Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
New Kick Off est une déception. Avec une licence comme Captain Tsubasa, des personnages aussi charismatiques et des fans attachés à l’anime ou au manga, pourquoi bâcler un titre qui, en jouant la carte de la simplicité, pourrait être bien plus fun ? Retrouver l’univers et les protagonistes de la série est certes sympathique mais si vous voulez votre dose de Captain Tsubasa, il est plutôt conseillé de jeter un coup d’œil à la récente réédition du manga en France plutôt qu’à ce jeu.
Verdict !

Les +


  • L’univers Captain Tsubasa
  • Les noms japonais
barre

Les -


  • Graphismes brouillons
  • Une maniabilité extrêmement pénible
  • Beaucoup de choses inutiles
  • Musiques inintéressantes
  • Les voix ont apparemment disparu
0 commentaire(s)
Captain Tsubasa : New Kick Off
Par Tao, le 14 Nov 2010

Y a-t-il réellement besoin de présenter Olive et Tom, ces deux footeux toujours en forme apparaissant dans un dessin animé ayant bercé la jeunesse de beaucoup d’entre nous ? Prononcer leurs simples prénoms ne peut que provoquer un élan de nostalgie et de souvenirs dans ce qui reste de notre âme d'enfant. Les terrains de 20 kilomètres, les ballons ovales, les dialogues interminables, on a beau dire, c’était le bon vieux temps. Créé par Yōichi Takahashi au début des années 80, l’œuvre est à la base un manga baptisé Captain Tsubasa et comprenant 37 tomes. Suite à l'important succès rencontré par la bande-dessinée et la série, de nombreuses adaptations vidéoludiques virent le jour, principalement sur NES et Super NES. Konami, l’actuel possesseur de la licence, profite maintenant des 30 ans de l’œuvre pour ressortir un titre sur Nintendo DS qui a eu le droit à une localisation européenne : Captain Tsubasa : New Kick Off.



On reprend les mêmes et on recommence !


Développés et édités par Tecmo, les premiers titres tirés du manga proposaient au joueur un mélange étrange de football et de RPG. On retrouve au passage ici un bel exemple de jeu ayant été totalement rebaptisé avec sa localisation puisque le premier épisode NES, originellement (et originalement) nommé Captain Tsubasa se transformera en Tecmo Cup Football Game pour son arrivée en Europe, perdant ainsi tout lien avec la série. Comme pour les jeux de Tecmo, on retrouve dans New Kick Off un mélange de RPG et de football qui en étonnera plus d’un. C’est simple, il faut passer par un menu pour chaque action que l’on veut réaliser. Une passe ? Menu. Un tir ? Menu. Celui-ci s’ouvre d’ailleurs automatiquement lorsque l’on arrive au contact d’un adversaire, que ce soit pour attaquer ou pour défendre. Puis, quand un geste est réalisé, notre joueur perd un peu de sa jauge d’énergie. Certains joueurs ont aussi des caractéristiques spéciales : vous retrouverez ainsi les supers tirs, la bicyclette de Tsubasa ou le tacle rasoir de Sōda qui s’exécutent également par le menu et quand la situation le permet. Oui, il est en effet difficile de faire une bicyclette suite à une passe au sol…

  

En clair, on ne passe que très peu de temps avec la vue de dessus traditionnelle des jeux de football puisqu’à la suite de chaque action, une animation et des dialogues inutiles surviendront et vous pourrez ainsi admirer votre superbe passe ou votre magnifique contrôle. Cela casse évidemment complètement le déroulement d’une partie et s’avère très rapidement lassant.
#row_end

Hé, petit être difforme ! Fais-moi une passe !


Après avoir abordé ce gameplay qui permettra d’endormir les plus insomniaques d’entre vous, parlons graphismes. Soyons francs, il est quasiment impossible de reconnaître un des personnages de la série avec la vue aérienne sans le sélectionner et donc voir apparaître son nom à l’écran. Pour les animations, c’est un tout petit peu mieux mais cela reste très brouillon et laid. On appréciera tout de même les dessins des protagonistes lors des phases de dialogue ou des moments-clés d’un match.

  

Une bonne nouvelle toutefois, les noms japonais ont survécus à la terrible épreuve de la localisation. L’obscure aurore n’a donc pas touché à Tsubasa, Ishizaki, Misaki ou Hyūga, ni aux équipes de Nankatsu, Furano ou Azumaichi. C’est déjà ça. Ces dernières se retrouvent d’ailleurs dans le mode histoire qui reprend le scénario du manga. Avant de débloquer d’autres possibilités, on commence avec Nankatsu (New Team pour les amateurs de l’anime) afin d’enchaîner les matchs et remporter le championnat, mais l’on pourra ensuite incarner d’autres équipes dont celle du Japon.   À chaque rencontre, les personnalités fortes présentes sur le terrain font leur petit numéro et sont toujours plus dangereuses que leurs camarades, mais les écraser ne sera pas un problème à moins que l’on désire obtenir le rang S, ce qui ne sera pas une mince affaire puisque cette fameuse note nous est attribuée si l’on a joué le match de la même façon qu’il s’est déroulé dans le manga. Finir sur un score de 2-1, tacler tel joueur dans la première mi-temps, tirer suite à une passe longue de tel coéquipier, voilà ce qui vous attend pour atteindre la perfection. Un guide ou une solution sont ici fortement conseillés car obtenir le rang S est peut-être un des seuls intérêts du jeu, empêchant les 7-0 à répétition et débloquant en plus des techniques, équipes utilisables en VS et de superbes objets inutiles.

Inutilité


Avant chaque affrontement, il est possible de paramétrer un tas de choses inutiles comme la stratégie, la formation, donner des objets aux joueurs (crampons, gants, etc.). Tout ceci n’a pas (ou peu) d’influence sur les matchs et on se demande ce qu’ils font là. De même, les corners, penaltys ou coups francs sont tellement rares que les enlever complètement du jeu n’aurait même pas été choquant. Les musiques sont clairement passe-partout, sans grande originalité, accompagnent du blabla lui aussi inutile et les voix digitalisées de la version japonaise ont, sauf erreur, visiblement disparu par magie. Enfin, le temps des matchs est incroyablement long et en ajoutant cela au gameplay présenté en début de test, il est parfois dur de ne pas s’ennuyer.

  

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Konami
Développeur
  • Konami
Genre
  • Sport - RPG
Nombre de joueurs
  • 1 à 4
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   4 novembre 2010
   Non prévue
   20 mai 2010

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016