Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Avec un contenu aussi riche, Asphalt 3D aurait pu être en pole position des jeux de courses sur 3DS, s’il n’était pas truffé de nombreux bugs et autres incohérences. Le jeu avait du potentiel, mais avec des carences aussi flagrantes dans tous les compartiments de jeu, son achat est totalement dispensable, voire carrément déconseillé. A trop développer pour les plates-formes mobiles, Gameloft a dû oublier qu'un joueur qui débourse une quarantaine d'euros pour un jeu 3DS, attend un minimum de finition. Il vous restera donc le choix entre attendre des jeux mieux réalisés, ou craquer pour Ridge Racer, son concurrent direct, après en avoir lu notre test, bien entendu !
Verdict !

Les +


  • Un contenu sympathique
barre

Les -


  • Rempli de bugs
  • Gros problèmes de gameplay
  • Manque de challenge
0 commentaire(s)
Asphalt 3D
Par DKG, le 03 Avril 2011

Gameloft, développeur en vogue sur les plates-formes mobiles, déboule sur 3DS avec un nouvel épisode de sa série motorisée fétiche, pertinemment intitulé pour l'occasion Asphalt 3D. Habituée des lancements de consoles portables, la série avait obtenu un accueil mitigé sur DS, bien que légèrement meilleur que celui de Ridge Racer, son concurrent direct. Voyons donc ce que nous réserve cette édition 3DS, après un premier contact plutôt satisfaisant avec la version démo.



Un début plutôt agréable...

Les premières courses laissent entrevoir un jeu plaisant avec un gameplay très accessible et une difficulté plutôt limitée. Malheureusement, après deux ou trois victoires faciles en guise d’échauffement, on essaye de voir ce que le jeu à sous le capot, et l’on

s’aperçoit qu’il n’y pas que la difficulté du jeu qui est limitée…

Coté contenu, tout d'abord, Asphalt 3D nous propose pas moins de dix-sept circuits, offrant la possibilité de piloter dans les plus grandes villes du Monde, de St Tropez à Tokyo en passant par San Francisco. Quant aux véhicules, ce sont plus de quarante voitures et motos aux licences prestigieuses que vous pourrez acquérir en progressant dans le mode « Carrière ». Toutes les plus grandes marques sont ainsi représentées : Lamborghini, Bugatti, Ferrari, Citroën, Mini, Ducati… Le Garage vous permettra de personnaliser votre véhicule, tant d'un point de vue esthétique, avec peinture et stickers, que d'un point de vue mécanique, puisque des pièces moteur seront disponibles pour booster les capacités de vos bolides. De plus, au fur et à mesure du jeu vous débloquerez des sponsors qui amélioreront certaines des caractéristiques de la voiture.



Ce mode « Carrière », qui constitue clairement la colonne vertébrale du jeu, est plutôt complet avec huit types de courses différents. On retrouve ainsi des classiques tels que les modes « Course », « Contre-la-montre » ou « Duel », mais aussi des choses plus originales avec des objectifs plutôt variés. Par exemple, dans les modes « Dérapages » et « Course au Cash » vous devrez atteindre des objectifs de dérapages (drifts) ou d'argent à récolter. On notera ensuite un mode inspiré de Burnout appelé « Justicier », dans lequel le but sera d'éliminer un nombre déterminé de concurrents en faisant se crasher leur véhicule. Enfin, un autre mode, inspiré cette fois de Need for Speed, vous propulsera au cœur d'une course poursuite contre les flics. Pour accompagner le tout, vous aurez à votre disposition une jauge de Nitro, qui se rechargera en récoltant les items disposés le long du circuit. Celle-ci s’utilise selon trois degrés de puissance à l’aide d’une, deux ou trois pressions sur le bouton R, en plus d'un mode « hyper vitesse » disponible lorsque la jauge est entièrement remplie.



Cette flopée de styles de courses devrait, en théorie, rendre le jeu moins répétitif et permettre de jouer plusieurs heures sans se lasser, d'autant que chaque course est accompagnée de deux défis facultatifs (« ne pas utiliser les freins », « finir premier à tous les tours »...). Cependant, on constate rapidement que le travail a été passablement bâclé.

Certains modes comme « Course au cash » ou « Dérapages » sont ainsi très mal pensés, avec des objectifs bien trop élevés pour être réalisés en seulement trois tours. Il sera donc parfois nécessaire de faire demi-tour pour pouvoir remplir les objectifs en question, ce qui est tout de même assez ridicule. De plus, le mode « Dérapages » souffre d'un gameplay approximatif dans la réalisation des drifts, ce qui laisse penser que Gameloft pourrait beaucoup apprendre de Ridge Racer de ce côté-là. Les modes « Course Poursuite » et « Justicier », quant à eux, perdent toute leur crédibilité à cause d’une matérialisation des dégâts plus que légère et d’un système de collision tout simplement horrible. Dans certains cas, il faudra de nombreux coups de pare-chocs pour envoyer valser le concurrent, alors qu'en d'autres occasions ce sera votre concurrent lui-même qui explosera sa caisse en vous frôlant l’arrière train.#row_end Et c'est sans mentionner, le méli-mélo complet des cinématiques de crashs avec sauts d’images, passage au travers de véhicules, et autres aberrations du même genre. La seule constante est que si vous utiliser le mode « hyper vitesse », vous êtes sûr d’exploser tout ce qui se trouve sur votre chemin, même si vous êtes sur une moto et que vous percutez un barrage de flics.

Pour finir sur l'aspect contenu, il existe, outre le mode « Carrière », un mode « Course Rapide » dans lequel vous pourrez affronter vos propres fantômes ou ceux des personnes rencontrés via le StreetPass. Vous pourrez également vous y entrainer aux modes « Justiciers » et « Courses poursuites »  avec les véhicules que vous aurez achetés dans le mode principal. Enfin, le StreetPass offre la possibilité de comparer les chronos ou de voir son classement mondial, et un mode multijoueur en local jusqu’à cinq participants tente de nous faire oublier l'absence de mode online.



Mais qui tourne vite au désagréable !

D’un point de vue plus technique, on se rend compte que de nombreux aspects essentiels pour un jeu de course ont été négligés, ou sont carrément inexistants. Les phases d’accélération sont souvent accompagnées d’un problème de framerate causant des ralentissements et saccades d’images, encore plus prononcés lorsque plus d’un véhicule est présent à l’écran. Dommage, car le jeu est pourtant plutôt fluide à vitesse constante. En revanche, que vous soyez en pleine côte ou en descente, le véhicule se comporte comme sur du plat. Votre vitesse ne fluctue donc pas en fonction du dénivelé de la route, ce qui s'avère

assez frustrant pour un habitué des jeux de courses.

Du côté de l’IA, peu importe votre conduite, vos adversaires ne changeront pas leur trajectoire, et lors d’une course poursuite face à la police, il n’est pas rare de voir une voiture de flics vous dépasser à une vitesse incommensurable alors que votre propre compteur affiche 400km/h. Côté commandes, il est impossible de changer la disposition des touches et ceux qui préfèreraient conduire en boîte manuelle peuvent tout de suite aller se rhabiller. Quant aux amateurs de conduite en vue intérieure, ils peuvent également aller pleurer en silence dans leur coin, car même si la vue est disponible, elle est tout simplement inutilisable. La faute à des véhicules qui apparaissent devant vous au dernier moment, ou encore à ces items (Nitro, dollars ou réparations) qui vous empêchent de voir correctement la route derrière eux.

En fait, Asphalt 3D semble être une version bêta, un jeu inachevé, voire même un poisson d’avril. Le jeu est ainsi truffé de bugs, comme ces voitures lévitant sur l’asphalte, ces sauts d’images lors des collisions et dans les cinématiques de sauts, ou ces voitures à l’arrêt après un saut qui repartent ensuite à leur vitesse de croisière. On pourrait presque croire qu’une mission annexe du jeu est d’en découvrir tous les bugs...



Concernant les graphismes, dans l’ensemble, le jeu n’est pas moche. Les décors sont relativement détaillés et représentatifs de la ville dans laquelle on se trouve. En revanche, même si la 3D est stable et offre une légère profondeur, l’effet demeure trop faible lors des courses pour que son utilisation soit réellement pertinente. Seuls les menus utilisent réellement cette technologie avec des effets de profondeur mais aussi de relief. A choisir, la longévité de votre batterie sera donc prioritaire face à l’effet 3D du jeu.

Pour finir, on peut noter d'autres défauts de conception à la fois comiques et un brin pathétiques. L'un d'entre eux est visible sur le circuit de Pise par mauvais temps. Vous pourrez y apercevoir des taches verticales à l'écran, ressemblant à ces artefacts visibles sur les bobines des vieux films couleurs sépia, et qui sont censées être des gouttes de pluies. Mais le plus drôle de tous est certainement le bruit du moteur de votre véhicule. C'est en effet la première fois que vous serez au volant d'une voiture sans cesse en sous régime et aux nombres de vitesses illimitées...

En conclusion, nous avons du mal à imaginer que Gameloft puisse sortir un jeu de la sorte, surtout après nous avoir habitué à des titres de qualités. Et malgré un contenu plutôt riche avec des modes originaux, on se demande si les développeurs n'ont pas oublié de tester leur jeu, car il est impossible de passer à côté de tous ses bugs. C'est vraiment dommage qu'une licence aussi reconnue soit tombée si bas, espérons que le développeur corrigera le tir avec un autre opus digne de ce nom. En conséquence, nous ne pouvons décemment pas vous conseiller de vous procurer Asphalt 3D.


Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo 3DS
Editeur
  • Ubisoft
Développeur
  • Gameloft
Genre
  • Course
Nombre de joueurs
  • 1 à 6
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   25 mars 2011
   27 mars 2011
  

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016