Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Prince of Persia : L’Ame du Guerrier reste un bon jeu, c’est indéniable mais il est loin d’exceller comme l’avait fait son prédécesseur voilà un an. L’ambiance glauque à souhait enlève finalement le charme qui se dégageait de cette série, la magie ne fait plus effet et gâche considérablement le jeu. Ceci dit la réalisation générale tient quand même la route même si les fans ne pourront s’empêcher d’être déçus.
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • L'ambiance générale qui, finalement, dénature le jeu
  • Les musiques
  • Les bugs récurrents
0 commentaire(s)
Prince of Persia : L'Ame du Guerrier
Par Draco, le 19 Décembre 2004



Les suites, rotation éternelle du destin...

Une légende veut qu'une suite, en règle trop générale, soit bien moins exaltante que la genèse. Nous espérions vraiment voir cette légende tomber telle les ruines d'un château trop vétuste mais nous avons finalement été confrontés à la fatalité !

Récit de l'histoire d'un homme qui voulait échapper à son destin…



Entre passé et présent, récit d'une histoire des milles et une nuit !


Le jeune prince avait changé le cours de son destin grâce aux sables du temps et avait inconsciemment échappé à une mort qui lui était destinée, une mort écrite dans le livre du destin. Recherché et traqué par un Dahaka, une incarnation invincible du Destin exerçant la vengeance divine, le Prince se lance dans une quête où combats et énigmes vont lui permettre d'échapper à une mort prochaine. Son périple le mène au cœur d'une île maudite abritant les pires cauchemars de l'humanité.

Bien décidé à empêcher que les sables du temps soient crées par l'impératrice, le prince devra remonter dans le temps afin d'empêcher l'accomplissement de son destin.

Dès les premières secondes de jeu, qui suivent une scène cinématique plutôt oppressante, nous sommes plongés au cœur d'une bataille sordide se déroulant sur un bateau. Là, nous sont expliqués les différents et très nombreux mouvements possibles lorsque l'on tient une seule épée ou lorsque l'on en a deux (appuyer sur Start puis sur Liste des Combos pour afficher la liste complète des actions).
Le jeu semble donc de prime abord se baser beaucoup plus sur le combat mais l'on se rend compte au fil de l'aventure que ces combos sont là dans le but de rendre les scènes de combats moins moroses.

Il ne faudra pas longtemps pour commencer à s'interroger sur le fun de ce prince of Persia, quel est ce sentiment d'inachevé qui vient caresser nos pensées ? Pourquoi a-t-on l'impression que l'âme de ce jeu s'est complètement évaporée en comparaison de Sands of Time ? Réponse…



Une ambiance sombre mais bâclée


Durant de longs mois, les différentes images servies par Ubi Soft laissaient entrevoir un jeu sanglant, dans une atmosphère glauque dans lequel le héros du jeu avait perdu toute innocence pour devenir une véritable machine dans laquelle toute émotion et toute classe princière ont disparu. Le visage mal rasé donnant de lui une image de baroudeur, les habits déchirés et le teint morne forment désormais ce nouveau prince. Le jeu nous démontre que les images n'avaient pas tort.

Une fois le pad en main on se rend compte que toute l'atmosphère magique des milles et une nuit, d'Aladin et consort a complètement disparu pour laisser place à un jeu violent servi de musiques au bruit métallique complètement hors sujet. N'en reste pas moins que l'on se complait à trancher des têtes, découper en deux son ennemi ou lui jeter de loin son épée afin de le transpercer.

Ubi Soft aurait du garder les éléments qui avaient plus, ce zeste d'innocence et de magie. On se retrouve face à un jeu vraiment très fouillé malgré les quelques bugs d'affichages (des ennemis parfois invisibles, tels que les corbeaux) et certains ralentissements gênants. Cependant, Prince of Persia : L'âme du Guerrier séduit quand même le joueur en offrant une réalisation somme toute plutôt bonne ; mais nous sommes loin des prouesses graphiques de certains jeux sur Gamecube. L'un des atouts majeurs du premier opus l'an dernier c'était son ambiance sonore, chose qui a été complètement massacrée dans le jeu.

On se retrouve en effet face à des musiques de métal qui dénaturent complètement l'ambiance. Elles n'en sont pas pour autant mauvaises, juste mal choisies même si elles ont le mérite pendant les combats de pousser le joueur à trancher de part en part son ennemi. Pourquoi avoir choisi de telles musiques ? Logiquement cela va de paire avec l'ambiance malsaine et glauque qui s'en dégage, mettre une musique comme celles que l'on entendait jadis dans les rues de Bagdad n'auraient sans doute pas été non plus étés très propices à la situation. Les voix françaises sont un peu tirées par les cheveux mais restent quand même crédible. #row_end

On s'éclate vraiment tout au long du jeu mais on a quand même dans la bouche un arrière goût vraiment pas bon, comme si Ubi Soft n'avait peut-être pas fait le bon choix en rendant son jeu aussi glauque.



Des combats sympas mais sans plus !


Les combats sont vraiment complets, il y a des tonnes de combinaisons à réaliser lorsque vous affrontez un ou plusieurs ennemis. Pour voir la liste complète, il vous suffit de mettre le jeu sur pause et d'aller dans « Liste des Combos ».

Là sont exposés tout ce que vous pouvez faire, appuyer 4 fois sur B pour un enchaînement, 2 fois sur Y et deux fois sur B pour un enchaînement plus dévastateur, etc… Ceci redonne de l'intérêt aux combats, un peu plus que ceux de l'époque. Vous avez désormais la possibilité d'avoir deux armes, une dans chaque main et d'en lancer une de loin pour terrasser votre ennemi sans trop prendre de risques. Le jeu accueille un peu plus de races d'ennemis ce qui diversifie un peu le tout. Selon les enchaînements vous pouvez propulser votre ennemi, l'étrangler, lui trancher la tête ou lui couper le buste en deux.

Vous aurez la possibilité de ralentir le temps pendant des combats par exemple ce qui vous permettra de venir facilement à bout de plusieurs ennemis coriaces cependant le ralentissement à l'époque de Sands of Time était quand même beaucoup plus jouissif. Concernant la jouabilité on s'y perd souvent, si bien que réaliser des combos se réduira à tapoter comme un con sur le bouton B et à réaliser toujours la même chose.

Au fil de l'aventure nous devrons aller à un certain point du palais afin de remonter dans le temps grâce à des sortes de transporteurs basés sur les sables du temps. Ceci afin de réussir à débloquer quelque chose dans le passé qui influera sur le présent et vous permettra de continuer votre aventure. Votre but sera de faire divers voyages dans le temps entre palais neuf (passé) et palais en ruine (présent) afin de dévier les différents cours d'eau qui débloqueront l'accès à la salle où se trouve l'impératrice qui désire activer les sables du temps.

 Durant l'aventure vous serez de temps à autre poursuivi par le Dahaka, vous ne pouvez rien contre lui à part vous enfuir, si vous êtes trop long il vous tuera pour que s'accomplisse votre destin (rappelons que vous avez modifié votre destin sans le savoir grâce aux sables du temps). Durant ces phases de poursuite, l'adrénaline est à son comble, un pur régal !



Le jeu se veut très coriace dès les premières minutes de jeux, ceux qui se seront amusés à mettre le jeu en hard comme nous vont se régaler car plus on avance plus c'est difficile, bien plus que Sands of Time. Ainsi on se retrouve face à un jeu qui tiendra tête sur certains passages aux meilleurs d'entres vous, cette difficulté renforce un peu plus la durée de vie qui est bien meilleure que celle de son prédécesseur. Bien meilleure si l'on décide par exemple de trouver tous les coffres cachés du jeu (il faut savoir que durant votre quête vous trouverez des coffres plus ou moins cachés qui vous permettront de débloquer des Bonus, tels que des Concepts Arts par exemple).


Capitaine flam tu n'es pas… ?!


Que les fans de plate-formes se rassurent les passages de sauts sont toujours présents et sont les fondements même de ce jeu ! Il arrive de se perdre au cours des missions et la carte qui s'affiche grâce au bouton Z n'est pas vraiment d'un grand secours pour indiquer où nous devons nous rendre. On se retrouve souvent à errer dans un lieu pendant plusieurs minutes sans savoir par où passer, ou tout bêtement où aller. Ce Prince of Persia : l'Âme du Guerrier se révèle être un jeu finalement très interessant qui mérite de s'y pencher.

Cependant prenez garde car il est vraiment moins bon que le premier et risque de décevoir un paquet de fans qui avait adulé Sands of Time. La raison de cette déception est en partie due à l'ambiance qui s'en dégage ; Ubi a voulu innover et donner une nouvelle dimension mais ça n'aura finalement pas convaincu plus que ça. Le jeu souffre de ralentissements et de divers bugs mais rien de vraiment gênant. A coté de cela, les combats, la durée de vie et le level-design sont vraiment très réussis.

Pari réussi même s'il sera difficile de convaincre véritablement les fans de Prince of Persia : The Sands of Time qui apprécieront grandement cette suite mais qui n'auront pas la même jouissance qu'avant. Quelque chose qui faisait que ce jeu était magique s'est perdu au profit d'un soft plus adulte et peut-être de plus grand public…

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • GameCube
Editeur
  • Ubisoft
Développeur
  • Ubisoft
Genre
  • Aventure
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   2 décembre 2004
   30 novembre 2004
   Non prévue

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016