Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #83
La Switch sur son petit nuage
Accueil podcast Télécharger le podcast
Une note sanction qui ne reflète pas la qualité intrinsèque du jeu, mais la fainéantise des développeurs qui n'ont fait strictement aucun effort pour justifier la vente au prix fort de ce qui n'était initialement qu'un simple mode annexe. Pris indépendamment, The Mercenaries 3D est un jeu d'action efficace, bien qu'un peu répétitif et souffrant de quelques défauts assez rédhibitoires. En revanche, en tant qu'épisode de la franchise Resident Evil, il s'agit d'une belle arnaque destinée à occuper le terrain pour pas cher et à rapporter un max de brouzoufs faciles. A ne recommander donc qu'aux néophytes complets ou aux fans absolus du mode « Mercenaires » qui sont prêts à lâcher quarante euros pour y jouer sur leur 3DS.
Verdict !

Les +


  • Techniquement réussi
  • Bonne maniabilité
  • Aussi plaisant que l'original
  • Pas mal de choses à débloquer
barre

Les -


  • Simple mode bonus vendu au prix fort
  • Un faux Resident Evil
  • Pas de classement en ligne
  • Aucun mode de jeu alternatif
  • Le coup de la sauvegarde ineffaçable
0 commentaire(s)
Resident Evil : The Mercenaries 3D
Par Kayle Joriin, le 11 Juillet 2011

Après une adaptation portable très réussie de Super Street Fighter IV, Capcom remet le couvert sur 3DS avec une autre de ses célèbres franchises : Resident Evil. Seulement, avant de nous offrir le très attendu Resident Evil : Revelations, l'entreprise nippone a d’abord voulu prendre la température du marché en sortant un spin-off franchement opportuniste basé sur le mode « Mercenaires » des épisodes 4 et 5. Reste à savoir si le thermomètre n’est pas un peu trop gros pour être honnête…



Dès son annonce, Resident Evil : The Mercenaries 3D a ainsi fait grincer quelques dents chez les fans de la série. Vendre plein pot un simple « mode bonus », aussi sympathique soit-il, cela ressemblait fort aux petits braquages à la japonaise dont Capcom a le secret. Et pas la peine de chercher une once de scénario ou d’énigmes dans ce mo(n)de de brutes ! Il est bien connu qu’un mercenaire ne vit que pour flinguer tout ce qui bouge, et que les rares fois où il utilise sa tête c'est pour la mettre dans la gueule d'une bestiole un peu trop entreprenante.

Ce premier épisode 3DS revendiquait donc haut et fort son statut de pur jeu d’arcade, quitte à laisser sur le carreau les fans d'ambiance flippante et de conspirations bio-mystico-terroriste. Le choix était risqué, surtout vu la crise d’identité que traverse la série depuis quelques temps, mais l'excuse du « simple spin-off » permettait de limiter un peu les dégâts. Et puis il y avait tout de même un mince espoir de voir Capcom offrir à son mode « Mercenaires » les moyens de prendre son indépendance et mériter son passage en stand-alone.


Shame of the Dead

Une fois le titre en main, il est pourtant difficile de ne pas être déçu devant le manque d'ambition dont a fait preuve la firme d'Osaka. Le gameplay n'a en effet guère évolué depuis Resident Evil 5, et la plupart des trente missions proposées nous demandent simplement de flinguer un maximum de bestioles dans le temps imparti. Chaque mercenaire dispose pour cela d'un arsenal qui lui est propre, et le joueur doit donc gérer au mieux son temps, ses munitions et sa jauge de combo afin d'obtenir le meilleur score possible. Bien entendu, il est toujours possible de récupérer des munitions, des herbes ou des explosifs en détruisant des caisses ou en éliminant des ennemis. Enfin, divers bonus de temps disséminés dans les niveaux permettent d'obtenir de précieuses secondes supplémentaires, tout comme le fait d'achever un ennemi au corps à corps.

Au final, la seule réelle nouveauté de cet épisode 3DS réside donc dans la présence d'un système d'habilités qui permettent d'améliorer la maitrise de telle ou telle arme, ou d'offrir divers bonus à son personnage. Trois habiletés peuvent ainsi être équipé sur chaque personnage et les points d'expérience obtenus à la fin de chaque mission permettent de les faire évoluer sur trois niveaux. Bref, un système intéressant qui permet d'optimiser au mieux ses mercenaires, mais ne modifie pas non plus drastiquement le gameplay.



Heureusement, il est toujours possible de jouer à deux, que soit en local ou sur le net, mais Capcom n'a cependant pas jugé bon d'inclure le mode « Affrontement » de Resident Evil 5. Du coup, pas de compétition, ni de Deathmatch ! Le jeu se contente d'offrir un mode coop agréable mais qui souffre, en online, de l'absence de communication avec son partenaire. D'ailleurs, quitte à rester dans le ridicule, le jeu ne propose pas non plus de classement en ligne,  ce qui rend évidemment la quête du high score bien moins passionnante...

Mais le pire, c'est que The Mercenaries 3D ne réussit même pas à être une compilation exhaustive de ce proposaient les modes « Mercenaires » des précédents épisodes. Des douze cartes déjà parcourues dans Resident Evil 4 et 5, seules huit ont ainsi été reprises sur 3DS et certaines d'entre elles ont même été tronquées.

Même constat au niveau du casting, puisque seuls huit mercenaires répondent à l’appel, à savoir : Chris et Claire Redfield, Jill Valentine, Hunk, Barry Burton, Rebecca Chambers, ainsi que les bad boys Albert Wesker et Jack Krauser. Du beau monde, certes, mais cinq personnages sont là aussi passés à la trappe pour d'obscures raisons. Et si l’absence de Sheva Alomar, Josh Stone ou Excella Gionne est encore excusable vu leur apparition récente dans la série, le fait d’avoir « oublié » des personnages aussi mythiques que Leon S. Kennedy ou Ada Wong est à la limite de la faute professionnelle. D’autant que Capcom serait bien capable de nous les faire payer via de futurs DLC, ce qui serait quand même un comble...


#row_end

Résistant et vil

Pourtant, quel que soit l'agacement que nous pouvons légitimement éprouver envers son manque d'ambition et son côté bassement mercantile, le fait est que ce « nouveau » Resident Evil reste tout de même très agréable à jouer et fait plutôt honneur à son support d’un point de vue technique. Après un SSFIV très convaincant, les gars de Capcom montrent une nouvelle fois qu’ils maîtrisent fort bien la petite dernière de Nintendo, et The Mercenaries 3D se place ainsi sans problème dans le top des plus beaux jeux de la console. La comparaison avec Resident Evil 5 n’est peut-être pas encore à l’ordre du jour, mais nous avons désormais la preuve que les anciens épisodes de la série pourraient sans problème tourner sur 3DS. Du coup, au lieu de nous refiler un mode bonus au prix fort, Capcom aurait peut-être été plus avisé de sortir une version 3D  de Resident Evil Rebirth ou de Resident Evil 4. Certes, nous aurions encore du bouffer du remake, mais quitte à tester le marché, autant le faire avec un vrai jeu.

Quoiqu'il en soit, The Mercenaries 3D est donc une vraie réussite technique sur 3DS, même s'il ne fait pas non plus dans la surenchère et n'impressionne pas outre mesure. Il faut en effet noter que les développeurs ont eu recours à quelques petites bidouilles pour garantir à leur jeu une fluidité maximale. L'animation des ennemis situés à une certaine distance a notamment été largement simplifiée, et si le résultat s'avère un poil choquant au début, il faut avouer que le jeu sait rester fluide en toute circonstance, même lorsque la 3D est activée. Une 3D qui n'est d'ailleurs pas forcément indispensable, mais qui devrait comme toujours ravir les amateurs d'immersion.



Coté maniabilité, le jeu s’en sort également très bien et se permet même d’apporter quelques nouveautés à la série. Il est ainsi désormais possible de se déplacer et tirer en même temps, bien que quelques limitations subsistent en raison de l'absence de deuxième stick analogique. Par ailleurs, les options nous donnent le choix entre la classique visée par dessus l'épaule et une vue à la première personne qui s’avère plutôt utile à l'usage. Les déplacements restent quant à eux à la troisième personne, mais avec une caméra assez rapprochée qui réduit quelque peu le champ de vision.

Malgré cela, le titre de Capcom s'avère très agréable à prendre en main et même un peu plus nerveux qu'à l'accoutumée, ce qui cadre plutôt bien avec son orientation action/scoring. Il fait de plus un bon usage de l'écran tactile, puisqu'il est possible d'y sélectionner directement ses armes ou de se repérer sur une mini-carte. Dommage, en revanche, que cette carte n'affiche pas la position des ennemis, ce qui aurait quand même été bien utile dans certaines situations.

Pour ne rien gâcher, la durée de vie s'avère plutôt correcte avec un bon paquet de choses à débloquer. Outre les missions qui ne sont pas toutes accessibles dès le départ, il faudra également débloquer les différents personnages jouables, ainsi que leur costumes alternatifs. A cela s'ajoute également une trentaine d'habiletés et une cinquantaine de médailles directement inspirées par les succès/trophées disponibles sur 360 et PS3. A noter également, que le jeu fait une utilisation discrète mais sympathique de la fonction podomètre en offrant la possibilité d'acheter le set d'armes d'un personnage afin de le rendre accessible aux autres. Une option qui n'est normalement accessible qu'une fois que le personnage a obtenu le rang maximal (SS) sur toutes les missions, mais qui pour le coup se monnaie à seulement dix pièces de jeu. Autant dire que cela vaut le coup d'aller se balader...



Un verre deux fois trop petit ?

Au final, difficile de se faire un avis sur ce Resident Evil : The Mercenaries 3D. D'un coté, il pue le stand-alone facile destiné à racketter les fans, mais de l'autre, l'expérience de jeu reste tout de même très agréable, même si elle n'a plus grand chose à voir avec celle d'un Resident Evil classique.

En fait, le principal problème du jeu vient du fait qu'il n'invente strictement rien et se contente de repomper tel quel le gameplay du mode « Mercenaires » de Resident Evil 5 en y effectuant juste quelques timides ajouts. Le résultat est certes plutôt efficace, mais à moins de n'avoir jamais joué à un Resident Evil ou d'être totalement accro au concept, il est tout de même bien difficile de mettre une quarantaine d'euros dans ce qui aurait du rester un simple mode bonus. Et comme Capcom a eu la très bonne idée de rendre la sauvegarde du jeu ineffaçable, nous ne pouvons même pas vous recommencer de l'acheter d'occasion.

Pour finir, évoquons tout de même rapidement la fameuse démo jouable de Resident Evil : Revelations, dont il est obligeamment fait mention sur la jaquette du jeu. Il ne s'agit en fait que de la très courte version pilote qui avait été présentée au Nintendo World de janvier dernier et dans laquelle nous incarnons une Jill Valentine évoluant dans les couloirs déserts d'un mystérieux cargo. L'ambiance est là, la belle se manie parfaitement bien, et le jeu semble plutôt prometteur d'un point de vue technique. Malheureusement, la balade ne dure pas bien longtemps, puisque la démo se termine après seulement quelques minutes de progression linéaire et trois bestioles abattues. Difficile donc de se faire un quelconque avis sur le jeu après un aussi maigre aperçu, mais d'un autre coté il ne fallait pas attendre grand chose du bonus d'un bonus...


Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Capcom
Développeur
  • Capcom
Genre
  • Action - Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   1 juillet 2011
   28 juin 2011
   2 juin 2011

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016