Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Un bon jeu qui respecte à merveille l’univers des films, c’est simple, on s’y croirait. Malgré tous ses défauts, le jeu vaut son prix, mais si vous êtes plutôt du genre méfiant à l’égard de ce genre de jeu, attendez qu’il paraisse en version d’occasion ou alors tournez-vous vers l’opus précédent, les Deux Tours, déjà disponible d’occasion. Bref, une aventure palpitante et très intéressante à vivre...
Verdict !

Les +


barre

Les -


  • La caméra en mode deux joueurs
  • Les vidéos saccadées
  • La durée de vie minable
0 commentaire(s)
Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi
Par Kiklox, le 01 Janvier 2004

Lorsqu'un jeu, basé sur un film, lui-même tiré d'un livre, sort sur une console, on s'attend généralement à un produit sans saveur, ayant pour unique but de faire tourner les sous. Mais, quand on sait que ce jeu provient d'un studio de développement suffisamment connu pour sa qualité ou du moins, pour son succès, on peut toujours espérer quelque chose d'intéressant...
Il est certain qu'après avoir eu le droit l'an dernier à un Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours assez réussi, du point de vue technique comme du point de vue d'expérience de jeu, on ne pouvait qu'en attendre plus de sa suite. Alors, pari réussi ? C'est la question que l'on va se poser, et à laquelle on va tenter de répondre, le plus clairement possible…




Mon Seigneur, vous avez une sacrée collection d'anneaux dites-moi…


Pour amorcer ce test, rien de tel que de se replonger dans l'histoire de ce troisième et dernier volet de la trilogie du Seigneur des Anneaux. Si vous n'avez pas eu l'occasion de lire le livre, ni d'aller voir le film, et que vous ne souhaitez pas en savoir plus avant d'être allé voir le film, vous pouvez vous rendre à la partie qui suit. (mais vous pouvez lire les deux paragraphes qui suivent, ils ne parlent pas à proprement parler de l'histoire)

Avec trois chapitres, l'histoire de J.R.R Tolkien a réussi ce que beaucoup d'autres livres n'ont pas pu faire, c'est à dire remporter un grand succès et faire vivre tout un univers étendu que les fans se plaisent à agrandir chaque jour avec leur imagination. Même si l'univers Héroïc-Fantasy n'a pas été inventé par cet homme, on peut dire qu'il a permis à celui-là de s'étoffer et donc, l'aider à devenir plus vaste.
Le troisième volet de cette trilogie, s'intitulant Le Retour Du Roi, aura donc la grande et dure tâche de clore cette aventure. Ce sera là la « dernière » grande aventure de Frodon, Sam, Aragorn, Legolas, Gimli, et tous les autres, l'ultime chapitre qui se conclura par la destruction de l'anneau dans les flammes de la Montagne du Destin.

Le jeu reprendra donc là où le film, et non le livre, commence. Car Peter Jackson, le réalisateur des films du Seigneur Des Anneaux, n'a pu évidemment reproduire à l'identique les évènements des livres. Pensez donc, comment parvenir à rentrer dans trois heures de vidéos un bouquin que l'on pourrait surnommer « pavé », comme on le fait généralement pour les livres longs et gros ? Imaginez en plus, le faire pour trois films qui se suivent, il est donc obligé que certains passages soient déplacés, voir supprimés. Il était important aussi de préciser que le jeu se base sur les films, et non les livres, Electronic Arts ne possédant les droits de ceux-ci. Mais on pourrait presque dire tant mieux, car pour ceux qui ont vu les films, il serait étrange de retrouver les personnages importants de l'histoire avec des visages inconnus et complètements différents dans leur esthétique.

Nous sommes en Terre du Milieu, un pouvoir maléfique règne sur ce monde, et sème la terreur sur cette terre. Il s'agit de Sauron, un être aux pouvoirs extrêmement puissants capable de terrasser tout sur son passage. Mais cet être fut vaincu jadis, par un roi, le roi du Gondor.
C'est ainsi que Sauron retourna à l'état d'esprit, liant sa puissance avec un anneau, l'anneau maître que seul lui, peut contrôler. S'ensuit alors tout ce que vous avez lu ou vu, une communauté de l'anneau est formée, composée de 4 Hobbits que sont Frodon, Sam, Merry et Pippin, d'un magicien, Gandalf, de deux hommes, Aragorn et Boromir, d'un elfe, Legolas et d'un nain, Gimli. Tous partirent en direction du feu sacré de la montagne du Destin, pour détruire l'anneau porté par Frodon, car seul ses flammes créatrices peuvent le détruire. La communauté sera dissoute, perdant ainsi un homme au combat, Boromir, et Sauron devenant chaque jour plus puissant. Vous épargnant les différentes batailles et évènements du second volet Les Deux Tours, nous arrivons à l'épisode ultime, celui sur lequel le jeu prend vie.

L'histoire


Le Retour Du Roi, là où Frodon et Sam, confrontés à la traîtrise de Golum (ancien Hobbit du nom de Smeagol, corrompu par l'anneau durant de longues années) se verront envoyés par un guide sournois dans les endroits les plus dangereux de la Terre du Milieu, passant de Minas Morgûl, au tunnel d'Arachné. Pendant que Sam et Frodon avancent chaque jour plus près de la montagne du Destin, Aragorn, Gimli et Legolas s'avancent doucement dans l'antre des morts, un souterrain dans lequel les attende une armée de soldats morts tout entière. Aragorn, héritier du trône du Gondor possédant l'épée du roi détient le pouvoir de contrôler cette armée d'esprits tourmentés, en leur promettant d'accomplir leur serment, les libérant de cette mort vivante.
Durant leurs dures négociations avec les morts, Gandalf, lui, accompagné de Pippin, tente de sauver la cité Minas Tirith, et par la même occasion, offre à Frodon et Sam plus de temps pour se rendre au volcan, en faisant office de diversion pour l'œil malveillant de Sauron, qui surveille attentivement les moindres recoins de la Terre du Milieu.

C'est ainsi qu'avec persévérance et combats, Frodon et Sam arriveront tous deux au-dessus des flammes du volcan, mais Golum n'est pas décidé à laisser ceux-là détruire l'anneau, avec avidité alors il se jète sur Frodon et lui arrache le doigt où l'anneau se trouvait, tenant l'anneau dans sa main, Frodon, pour le récupérer, se jette sur Golum et le pousse, avec l'anneau, dans la lave. L'anneau détruit, tout ce qui fut construit avec et pour lui disparaît. Sauron est détruit donc, et tous les Orcs meurent à leur tour.

Un anneau pour les gouverner tous….


Le jeu, à son ouverture, propose un menu classique et très simple contenant un mode solo, coopératif, un sous menu pour les options et un sous menu presque sans intérêt qui vous propose de revoir le générique. Sur fond de menus, une image de Minas Tirith assez jolie d'une teinte orangée vous accueillera, ainsi qu'une très grande musique, tirée bien évidemment du film, qu'est celle que l'on peut entendre lors des passages au Rohan, une musique très celtique.

Nous allons tout d'abord nous attarder sur le mode un joueur, qui est le point le plus important du jeu avec la coopération. Le jeu se divise donc en trois parties bien distinctes, pour ceux qui ont lu les paragraphes ci-dessus, vous comprendrez donc que ces trois parties représentent trois chemins différents, que vous emprunterez donc obligatoirement pour pouvoir arriver à la montagne du Destin, qui est votre destination finale.
Mais le choix vous est proposé et on apprécie l'initiative, car ces trois chemins retranscrivent des évènements différents, qui se déroulent en parallèle les uns des autres mais qui aboutissent finalement au même point.

On aura donc le choix entre incarner Gandalf et Pippin, qui se devront de défendre Minas Tirith pour repousser l'attaque ennemie, Aragorn, Gimli et Legolas pour tenter de convaincre les morts de combattre à vos côtés, et Frodon et Sam pour tenter d'arriver aux flammes du Mordor.
Trois chemins liés donc, représentés comme une immense fresque murale elfique dans un menu très bien réalisé.
Les premiers niveaux seront plus qualifiés de tutoriaux, car en effet, ceux-ci se terminent rapidement et sans grosses difficultés, mais sachant qu'il y a environ quatre niveaux à emprunter avec Gandalf, cinq avec le groupe d'Aragorn, et quatre avec Frodon, il y a de quoi faire.

Un anneau pour les trouver…


Avec ces trois chemins, que sont le « Chemin du Magicien », le « Chemin du Roi » et le « Chemin des Hobbits », la durée de vie du jeu pourrait paraître suffisamment grande pour qu'on puisse passer de longues journées dessus. Mais parfois les apparences sont trompeuses, et c'est pourquoi on préfèrera citer le plus gros point noir du jeu en premier, avant d'en ressortir les qualités. La durée de vie du jeu est vraiment très, voir trop courte, comptez près de cinq ou six heures pour le finir en solo, et à peu près la même chose pour le mode coopératif, soit une douzaine d'heures en tout, ce qui est pitoyable par rapport à d'autres jeux du genre, tel Viewtiful Joe de Capcom. Mais il est vrai que tout de même dans la majorité des jeux en Beat'em all la durée de vie est leur plus gros défaut.
Bref, une déception à ce niveau qui sera sûrement rattrapée par les atouts cachés du jeu.

#row_endMais ne voyons pas que du mal en ce jeu, non, on devrait même y voir presque que du bon, notamment au niveau des graphismes, car là on peut l'affirmer, Electronic Arts a fait de l'excellent travail, on reconnaît sans mal les personnages des films, bien que leurs visages soient figés (leurs bouches ne bougent pas lorsqu'ils se mettent à parler), l'important ne réside pas dans leurs émotions faciales, car on ne les observe quasiment que de dos. Mais l'effort est à souligner tout de même, et il en est de même au niveau des décors.

Bien que parfois certains ne respectent pas à l'identique ceux des films (derrière la porte noire, on devrait pouvoir observer l'œil de Sauron, mais il a été remplacé par la montagne du Destin, de même que devant cette porte, normalement il n'y a que de la terre, et non des débris d'une ancienne tour), on a le plaisir de retrouver les lieux importants modélisés en 3D. Pour ceux qui n'ont toujours pas vu le film, sachez que cela vous permettra de vous faire une idée de ce que sera le film, sans pour autant savoir ce qu'il va se passer, une bonne chose donc.

Donc, graphiquement il n'y a rien à redire, malgré le fait que lorsqu'il y a trop de brume ou trop d'explosions, le jeu perd en fluidité et commence à marcher doucement au ralenti, le contexte étant tellement bien rendu, on en oublie presque ces petits problèmes de mémoire. Qui plus est, les effets de flammes sont de très bonnes factures, et les dégâts provoqués par les explosions vous en mettront plus d'une fois dans les mirettes.

Un anneau pour les amener tous…


Le jeu en lui-même est un vrai plaisir à prendre, sauf pour ceux qui sont hermétiques aux jeux d'actions bourrins où il faut appuyer comme un fou et sans arrêt sur les boutons de la manette. Mais il est vrai qu'envoyer de bonnes roustes aux Orcs et aux fantômes fait du bien, cela détend, non pas que la violence soit une bonne chose, mais c'est garanti effet boule anti-stress.
Quasiment tous les boutons du pad GameCube sont pris en compte, le bouton A, Y et X servant à donner des coups d'épée ou de hache selon différents angles, le B offrant la possibilité au joueur de se protéger contre les offensives ennemis, que ce soit pour parer les violents coups d'épée ou pour dévier une flèche de sa trajectoire, ce bouton vous sera très utile, car c'est avec lui que vous parviendrez à rester en vie. Le bouton Z lui permet d'actionner des éléments au cours du jeu, ceux-ci étant représentés par un cercle bleuté de marque Noir Parler du Mordor sur le sol, ils désignent parfois des objets à pousser (des tonneaux que vous renversez sur des ennemis, ou des pierres, ou des torches, ou bien encore des sots de lave) pour éliminer plus rapidement des ennemis, ou des engrenages à actionner, pour ouvrir soit des portes, soit des grilles ou des ponts.
Quant aux boutons L et R, ceux-ci vous servent à vous mettre en furie, ou à vous cacher sous une cape, afin d'attaquer l'ennemi sans qu'il vous repère. Le bouton R permet aussi d'achever un ennemi au sol en lui plantant une lame dans le corps. Un coup très utile contre les araignées ou les Orcs, tandis que le bouton L, lui, permet de tirer à distance, avec un arc, ou en lançant des haches et bâtons.
La croix directionnelle n'est pas prise en compte, sauf lorsque vous appuyez vers le bas, elle fera bondir votre personnage en arrière, pour éviter de souffrir trop lorsque vous serez encerclés par les ennemis.

Le jeu propose aussi une pointe de jeu de rôle, avec un système d'expérience à glaner, ainsi plus vous tuez d'ennemis, plus vous gagnez des points qui s'accumuleront dans votre barre d'expérience. A la fin d'un niveau, le jeu fait le calcul de vos points de compétence que vous avez remportés, et vous classe par la même occasion, les niveaux allant de pas mal à parfait. Votre classement dépend de la manière dont vous tuez les ennemis, plus vous en tuez d'affilé, plus vous avez de chance d'obtenir le mode parfait (en pressant L et R simultanément, vous déclencherez le mode furie qui accélèrera l'obtention de ce mode), et ainsi permettra de faire des coups ramassant énormément de points.
C'est ainsi que vos personnages évoluent et gagnent des niveaux, et plus votre personnage possède un rang élevé (cela va du niveau 1 à 10, sachant que vous pouvez aller au-delà de 10, mais cela n'apportera rien à votre personnage), plus il a la possibilité d'utiliser des coups puissants, et d'apprendre de nouvelles techniques, que vous pouvez acheter à l'aide de vos points de compétence.

Ces techniques sont des nouveaux coups, qui sont en fait des sortes de combos, il faudra savoir manier habilement la manette et connaître les combos par cœur pour pouvoir les effectuer sans difficulté. (par exemple, pour effectuer le "Tranche Orc", il faut appuyer consécutivement sur A, A et Y)
D'autre part, vous pouvez aussi améliorer votre arme de distance, qui est un arc pour la plupart de personnages du jeu, sauf pour Gimli qui possède de petites haches, Gandalf, qui tire des boules magiques avec son bâton et les Hobbits qui se servent de bâtons. En les améliorant, ceux-ci changent de couleur, et diffusent une lumière bleue, orange, rouge ou verte, et ont parfois la possibilité d'empoisonner l'ennemi, de le brûler ou de le tuer instantanément. Plus votre niveau sera élevé, plus vos projectiles seront puissants.

Et dans les ténèbres les lier.


Electronic Arts ne voulant pas rebuter des acheteurs potentiels avant la sortie du film en mettant des images et des vidéos directement tirées de celui-ci, dévoilant ainsi des passages phares et important du film, les développeurs ont fait en sorte de ne mettre aucun élément qui pourrait gâcher ce plaisir.
On peut donc féliciter ce geste, mais on peut aussi tout de fois déplorer la qualité des vidéos, qui sont tout simplement médiocres. La qualité n'étant déjà pas au rendez-vous, ils auraient pu faire un effort du côté de la fluidité, et l'on a rapidement envie de sauter ces séances de suplices… et heureusement c'est possible.

Par contre, les admirateurs des musiques d'Howard Shore trouveront leur bonheur car de ce côté-là ils seront servis. Les musiques entraînantes viennent ponctuer les moments forts du jeu, comme dans les moments forts des films, on s'y croirait presque. Lorsque vous effectuez une action importante, la musique peut changer du tout au tout, et c'est un des points forts du jeu, la musique permet au joueur de s'immerger rapidement dans l'action. Il n'y a cependant rien d'autre à ajouter sur la musique, elle est tellement bien orchestrée qu'on a pas envie de s'exprimer dessus.
Il en est d'ailleurs de même pour les bruitages, les voix des doubleurs français sont presque toutes présentes, on regrette que celle de Golum soit si mal doublée, mais on ne peut pas tout avoir. Cependant, les effets sonores, tels que les explosions, les flèches, les catapultes, les cris des Orcs ou des Trolls sont les mêmes que dans les films, donc pas d'inquiétude de ce côté-là.

Le jeu recèle aussi de plusieurs surprise pour les vrais adorateurs de cet univers et des films de Peter Jackson. A la fin de chaque mission, vous débloquerez des bonus, tels des interviews des acteurs (Christopher Lee, Elijah Wood…), des dessins préparatoires, des extraits, les codes secrets du jeu pour ne plus avoir à se compliquer la vie à refaire tout le jeu avec sueur, et aussi des niveaux bonus, tel le Pallantir de Saroumane, un niveau sur quatre étages sur lesquels vous serez confrontés à des hordes d'ennemis, des Orcs, des fantômes, des Trolls….
Une bonne chose que les développeurs ont bien fait d'ajouter, et on félicite leur geste.

Pour finir, on s'attarde sur le mode coopératif, qui reprend les bases du mode solo, avec seulement une mission de moins qu'est celle du Gouffre de Helm, qui est une mission tutoriale lorsque l'on joue seul. Mis à part cela, le jeu est identique, on retrouve les trois chemins différents, les mêmes vidéos, et les mêmes bonus. L'avantage est donc dans le titre du mode, vous pouvez jouer avec un ami, et un seul, pour « former votre communauté » et vaincre en équipe les pantins de Sauron, ainsi que Sauron lui-même.
Il est vrai que cette méthode de jeu est très agréable à jouer, mais les angles de caméra ne sont pas réellement prévus pour deux joueurs, ainsi, lorsque l'un se bat contre un ennemi à gauche de l'écran, et l'autre à droite, il y a des confusions, car souvent l'ennemi sort de l'écran, et donc de la portée de l'arme. Un problème énervant sur le coup, mais que l'on oublie bien vite avec le temps et la pratique, on s'y habitue rapidement en fait. Mais sans ce mode coopératif, le jeu aurait été un peu fade, et Electronic Arts a compris la leçon, et c'est une bonne chose, mais cela aurait mérité d'être plus approfondi, avec peut-être une division de l'écran en deux lorsque les joueurs sont trop loin l'un de l'autre.

Vous ne passerez pas ! En fait, peut-être que si…


Alors, Le Seigneur Des Anneaux : Le Retour Du Roi, le jeu, cela donne quoi ? Un bon jeu, pas un grand, ni un moyen, ni un mauvais, un bon jeu, un jeu auquel on aime faire plusieurs parties, même après l'avoir fini, faire des parties seul ou à deux, c'est un jeu amusant, et c'est le but de tout jeu vidéo non ? Sur ce point, Electronic Arts a fait fort, plus fort que dans Les Deux Tours, et c'est tant mieux, on attendait cependant un peu plus du mode coopératif, mais bon, on trouve déjà de quoi faire avec, et tous ceux qui ont appréciés les livres ou les films vont sûrement apprécier ce jeu, même si on peut le classer dans les jeux défouloir et un peu trop bourrin, on prend du plaisir tout de même.

Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • GameCube
Editeur
  • Electronic Arts
Développeur
  • EA Games
Genre
  • Beat them up
Nombre de joueurs
  • 1 à 2
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   14 novembre 2003
   5 novembre 2003
   8 janvier 2004

Site officiel
http://www.ea.com/official/lordoftherings/returnoftheking/fr/home.jsp
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016