Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier d'avantages membres exclusifs : un profil personnalisable et évolutif en fonction de votre participation à la communauté, vous recevez gratuitement la newsletter dans votre boite mail pour être prévenu des infos importantes...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #79
Nintendo Switch : nos avis pour un débat enflammé
Accueil podcast Télécharger le podcast
Nintendo a choisi le meilleur titre sur 3DS pour finir l’année 2013 en beauté : Bravely Default est bien un RPG indispensable qu’il serait dommage de rater. Rempli de bonnes idées, à la fois accessible et extrêmement complexe pour les amoureux de challenge grâce aux nouveaux paramètres de difficulté, Bravely Default arrive à surprendre avec de nombreuses qualités et des défauts difficiles à trouver. Découvrir un tel jeu revenant aux bases du RPG classique comme Final Fantasy tout en les cassant d’une façon talentueuse, avec un gameplay à la fois profond et accessible, une patte artistique superbe ainsi qu’une OST exceptionnelle composée par le célèbre Revo est un plaisir à savourer sans modération. Le contenu est également de taille, et le joueur en aura clairement pour son argent. Il ne faut pas chercher plus loin : Bravely Default est le RPG à posséder absolument sur 3DS. Une véritable réussite que l’on espère retrouver dans la suite en développement.
award
Verdict !

Les +


  • Les fonctions en ligne
  • De nombreuses améliorations bienvenues
  • Plein de bonnes idées
  • Artistiquement sublime
  • OST exceptionnelle
  • Les quêtes annexes
  • Système de combat profond et simple à prendre en main
  • Histoire agréable à suivre
  • Durée de vie très satisfaisante
  • Du challenge
barre

Les -


  • Les microtansactions inutiles
  • Légèrement répétitif, surtout en mode Facile
  • Les aller et retour un peu trop fréquents
  • Quelques donjons peu inspirés
  • Des ralentissements sur la carte du monde
1 commentaire(s)
Bravely Default
Par Klaus, le 5 Décembre 2013

La série Bravely Default débarque enfin en France. Il ne s’agit pas de Bravely Default : Flying Fairy, le premier opus original sorti l’année dernière au Japon qui a suscité de l’admiration auprès de nombreux fans, mais d’une version améliorée de ce dernier. Déjà prometteur sous sa forme d’origine avec des idées très sympathiques, ce nouveau titre de Square Enix et Silicon Studio ne fait pas partie de la saga Final Fantasy, mais revient aux bases du RPG classique pour former un titre inoubliable sur Nintendo 3DS.

Un secret bien gardé


Après le succès à la fois critique et commercial du premier jeu sorti l’an dernier au Japon, c’est Nintendo et non Square Enix qui a directement décidé de localiser le RPG dans nos contrées, mais dans sa version améliorée du nom de Bravely Default : For the Sequel au Japon, contenant aussi du contenu supplémentaire. Nommé sobrement Bravely Default chez nous, le titre avait également eu droit au sous-titre Where the Fairy Flies mais il a finalement été conservé pour une utilisation bien originale seulement dans le jeu comme l’avait fait Flying Fairy, avec un secret très bien gardé…

Bravely Default n’échappe pas à un scénario relativement soigné et détaillé. Le jeu s’ouvre sur une sublime cinématique présentant les personnages principaux du soft : Agnès Oblige, Tiz Arrior, Édéa Lee et Ringabel. Tous ont une mission importante à accomplir et partagent une histoire plus ou moins dramatique. Ils se rencontreront d’ailleurs très rapidement afin de former une équipe de quatre guerriers de la lumière redoutables, un peu comme dans Final Fantasy : The 4 Heroes of Light, dont Bravely Default est considéré comme la suite spirituelle.

L’histoire se concentre sur Tiz, un jeune homme âgé de dix-neuf ans, seul survivant d'une catastrophe qui a englouti son village, Norende. Faire la rencontre d’Agnès, la Vestale du Cristal du Vent, et Airy, une fée faisant partie des « cristallines » bouleverse sa vie, tout comme sa rencontre avec Édéa, fille du grand maréchal d’Éternia et Ringabel, le playboy amnésique. Les mercenaires, après avoir formé un terrain d’entente, apprennent très vite grâce à la fée Airy qu’ils doivent à tout prix sauver le monde en proie aux ténèbres en aidant Agnès à réveiller les quatre cristaux du monde de Luxendarc.

Les personnalités de ces personnages, tout comme celles des protagonistes secondaires, sont très travaillées. Il est possible de d'abord détester un personnage, mais finalement de l’apprécier pour ses qualités décrites tout au long de l’histoire du jeu, le scénario étant parfois joyeux et amusant, mais aussi dramatique et riche en rebondissements. Il fallait de toute façon s’y attendre de la part du scénariste Naotaka Hayashi, qui avait déjà travaillé sur les excellents et complexes ChäoS;HEAd, Steins;Gate et Robotics;Notes. L’histoire de Bravely Default n’est cependant pas aussi complexe et originale que ses œuvres précédentes, mais elle reste tout de même extrêmement agréable à suivre. On aura toujours envie de continuer et de savoir ce qu’il se passera une fois un certain point atteint dans l’aventure, bien que l’histoire mette tout de même un peu de temps à se mettre en place. Découvrir tous les secrets de Luxendarc est donc un réel plaisir.

Where the Fairy Flies


En dehors de l’histoire principale, il est possible de suivre de nombreuses histoires intéressantes au sujet de personnages secondaires, mais aussi d’accomplir des quêtes annexes ou encore reconstruire le village dévasté de Tiz, comme dans la Colonie 6 de Xenoblade Chronicles mais d’une façon différente, plus accessible et poussée au niveau des fonctions en ligne. Square Enix enverra d’ailleurs régulièrement des « Colosses », des boss très coriaces, toujours via Internet et que l’on pourra partager avec d’autres joueurs. En effet, Bravely Default surprend également grâce à ses fonctions en ligne compatibles StreetPass et SpotPass très intéressantes. Grâce à ces fonctions uniques de la 3DS, on peut notamment échanger des données avec d’autres joueurs et invoquer un des personnages de la personne rencontrée en plein combat, ce qui peut se révéler très utile en cas de difficulté.

Cependant, depuis Flying Fairy, de nouvelles microtansactions sont arrivées, comme la fonction Bravely Second pour utiliser des boissons PS. On les obtient de base en mettant sa console en veille pendant huit heures, et elles permettent d’infliger des dégâts à un ou plusieurs ennemis au cours d’un combat. Comme huit heures de veille peuvent être longues, Square Enix a eu l’idée de mettre en ligne des boissons PS payantes. Il s'agit d'une fonction, avouons-le, plutôt inutile, mais elle ne gêne pas vraiment la progression dans le jeu et n’empêche pas de le terminer à 100 %. Il est tout de même important de le souligner, car cette fonction se révèle être plus un code de triche payant qu'autre chose.

Concernant le gameplay, Bravely Default propose une interface aux petits oignons. L’action se déroule logiquement sur l’écran supérieur tout comme la sélection de certaines options. L’écran tactile est également bien utilisé pour reconstruire le village de Norende par exemple. Explorer les quatre coins du monde de Luxendarc est un véritable plaisir, avec la possibilité rapidement dans le jeu d’utiliser un aéronef pour se déplacer plus facilement. L’exploration peut cependant être gênée par quelques ralentissements, ce qui n’est rien de grave car ils sont tout de même peu prononcés.

Quant au système de combat, le point principal du soft, il se révèle être à la fois profond et accessible. Il revient aux bases des premiers Final Fantasy, mais va jusqu’à casser celles-ci avec des nouveautés très intéressantes que l’on espère encore plus fouillées dans la suite en développement. Les règles des batailles au tour par tour sont simples. On découvre dès le début la fonction Brave, permettant une approche offensive en attaquant quatre fois en un seul tour et Default, qui, toujours en plein combat, permet quant à elle une approche défensive en améliorant et en gagnant un PB (Point Brave), qui accroît donc le nombre d’actions que l’on peut exécuter durant un prochain tour. De plus, il faut faire attention notamment aux altérations d’état, aux attaques spéciales que n’importe quel personnage ou ennemi peut utiliser et bien plus encore. D’autres nouveautés qui n’ont jamais été vues dans un RPG classique jusque-là sont à découvrir in-game, comme le système d’amis et de mentorat qui permet, en ligne ou via StreetPass, d’utiliser les différentes compétences apprises par un personnage d’un ami en le liant au protagoniste voulu.

Ça demande du courage


En ce qui concerne le système de classes, inévitable dans un tel RPG, il est aussi accessible qu’intéressant. Les classes peuvent être obtenues lorsque certains boss ont été battus et une fois des quêtes annexes accomplies. Chaque classe a sa propre particularité et elles sont plutôt nombreuses variées. Tout est d’ailleurs très bien détaillé directement dans le jeu, au niveau des compétences d’autres classes que l’on peut ajouter à la sienne ainsi que pour les techniques spéciales exclusives pouvant être apprises par n’importe quelle classe par exemple.

Collectionner les classes n’est donc pas une mince affaire, ce qui gonfle considérablement la durée de vie déjà bien fournie. Le jeu peut être terminé en une vingtaine d’heures en ligne droite, avec de nombreuses quêtes annexes à accomplir avant et après la fin du jeu, ainsi que des défis propres aux modes de difficulté. Collectionner les différents objets de soin, les armes, armures, coiffes etc. est aussi un point important à prendre en compte pour la durée de vie du soft et pour la progression, car pour partir au combat, une bonne classe ne suffit pas… Une fonction de Réalité Augmentée est également disponible permettant de revoir les personnages principaux et secondaires dans des évènements exclusifs. Un petit ajout sympathique dont on peut bien sûr se passer mais il est intéressant d’en faire le tour.

À noter que du côté des améliorations apportées dans cette version, on retrouve de nombreuses nouveautés bienvenues qui devraient correspondre aux attentes du public occidental et des fans exigeants. Ainsi, cette édition propose désormais trois niveaux inédits de difficulté, des options pour régler les fréquences des affrontements et la vitesse des combats, un doublage anglais ou japonais, trois slots de sauvegarde, des graphismes et des éléments de l’histoire améliorées, le système de combat plus accessible, de nouvelles musiques composées par Revo et de nouveaux évènements dans l'intrigue du soft. Ces améliorations sont vraiment utiles et contribuent au côté très accessible du jeu, tout en le rendant bourré de challenge, même en mode Facile. Il aurait été toutefois utile de revoir les donjons, certains étant peu inspirés et parfois trop longs à parcourir. Aussi, les allers-retours entre les villes et autres lieux sont souvent légèrement fréquents et répétitifs.

Enfin, la réalisation graphique et sonore étonne. Les décors en 2D sont extrêmement variés et dessinés à la main. Le style ne peut bien sûr pas plaire à tout le monde, mais il faut avouer que tout a son propre charme, même les modèles mignons des personnages en 3D. Concernant la 3D d’ailleurs, elle est plutôt bien utilisée avec de jolis effets de profondeur, autant pour les cinématiques que pour les décors. Difficile de trouver des défauts à ce sujet donc, même pour l’OST composée par le talentueux Revo et son groupe Linked Horizon, créé depuis Bravely Default : Flying Fairy et qui s’est ensuite élargi avec les opening de l’anime de Shingeki no Kyojin. Les musiques sont, comme les décors, très variées et souvent inoubliables. Mention spéciale pour le thème principal souvent remixé dans certaines musiques, chaque thème de combat, et Ballad Moving Toward Hope, la magnifique musique de fin interprétée par Revo et Joelle.
Afficher / Masquer les commentaires
1 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le jeudi 05 décembre 2013 à 13:55

Simplement un must-have pour les amateurs de RPG a l'ancienne.

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Square Enix
Développeur
  • Silicon Studio
Genre
  • RPG - Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   vendredi 06 d?cembre 2013
   vendredi 07 f?vrier 2014
   jeudi 11 octobre 2012

Site officiel
http://www.square-enix.co.jp/bdff/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016