Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Si Kage no Tô s’annonçait prometteur, la grande crainte à son sujet s’est finalement confirmée. Comme bon nombre de jeux de réflexion, le concept finit par perdre en intérêt passées quelques heures. KnT serait même trop long pour ce qu’il propose. On s’attendait ainsi à ce qu’il soit sauvé par diverses émotions qui en auraient émané. Malheureusement, il en est dénué malgré son ambiance pourtant servie par une belle réalisation technique et une bande sonore convaincante quoique particulière. KnT est uniquement un titre graphique, esthétique mais froid.
Verdict !

Les +


  • L’ambiance générale, l’esthétique.
  • Le thème du jeu, Hinagiku.
  • Le concept…
barre

Les -


  • ...qui s’essouffle rapidement.
  • Pas de réelle difficulté.
  • Redondance des environnements.
  • Rythme poussif.
0 commentaire(s)
A Shadow's Tale
Par Xeen, le 15 Aug 2010

Sorti en 2001, ICO, de Fumito Ueda, marqua de nombreux joueurs avec son univers onirique et poétique, son gameplay basé sur les jeux d’ombre et de lumière, et ses protagonistes attachants s’entraidant pour traverser bien des épreuves. C’est la raison pour laquelle Kage no Tô, littéralement la Tour de l’Ombre, s’est fait remarquer par ses fortes similitudes avec ICO et est, par conséquent, attendu par un certain public. Disponible depuis le 22 juillet au Japon, le jeu sortira en Europe le 14 octobre prochain sous le nom A Shadow’s Tale. Cependant, entre l’ombre et la lumière, Kage no Tô a préféré la première.



Dans un monde inconnu et intemporel se dresse une immense tour au sommet de laquelle un garçon, en lévitation entre deux piliers, semble inconscient et prisonnier. Une imposante silhouette encapuchonnée s’approche alors de lui et de sa main jaillit une épée. Puis, elle frappe le jeune homme avec, détachant son ombre de son corps, empoigne celle-ci et la jette dans le vide. Après avoir fait une chute vertigineuse et s’être écrasée sur le sol, l’ombre se relève toutefois et se retrouve face à une fée ressemblant à un papillon de nuit, Kuroageha. Tous deux pénètrent à nouveau dans l’immense structure afin d’en atteindre le sommet sans que l’on sache véritablement de quoi il en retourne.

La Tour, prends garde !


Kage no Tô (KnT) n’a finalement pas grand-chose à voir avec ICO. Même si les deux titres sont classables dans le genre de l’action-plateforme / réflexion, KnT est plus proche, dans la forme, des premiers Prince of Persia ou des Oddworld (Odyssée et Exode d’Abe). L’univers est, lui, loin d’être poétique. Les environnements de la tour, faite de béton et de métal bouffé par la rouille, sont crades et insalubres. Elle abrite en son sein une cité vidée de sa population, des usines en état de désolation ainsi qu’une immense cathédrale plus ou moins détruite. Néanmoins, KnT reprend d’ICO une partie de son gameplay basé sur la dualité entre l’ombre et la lumière tout en ajoutant la notion de perspective telle qu’on peut la voir dans un jeu comme Echochrome.



Dans les faits, les environnements sont en 3D mais la lumière du soleil couchant (ou l’éclairage ambiant, c’est selon) projette les ombres des éléments du décor (des piliers, des murets, des barrières…) sur le sol ou les murs. C’est sur ces ombres projetées que se déplace celle du héros. Elle se meut donc uniquement en 2D. Elle peut marcher, courir, s’accroupir, sauter ou s’agripper à des parois. Une zone lumineuse où il n’y a aucune ombre équivaut pour elle à un précipice. De même, une ombre se dressant devant elle à la verticale peut constituer un mur infranchissable. Pour pouvoir se créer un nouveau chemin, soit l’ombre agit en actionnant celles d’interrupteurs ou de leviers, soit Kuroageha, que l’on bouge avec la Wiimote, manipule des éléments du décor en les translatant ou en les faisant pivoter afin de changer leurs ombres projetées respectives. Dans le même ordre d’idée, il est possible de modifier l’exposition des objets à la lumière représentée alors par des ampoules que l’on déplace avec la petite fée sur des axes horizontaux et verticaux. Les ombres projetées suivant les cas sont par conséquent soit agrandies, étirées ou rétrécies. Plus tard dans l’aventure, l’ombre pourra se matérialiser en être de lumière pour un temps limité en traversant des portails spécifiques, évoluer librement dans les décors, et interagir avec l’environnement réel.



L’essentiel de KnT ne se déroule pas uniquement dans la tour. On se retrouve parfois à l'extérieur, que ce soit durant le prologue ou vers la fin du jeu avec des ruines. La tour et ses environs sont découpés en niveaux au bout desquels se trouve un mur d’ombre. L’unique moyen de le détruire est de trouver trois dispositifs ressemblant à un œil rouge dispersés de part et d’autre du niveau. Au cours de son périple, l’ombre récupère des souvenirs permettant à la fois d’augmenter son poids, correspondant à sa barre de vie, et de découvrir les tenants et aboutissants de l’histoire. Son poids maximal atteint d’ailleurs 21 grammes, soit le poids supposé d’une âme.

Évidemment, l’ombre a de nombreux pièges à déjouer et pas mal d’ennemis à combattre. Elle dispose pour cela d’épées. KnT fait légèrement dans le malsain lorsque ces créatures, des ombres elles aussi à l’apparence vaguement humaine ou animale, poussent un dernier râle ou un gémissement avant de trépasser. La plupart ont les yeux rouges mais certaines les ont bleus, signifiant que les attaques normales n’ont aucun effet. Il faut alors user de pièges pour les éliminer, à moins qu’elles ne puissent servir à déclencher un mécanisme inaccessible. Une fois un monstre vaincu, l’ombre du héros récupère des orbes rouges, pour recouvrer du poids, et mauves, augmentant ses points d’expérience, ce qui lui permet de porter des attaques plus puissantes lorsqu’elle monte en niveau. #row_endElle en obtient aussi en parvenant à sortir de couloirs dimensionnels bloquant son chemin et symbolisés par des portes noires. Les énigmes de ces phases, en plus d'être basées sur la dualité ombre/lumière, reposent sur la manipulation des angles de vue du décor via des rotations vers la droite ou la gauche.



L’ombre d’un jeu ?


Hudon Soft a vraiment fait du bon boulot sur la gestion des teintes, des éclairages et du contraste ; sans compter l’apposition de filtres ou l’abus de la motion blur (flou artistique) faisant que l’univers de KnT semble irréel, évanescent, tout droit sorti d’un rêve duquel on émergerait. Le décor de la Tour de l’Ombre, la vraie, fait dans le psychédélique dark avec un rendu pour le moins original comparable au négatif d’une photo. Les angles de caméra ont aussi savamment été étudiés avec l’ombre du héros passant brusquement du premier au dernier plan ou se retrouvant posé à plat lorsque les projections sont à même le sol. Certains, assez ingénieux, ont d’ailleurs pour but de faire oublier qu’on dirige une ombre et non un être matériel, faisant qu'on a l’impression de voir un obstacle là où il n’y en a pas. Idem pour les pièges. Les animations des ombres du héros et des monstres sont soignées. Quelques-uns reprocheront à la maniabilité d’être un peu rigide, avec des sauts imprécis, mais cela est inhérent au genre, tout comme le fait que certaines actions demandent une précision quasi-millimétrique.



A l'instar d'ICO, il n’y a pas de musique à proprement parler. Les diverses compostions font davantage office de bruit de fond, amplifiant ainsi les bruitages. En revanche, le thème du jeu, Hinagiku, signé par Gutevolk, une artiste japonaise au style proche de Bjork, est somptueux. La bande originale contribue aisément à s’immerger dès le début dans cet univers irréel, désolé mais aussi particulièrement paisible. Un voyage qui dure quinze heures environ pour peu qu’on termine le jeu à 100% en trouvant l’ensemble des 90 souvenirs et en traversant les 40 couloirs dimensionnels. Cependant, cette durée de vie pénalise d’une certaine façon KnT.

Aussi sympathique soit le concept, il finit par s’essouffler. C’est généralement le défaut des productions comme ICO, Shadow of the Colossus, Katamari Damacy…Une fois la surprise passée, on s’aperçoit qu’il n’y a guère de renouvellement. KnT montre ses limites dès les premières heures. Bien que les énigmes exploitent davantage le gameplay au fil de la progression et tendent à devenir plus retorses, on finit toujours par retomber sur des situations vues antérieurement. Par ailleurs, aucune énigme n’est véritablement prise de tête et KnT se parcourt de long en large sans la moindre difficulté.



La redondance des environnements n’aide pas, même si cela est justifié car les niveaux sont regroupés en mondes. Sauf qu’un environnement comme celui de l’usine désaffectée occupe par exemple la moitié des étages de la tour. Idem pour les 40 couloirs dimensionnels possédant tous le même décor de fond. De plus, si l’extérieur de la tour, la ville abandonnée ou la cathédrale sont attrayants, c’est déjà moins le cas d'autres lieux tels que les égouts. En conséquence, l’immersion n’est jamais totale et l’impression que KnT tire en longueur est souvent ressentie à cause de son côté monotone, les combats nombreux et inintéressants n'aidant pas. Cela est dû aussi à la progression même dans l'aventure. Ainsi, l’objectif initial va d’abord consister à atteindre le sommet de la tour puis ensuite à visiter de nouveau ses différents étages afin de débusquer 5 morceaux de vitrail ou de récupérer les souvenirs manquants, car ce n’est que peu avant le dernier étage que l’ombre gagne la faculté de se matérialiser, pouvant alors se rendre dans des recoins jusque-là inaccessibles. Une fois le vitrail reconstitué les derniers niveaux se débloqueront, dont ceux consacrés à la Tour de l’Ombre.

Pour finir, KnT pâtit de la structure éclatée de son scénario qui se comprend via quelques-uns des souvenirs ou de rares artworks de transition. Il y a peu de cinématiques et on ne s’attache pas vraiment aux deux personnages demeurant muets de bout en bout. Le tout manque singulièrement d’émotion. ICO avait marqué les esprits à cause de son originalité, en étant le premier venu, mais aussi parce que l’accent avait été mis sur l’émotion suscitée par la relation entre ses deux protagonistes principaux (le héros devait veiller sur Yorda). Autrement, l’expérience restait limitée au niveau du jeu et d'autres productions avant lui ou depuis ont su davantage mettre la partie émotion au premier plan.

Que resterait-il d'ICO si on lui retirait sa partie émotion ? KnT apporte la réponse : un trip visuel d’une beauté glaciale.


Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Wii
Editeur
  • Hudson Soft
Développeur
  • Hudson Soft
Genre
  • Réflexion - Action
Nombre de joueurs
  • 1
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   14 octobre 2010
   4 janvier 2011
   22 juillet 2010

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016