Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
Deus Ex : Human Revolution était un excellent jeu lors de sa sortie, cette version Director's Cut l'est tout autant deux ans plus tard. Les aventures d'Adam Jensen n'ont rien perdu de leur superbe et parcourir l'univers imaginé par les équipes d'Eidos Montréal est un plaisir de chaque instant. Long, doté d'un gameplay extrêmement riche qui s'adapte à tous les styles, cette version Wii U est presque seulement plombée par sa fluidité moyenne. À conseiller donc pour ceux qui n'ont jamais fait le jeu et qui ne peuvent se l'offrir sur un PC digne de ce nom.
Verdict !

Les +


  • Univers et scénario captivants
  • Gameplay riche
  • Long
  • Les DLC et autres bonus
barre

Les -


  • Frame rate à la ramasse
  • Un jeu vendu trop cher sur Wii U
0 commentaire(s)
Deus Ex : Human Revolution - Director’s Cut
Par Blayrow, le 1er Novembre 2013

Sensation de l'année 2011, Deus Ex : Human Revolution se fend deux ans plus tard d'une version Director's Cut qui fait l'honneur de débarquer sur Wii U. Contenu téléchargeable inclus, ergonomie améliorée grâce au GamePad, ajustements dans le gameplay, cette nouvelle sortie du jeu d'Eidos Montréal a de quoi séduire sur le papier. Mais qu'en est-il GamePad en main ?

Moitié homme, moitié robot


Malgré tout le travail réalisé par Eidos sur son jeu pendant deux ans, on peut déjà être déçu par la soi-disante amélioration graphique promise dans les communiqués de presse et trailers. Une feature, comme disent les américains, qui ne doit concerner que la version PC, vu que le jeu sur Wii U n'est pas pour ainsi dire flamboyant, bien au contraire. Passons sur la modélisation hasardeuse de certains personnages secondaires aux visages taillés au burin. Le vrai problème de cette version Wii U, c'est son framerate. Pas bien élevé de base, il connait carrément des chutes très gênantes dès que l'action s'intensifie. Alors qu'un PC milieu de gamme faisait tourner le jeu sans aucun problème de fluidité il y a deux ans, cette version Wii U traîne un peu des pieds et l'on était en droit de s'attendre à mieux.

Mais pas de quoi pour autant plomber le plaisir de parcourir l'univers de Deus Ex : Human Revolution. En 2027, des sociétés commencent à commercialiser des "augmentations" mécaniques pour le corps humain. Bras, yeux, jambes, organes internes et même la tête alouette, les implants qui commencent à équiper la population ne sont pas du goût de certains groupes d'extrémistes "pro-humanité". Dommage pour eux, Adam Jensen, le héros, ancien membre du SWAT, travaille justement pour une de ces sociétés. Le point de départ d'un scénario bien ficelé et dont on ne perd pas le fil, grâce notamment à des rappels bien utiles lors des temps de chargement. Surtout, Deus Ex : Human Revolution a pour force son univers travaillé, son sens du détail, l'impression d'être un vrai détective privé dans un futur cyberpunk. Si l'on passe sur la dominance jaunâtre des couleurs qui peut choquer les joueurs à l'esthétisme sensible, impossible de ne pas prendre son pied en explorant rues sales et complexes de recherche de Detroit ou Shanghai, parmi les destinations proposées. Une ambiance sonore au top également, que ce soit les musiques ou les dialogues, intégralement joués, et disponibles aussi bien en français qu'en anglais.

Qui plus est, Deus Ex : Human Revolution propose une excellente durée de vie en ligne droite, et de surcroît si l'on s'adonne aux nombreuses quêtes annexes. Sans être indispensables, elles permettent d'approfondir l'univers du jeu et des personnages, en plus de rapporter de l'expérience et quelques deniers. Eidos a également eu la bonté d'inclure les DLC sortis à ce jour, dont le plus long, Le Chainon Manquant, ajoute une poignée d'heures supplémentaires à une aventure qui n'a en rien perdu de sa superbe. Évidemment, le jeu n'a de l'intérêt que pour ceux qui ne l'ont pas fait et qui ne peuvent s'offrir la "superior version" sur PC. Et tant qu'on y est, quelqu'un peut-il expliquer pourquoi cette version Wii U, vendue en moyenne à quarante euros, est plus chère que les versions Xbox/PS3, voire même deux fois plus chère que la version PC ? Un écart de prix difficilement justifiable, surtout pour un jeu sorti il y a deux ans.

FPSRPGTPS


Autre force de Deus Ex : Human Revolution, son gameplay extrêmement riche qui s'adapte en permanence au style du joueur. Que l'on soit un brin bourrin ou adepte de la furtivité über alles, pas de problème, le jeu laisse totalement le choix de l'approche du début jusqu'à la fin. Sorte d'hybride entre FPS et RPG, Deus Ex propose un système de couverture à la Gears of War, qui sert aussi bien à se déplacer furtivement qu'à mitrailler des ennemis bien planqués derrière un muret. Mais, soyons franc, le jeu ne révèle sa vraie saveur que via l'infiltration. Pour ce faire, Adam peut hacker un bon nombre d'appareils : ordinateurs pour voler des codes secrets ou prendre le contrôle de caméras ou de tourelles de sécurité, et bien sûr hacker des digicodes pour ouvrir une porte. La furtivité sert aussi à s'approcher sans bruit d'un ennemi pour, au choix, le laisser inconscient grâce à une bonne droite, ou carrément le tuer avec les lames cachées dans le corps d'Adam, aboutissant à chaque fois à une animation assez violente et terriblement jouissive. Finalement, au joueur de déterminer quel est le meilleur parcours pour avancer. S'il peut choisir d'étrangler tous les pauvres hères qui passent, il peut aussi très bien avancer sans jamais se faire repérer et en ne tuant personne, comme un gentleman. Un choix qui nous est évoqué d'ailleurs dès la toute première mission. Eidos en a également profité pour retravailler les combats contre les boss pour coller à cette philosophie. Désormais, sans spoiler, il est possible d'en venir à bout de manière furtive, sans même tirer une seule balle.

Ce cobaye des temps modernes qu'est Adam dispose d'une pléthore de pouvoirs adaptés aux deux styles, et qu'il est possible d'améliorer tout au long du jeu. Les bourrins de service pourront opter pour le Typhoon, des billes explosives diablement efficaces au corps-à corps, ou tout simplement améliorer la visée et la santé d'Adam. Les furtifs opteront eux pour une invisibilité temporaire ou des capacités améliorant le radar. Les compétences de hacking d'Adam sont elles très certainement un must have vu le nombre de terminaux dans les niveaux du jeu. Leur piratage passe par un mini-jeu sur l'écran tactile, où le joueur doit capturer des "nodes" sans se faire repérer par le firewall local. Plus le niveau de sécurité du terminal est élevé est haut, plus le hacking s'avère difficile, et dépenser des précieux points d'amélioration dans ce domaine permettra de venir à bout du mini-jeu plus facilement. Autre concept farfelu que l'on peut souligner, la persuasion, où Adam joue de son éloquence pour convaincre ses interlocuteurs de lui rendre de menus services, comme par exemple le laisser accéder à la morgue d'un commissariat. Bref, l'étendue des améliorations que peut s'offrir le joueur est énorme. La première visite dans le menu dédié a d'ailleurs de quoi faire tourner la tête, et l'on comprend vite l'importance de réaliser le maximum de missions secondaires pour pouvoir équiper Adam de la tête aux pieds.

Le doigt et la souris


En guise de cerise sur le gâteau, Eidos a garni cette version Director's Cut sur Wii U de deux-trois ajouts sympathiques. Évidemment, le GamePad sert maintenant à afficher la carte, l'inventaire, bref tous les menus et informations qui pullulaient jusque-là sur l'écran principal, allégeant considérablement le champ de vision d'Adam. Le GamePad remplace donc la souris, mais il est dommage que l'ergonomie n'ait pas été retravaillée plus que ça, vu que les menus sont exactement les mêmes. On s'emmêle souvent les pinceaux dans l'inventaire, et le bout du doigt est moins précis qu'une souris dans les phases de hack. Rien de gênant, mais rien de flamboyant non plus. Seule feature vraiment intéressante, la possibilité de renvoyer les grenades tombées à proximité d'Adam, façon Call of Duty, en glissant le doigt sur l'écran tactile. À souligner aussi, la très bonne implémentation du Miiverse dans le jeu via les infologs. Un peu comme dans ZombiU, les joueurs peuvent, en pleine partie, prendre une photo et laisser un message écrit ou vocal à un certain endroit, et le mettre à disposition de leurs amis sur le Miiverse. Très utile pour partager ses pensées philosophiques ou tout simplement des stratégies pour progresser de manière ludique. A moins que les joueurs préfèrent tout simplement zyeuter la soluce dans le guide officiel du jeu, qu'Eidos a généreusement inclus dans le menu "Extras". Et pour ceux qui doutent que cette version de Deus Ex : Human Revolution soit la plus complète possible, huit heures de commentaires audio des développeurs sont aussi disponibles en plein jeu pour en apprendre plus sur la genèse de cet épisode.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Wii U
Editeur
  • Square Enix
Développeur
  • Eidos
Genre
  • A-RPG
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 18
Sorties
   25 octobre 2013
   22 octobre 2013
  

Site officiel
http://www.deusex.com/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016