Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Starfox Command est un bon jeu qui apporte de l’air frais dans un genre très fermé. Les graphismes sont corrects bien que pas assez variés, et la maniabilité au stylet est précise. Un bon challenge pour les fans de la série autant que pour les autres.
Verdict !

Les +


  • l’originalité
  • le scénario
  • le son
barre

Les -


  • peu varié
  • graphismes sans plus
0 commentaire(s)
Star Fox Command
Par Pierre, le 24 Oct 2006

La sortie d’un nouvel épisode de Starfox est toujours un petit événement chez Nintendo. Annoncé en grande pompe, Starfox Command est le premier épisode de la série à sortir sur une console portable, en l’occurrence la DS. Pas le droit à l’erreur donc, surtout après un épisode GameCube développé par Namco en demie-teinte. Confié aux inconnus de Q-Games, Starfox Command redore-t-il le blason du jeu de shoot made in Nintendo ?


Un shoot pas comme les

autres…


Alors que peu d’informations sur le gameplay en lui-même avaient été dévoilées par Nintendo, la plus grosse surprise de ce nouvel épisode est qu’il n’est absolument pas un shoot-them-up classique. Du moins, il ne s’apparente pas vraiment à ce que l’on pourrait attendre d’un jeu de cette série. Cela dit, après un Starfox Adventures très réussi, sorte de Zelda-like sorti aux débuts de la GameCube, on pouvait s’attendre à quelque chose de neuf. De ce côté-ci donc, pas de soucis, l’originalité est bel et bien au rendez-vous. En effet, cet épisode DS est ce qu’on pourrait appeler un ‘shoot tactique’, à savoir qu’il emprunte autant aux deux premiers épisodes de la série sortis sur SNES et N64 qu’aux wargames à la Advance Wars.


Servez-vous du radar !

Ainsi, fini le bourrinage intempestif, place au tour-par-tour et à la stratégie ! Au lieu de simplement traverser chaque planète du système Lylat comme c’était le cas sur N64 par exemple, vous devrez mener à bien une ou plusieurs batailles sur chaque planète avant de rejoindre le boss final. Chaque carte peut donc comporter différents éléments : bases ennemies à capturer, bonus divers à récupérer, obstacles, brouillard de guerre, et bien sûr les unités alliées et ennemies, etc. Au début de chaque tour, c’est à vous de planifier le trajet effectué par vos unités, trajet évidemment limité par le fuel disponible dans le réservoir de chacune. Chose amusante, vous pourrez aussi ‘effacer’ une partie du brouillard de guerre avec votre stylet pour essayer de découvrir où sont cachés les ennemis. Il fallait y penser…

Pour gagner, rien de plus simple : détruire toute présence ennemie sur la carte. Seulement, la première unité adverse qui atteindra votre vaisseau amiral provoquera un game over. Idem si vous n’arrivez pas à toutes les vaincre dans le nombre de tours imparti. A ce sujet, vous pourrez récupérer des tours supplémentaires en libérant une base, la même base pouvant aussi servir de relais afin d’augmenter le trajet d’un vaisseau dans un tour. Bref, ce n’est pas la peine de tout expliquer, puisque vous découvrirez progressivement toutes les possibilités au fur et à mesure de votre progression, mais une chose est sûre : le gameplay est assez riche, ce qui est déjà un bon point.


Un renard dans les étoiles

Mais là, vous vous posez sans doute une question : quid des phases de shoot ? Ahah, j’y viens, mes gaillards. Les phases de shoot interviennent, vous l’aurez deviné, à chaque rencontre entre une unité alliée et une unité adverse. A ce moment-là, la carte 2D laissera place à une nouvelle carte, celle-ci évidemment en 3D comme vous pourrez le voir sur les images. Sur cette nouvelle carte, vous devrez détruire un nombre déterminé d’unités ennemies, au demeurant assez variées. Cela dit, les ennemis seront beaucoup plus nombreux et pour gagner le combat pas besoin de tous les tuer : la carte sera terminée si vous détruisez les unités déterminées au préalable. Les autres ennemis servent donc à vous gêner, ou à amasser des items utiles pour la suite de la campagne. Cependant, tout n’est pas aussi simple, car vous aurez un temps limité pour détruire ces unités, souvent 150 secondes pour le premier combat. Heureusement, il est possible de regagner des secondes en contrant des tirs ennemis via une attaque tournoyante (vous savez, le bouclier bleu cher à la série…).

Bref, difficile de tout expliquer aussi succinctement, mais l’important est de mettre en avant ce gameplay nouveau et riche offert dans Starfox Command (dont le titre prend toute son ampleur).


Une maniabilité pas comme les autres shoot…


DS oblige, la maniabilité de Starfox Command donne la part belle au stylet et à l’écran tactile, comme c’est le cas dans la plupart des jeux Nintendo (dernièrement dans Mario Basket). Exit donc la croix directionnelle, vous devrez diriger l’aéronef de Fox et ses potes via le stylet. Au début, c’est plutôt ardu, et ce malgré les 4 minuscules missions d’entraînement. Cependant, on se rend compte au fur et à mesure que cette maniabilité permet une grande précision dans les déplacements. Pour ce qui est de la visée, c’est un peu plus compliqué, mais on s’y fait. Au bout de deux ou trois missions, vous aurez pris le coup de main. Ainsi, un petit rond sur l’écran tactile permettra de faire une attaque tournoyante, etc.

Cela dit, comme c’est le cas dans tous les jeux utilisant massivement le stylet, ça a tendance à la longue à faire assez mal aux paluches, surtout avec la DS Lite...
#row_end
La bataille de Midway... hum !


Bref, mis à part les déplacements et la visée grâce au stylet, vous pourrez également effectuer les loopings et autres demi-tours via des boutons affichés sur l’écran tactile, un peu à l’image de Metroid Prime Hunters. Idem pour les bombes, que vous pourrez ici poser où vous le souhaitez sur la carte, causant de gros dégâts chez l’ennemi. Au départ, se repérer sur la carte n’est pas très évident mais là aussi on s’y fait. Enfin, le tir s’effectue grâce au bouton L. En somme, la maniabilité est bonne, même si on aurait aimé avoir la possibilité de diriger également à la croix, afin d’avoir un point de comparaison. A noter également qu’elle peut varier sensiblement en fonction du personnage que vous dirigez (vitesse, tir, etc), ce qui apporte un peu plus de variété au jeu.

Un petit mot sur le scénario s’impose alors : une fois n’est pas coutume, il est relativement bien foutu. La ‘psychologie’ (le mot est fort) des personnages est un peu plus développée que d’habitude, et ici le méchant n’est plus Andross mais une espèce de poissons maléfique vivant dans des marais en putréfaction de la planète Venom. De plus, du fait que l’équipe Starfox a été dissoute, vous démarrerez avec seulement Fox, puis vous découvrirez au fur et à mesure de nouveaux personnages, comme par exemple la copine de Slippy, une ‘jolie’ petite grenouille rose. Les ennemis jurés de Fox, l’équipe de mercenaires StarWolf, sont aussi de la partie. Bref, pour un Starfox, c’est plutôt bien fait, et le monde de Lylat continue de s’étoffer un peu plus à chaque fois.


Des graphismes et une durée de vie comme les

autres…


Graphiquement, Starfox Command se situe à mi-chemin entre Starwing et Lylat Wars. Les artworks illustrant les dialogues qui ponctuent les différentes missions sont dans la lignée du premier épisode SNES, mais sont loin d’être sensationnels. Les cartes en 2D sont simplistes mais efficaces. La 3D est fine, les vaisseaux sont généralement bien modélisés (surtout les vaisseaux alliés et les boss), les couleurs sont belles, bref c’est correct. Cependant, on était en droit d’attendre un peu mieux, surtout face à des jeux comme Mario Basket ou Final Fantasy III. Le problème vient surtout du fait du manque de variété de ces graphismes. Les mondes sont certes variés, on passe dans des environnements très différents, mais à l’intérieur de ces mêmes mondes, toutes les cartes 3D se ressemblent. Généralement, elles sont assez vides, comportent peu voire pas du tout de bâtiments, et ont toutes la même taille. C’est dommage, car du coup Starfox Command en devient un peu répétitif.

Concernant l’animation, c’est également de bonne facture, malgré quelques petits ralentissements quand l’écran affiche trop de vaisseaux simultanément.

Ken, survivant de l'enfer...


A propos de la durée de vie, c’est globalement dans la lignée des jeux actuels. L’aventure solo n’est pas très longue (une petite dizaine d’heures), mais comme d’habitude dans la série il y a beaucoup de passages différents à débloquer, ce qui augmente très largement le ‘replay value’. Certaines missions requérront de s’y prendre à plusieurs fois, n’étant pas forcément très évidentes du premier coup. De plus, les modes multijoueur sont très intéressants : jusqu’à 6 avec une seule cartouche (assez rare pour être signalé), et jusqu’à 4 sur le net. Voilà qui promet de belles branlées entre potes. Bref, pas trop de soucis de ce côté-là non plus.

Enfin, le son est de bonne facture. Les musiques reprennent les thèmes présents dans les autres épisodes, et les voix reprennent le jargon bizarroïde élaboré dans Lylat Wars. Chose amusante, vous pouvez dans les options enregistrer votre voix afin que chaque personnage parle avec votre intonation (votre voix étant modifiée pour coller à tous les persos). Marrant.

Verdict.


Starfox Command est une bonne surprise. On s’attendait à un shoot classique, c’est finalement un jeu assez original qui reprend les bases de la série. Malgré un mode solo relativement répétitif (notamment à cause de ses graphismes), Starfox Command propose un bon challenge et une maniabilité très correcte au stylet. Les fans de la série comme les autres devraient passer un agréable moment.

Une histoire d'amour bien complexe...

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Nintendo
Développeur
  • Q-Games
Genre
  • Shoot them up
Nombre de joueurs
  • 1 à 8
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 26 janvier 2007
   lundi 28 ao?t 2006
   jeudi 03 ao?t 2006

Site officiel
http://www.nintendo.co.jp/ds/asfj
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016