Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
Phoenix Wright: Ace Attorney – Justice for All vous plaira sans aucun doute si vous avez apprécié les premières aventures de Phoenix Wright. Sans pour autant introduire des tas de changements, le jeu parvient à se renouveler. Les quatre affaires présentes dans le jeu sont longues, bien ficelées et très intéressantes. Une fois que vous êtes entré dans l'ambiance du jeu, vous ne parviendrez pas à en ressortir avant de l'avoir terminé. Bref, si la chose vous intrigue, n'hésitez pas à l'essayer pour vous faire un avis sur la question. Si vous appréciez les jeux d'aventures, nul doute que celui-ci saura vous contenter.
award
Verdict !

Les +


barre

Les -


0 commentaire(s)
Phoenix Wright : Ace Attorney - Justice For All
Par Tails, le 18 Janvier 2007

Il y a de cela quelques mois déjà, on découvrait dans nos vertes contrées un jeu plutôt étrange et original, du genre qu'on n'a jamais vu en Europe, mais qui est loin d'être inconnu au Japon. Phoenix Wright: Ace Attorney vous proposait de vous mettre dans la peau du personnage éponyme (Phoenix Wright, pas Ace Attorney) afin de défendre les innocents et mettre en prison les vrais coupables. Ne payant pourtant pas de mine, le jeu était extrêmement bien ficelé et se révèle être un des meilleurs jeux de la console pour qui aime le genre. Notre avocat préféré et sa coupe de hérisson nous reviennent donc dans un nouvel épisode de la série, étant encore une fois un remake de la version GBA sortie uniquement au Japon.



Un jeu d'avocat ?!


Pour ceux qui n'ont pas encore découvert Phoenix Wright: Ace Attorney (les pauvres), revenons un peu sur le principe du jeu. Le jeu est découpé en plusieurs affaires, où il vous faudra à chaque fois prouver l'innocence de votre client face aux faits qu'on lui reproche (enfin, en principe...). Dans une affaire, vous alternez entre une phase d'investigation et une phase au tribunal.
Lors de la première phase, vous explorez donc les lieux du crime et les environs, à la recherche d'indices qui vous aideront lors du procès. Il s'agit ici d'un jeu d'aventure classique : on fouille, on observe, on parle avec les personnages dans le coin... Tout cela afin de faire avancer le scénario et en apprendre plus sur ce qui s'est réellement passé. Sur l'écran supérieur s'affiche donc le lieu où vous vous trouvez, et sur l'écran supérieur se présentent quatre options : examiner, se déplacer, parler et présenter. En cliquant sur Examiner, vous pourrez parcourir de fond en comble le lieu où vous vous trouvez, afin d'y dénicher tout ce qui pourrait s'y cacher. Parler vous permet de tailler une bavette avec la personne se trouvant dans la pièce (quand il y en a une), afin de faire avancer l'affaire. Enfin, Présenter vous permet de montrer à cette personne un indice que vous possédez, afin de voir ce qu'elle en sait.
Une fois que vous aurez assez de preuves, vous commencez alors la phase deux, la plus intéressante et la plus prenante. Vous êtes alors face à l'avocat de l'accusation, qui a pour but de toute tenter pour faire déclarer votre client coupable. Pour cela, il appellera des témoins à la barre, spécialement préparés pour être vagues, voir carrément mentir. Votre but, dans ce cas, est de complètement démonter le témoignage en y exposant les contradictions, afin que la véracité des déclarations du témoin soit remis en cause. Lorsqu'un témoin est à la barre, son témoignage est découpé en plusieurs morceaux que vous pouvez faire défiler. Vous pouvez ensuite choisir d'Attaquer le témoin sur un point particulier de son témoignage, afin qu'il clarifie ce qu'il veut dire. Vous pouvez également Présenter une preuve montrant que la déclaration du témoin contient une contradiction. Mais attention, vos essais ne sont pas infinis, et si vous vous trompez trop souvent, votre client est déclaré coupable.
Bref, de loin, cela peut sembler assez quelconque voir pas amusant. Mais il faut y avoir joué au moins une fois pour se rendre compte de la qualité d'une idée pareille. Une fois que vous êtes entré dans l'histoire, plus moyen d'en ressortir, d'autant que chaque procès est une suite de rebondissements sans fin. Si vous n'êtes pas convaincu, il ne vous reste qu'à essayer par vous-même.

Ah, ça faisait longtemps...


Quoi de neuf chez les avocats ?


Il faut bien le dire : Phoenix Wright: Ace Attorney – Justice For All (qu'on va appeler plus simplement Phoenix Wright 2) ne diffère pas beaucoup du précédent épisode. On retrouve beaucoup de personnages et de lieux déjà connus, et le gameplay n'a quasiment pas changé d'un iota. Et ce n'est franchement pas une mauvaise chose, puisque celui du premier épisode était déjà quasiment parfait. On a donc droit à quatre nouvelles affaires, avec une histoire toujours aussi intéressante et prenante pour chacune. #row_end
La première est, comme dans l'épisode précédent, une affaire d'introduction, où on vous explique les ficelles du jeu et qui n'est composée que d'une phase au tribunal. Ça tombe bien, puisque pendant toute cette affaire, Phoenix Wright est complètement amnésique !
À vous donc de trouver le vrai coupable, en découvrant en même temps que Phoenix ce qui se trame. Par la suite, les autres affaires seront beaucoup plus compliquées. Pour les habitués, la dernière affaire du jeu chamboule tout ce que l'on connaît !
Le jeu offre cependant trois petits nouveautés appréciables. La première n'est pas très importante, mais apporte tout de même plus de possibilités. Il est ainsi maintenant possible de présenter, à quelqu'un ou contre un témoignage, le profil d'une personne liée à l'affaire. Le premier épisode ne vous permettait au contraire que de présenter des preuves. Cet ajout permet ainsi de multiplier le nombre de choses que vous pouvez présenter, mais augmente aussi la difficulté, puisqu'il faudra, en plus des preuves, prendre les profils en compte.
La seconde nouveauté, la plus importante, est l'introduction des « Psyche-Locks ». Vous les rencontrerez durant la phase d'investigation, en interrogeant certaines personnes. L'absence de résistance que présentait les personnages dans le premier épisode est terminée : désormais, certains peuvent cacher des secrets qu'ils refuseront de vous révéler. Dans ce cas, un ou plusieurs Psyche-Locks apparaissent à l'écran. Pour les casser (et pour faire dire toute la vérité à cette personne), il vous faut l'interroger plus profondément. Dans ce cas, Phoenix Wright tentera de deviner au fur et à mesure ce que la personne cache. Pour cela, il vous faudra présenter au bon moment certaines preuves ou certains profils pour que la personne vous en dise un peu plus. Cependant, vous devez faire attention à ne pas présenter n'importe quoi, puisque votre barre de vie baisse à chaque erreur. Un ajout très utile qui augmente encore les possibilités du gameplay. D'autant que vous n'aurez parfois pas suffisamment de preuves à un moment donné pour interroger la personne. Il vous faudra alors repartir en quête de nouvelles preuves.
Enfin, la dernière nouveauté provient de la barre de vie qui vous accompagne tout le long du jeu. Contrairement au premier épisode, il s'agit vraiment d'une barre de vie, et plus des 5 points d'exclamation qui vous étaient donnés à chaque phase. Vous perdez de la vie quand vous vous plantez lors d'un procès ou quand vous interrogez quelqu'un qui a un Psyche-Lock. Mais vous en regagnez uniquement quand vous parvenez à détruire tous les Psyche-Lock d'une personne. Ça ne paie pas de mine comme ça, mais ça permet de grand changement. En effet, désormais, la fraction de vie qui vous sera enlevé sera proportionnelle à votre erreur. Ainsi, une petite bourde ne vous retirera pas grand-chose. Mais parfois, une mauvaise réponse peut vider presque complètement votre barre de vie ! Il vous faudra donc parfois bien réfléchir à ce que vous allez dire pour ne pas risque le Game Over.
Bref, assez peu de nouveautés, mais ça n'a pas grande importance : le scénario du jeu est toujours aussi bon, et le gameplay est encore réglé aux petits oignons. On ne peut pas vraiment en demander plus.

Les fameux Psyche-Locks
en action.


La séance est levée


Il n'y a plus grand-chose à dire sur ce jeu. De toute façon, une chose est claire : si vous avez aimé le premier épisode, vous aimerez celui-ci. Mais si vous l'avez détesté, alors ce n'est pas celui-là qui vous raccommodera à la série. Et si vous ne connaissiez pas, commencez plutôt avec le premier épisode, hé !
Bref, Phoenix Wright 2 ne révolutionnera rien. Mais, en reprenant et en améliorant le gameplay du premier épisode, il devient un jeu encore meilleur. Le scénario de chaque affaire est très intéressant, et vous serez très surpris par tout ce qui se passe dans la quatrième et dernière affaire, qui met Phoenix Wright face à un dilemme qu'il n'avait jamais eu à surmonter auparavant. Tout ce qu'on pourrait lui reprocher, c'est de ne pas contenir une affaire spécialement créée pour la console, comme l'avait fait le premier épisode. C'est dommage, mais ce n'est pas ça qui détruira le jeu. Même sans, il reste très très long. Vous passerez ainsi plusieurs heures sur chaque affaire. Même en y jouant assidûment, vous risquez d'y passer un moment si vous parvenez à accrocher. Et une fois terminé, vous n'aurez plus qu'une envie : jouer au troisième épisode, malheureusement pas encore annoncé.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Capcom
Développeur
  • Capcom
Genre
  • Inclassable
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   1er trimestre 2007
   16 janvier 2007
   26 octobre 2006

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016