capacités techniques de la 3DS, est donc au cœur de la coopération et du fun de cet épisode qui, à défaut de proposer une grande aventure solo aux commandes de Samus Aran, ose sortir des sentiers battus et étendre l’univers quelque peu étriqué de Metroid à travers ce que l’on pourrait davantage appeler un « spin-off ».

Là où le mode multijoueur de l’aventure principale se voit tout à fait indispensable, le mode Blast Ball ajouté au titre, quant à lui, ne l’est pas du tout. En effet, la mise en place d’un petit jeu de foot intergalactique aurait pu être trépidante à condition seulement que la nervosité des Mechas soit revue à la hausse. C’est le faible dynamisme apporté aux costumes de la fédération force qui porte alors préjudice à ce jeu bonus ne portant finalement qu’un intérêt limité. Une mauvaise idée permettant d’augmenter légèrement le contenu de cette cartouche pour peu que vous réussissiez à jouer à ce mini-jeu plus de cinq minutes.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Next Level Games
Genre
  • FPS
Nombre de joueurs
  • 1-4 campagne / 1-6 Blast Ball
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   2 septembre 2016
   19 aout 2016
   25 aout 2016

Site officiel
http://metroidprime.nintendo.com
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016