Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #91
E3 2019 : le grand débriefing
Accueil podcast Télécharger le podcast
Phantasy Star Zero est un très bon jeu d’action aventure sur DS. Sa réalisation irréprochable ainsi que son gameplay maîtrisé en font une expérience très agréable, surtout à plusieurs. Malgré de petits défauts de finition un peu gênants, surtout concernant la communication très limitée du mode online, Phantasy Star Zero remplit parfaitement son rôle et comble un manque évident dans la ludothèque de la portable de Nintendo.
Verdict !

Les +


  • Les graphismes
  • Le mode online
  • Le gameplay
barre

Les -


  • Et le micro alors ?
  • Anglophobes passez votre chemin
  • La caméra
0 commentaire(s)
Phantasy Star Zero
Par CooLJeDi, le 30 Mar 2010

C’est le retour d’une des plus prestigieuses licences de Sega, le mythique Phantasy Star, qui depuis son passage sur Dreamcast n’en finit plus de se décliner sur à peu près toutes les consoles du marché. La Nintendo DS qui en était jusqu'alors privée voit enfin son retard comblé pour la plus grande joie des amateurs d’action RPG online. Maintenant est-ce que Phantasy Star rime forcément avec qualité ? Réponse dans ce test.




Petits meurtres entres amis




Le principe de jeu de Phantasy Star pourrait se résumer en quelques mots : une grande chasse aux monstres entre potes. Depuis son apparition sur Dreamcast la série des Phantasy Star s’est tournée radicalement vers le hack’n’slash en quittant ses premiers amours que beaucoup aimeraient revoir un jour : le RPG. Pas mal d’années maintenant nous séparent du premier épisode sur Dreamcast et force est de constaster que la série, en passant sur Xbox, GameCube et PSP n’a globalement pas évolué. Sur DS, Sega aurait pu revoir la donne en adaptant un spin-off comme beaucoup savent bien le faire mais non, l'éditeur a voulu que Phantasy Star Online sur DS soit le plus fidèle possible à ses aînés. Avant de rentrer dans le lard, il faut tout d’abord souligner l’énorme succès de la licence sur PSP, qui a contribué de très près au succès de la console au Japon en compagnie de Monster Hunter. Sega se devait absolument de profiter de l’immense parc de DS installées. Mais il ne faut pas être dupe, comment Sega a pu adapter sa licence au mieux sur une console disposant d’un hardware aussi limité que celui de la DS ?

Première chose lorsque l’on allume sa console, un magnifique dessin animé en guise d’introduction vient nous accompagner durant les premières minutes. Arrivé direction le menu de sélection et on retrouve l’inévitable mode en ligne dont on reviendra un peu plus tard dans le test et un mode story jouable en solo. L’histoire se déroule toujours sur la planète Ragol et met l’accent sur trois différentes races, Deux cents ans après un cataclysme, le Great Blank, les humains ont réussi à rebâtir leur civilisation tandis que les Numans se sont réfugiés sur la lune. Les monstres ressurgissent à nouveau, les Casts, des robots ultra-équipés aident les humains afin de retrouver leur mémoire disparue depuis le Great Blank. A noter que le scénario du mode story dépend de la race parmi les trois que vous choisirez. Première étape lors du début de votre partie, la customisation du personnage. Chaque race propose différentes alternatives concernant votre personnage. A vous de voir si vous préférez opter pour un lanceur de sorts, un combattant corps-à-corps, un personnage spécialisée dans les armes à distance ou un combattant hybride sur plusieurs spécialisation , plus polyvalent mais globalement moins performant qu’un personnage spécialisé. Une fois la race et la classe choisie, place à la configuration du personnage. Comme tout Phantasy Star Online qui se respecte il est possible de modifier sa taille, son visage, la couleur de sa peau, sa voix (lorsqu’il effectue une action) ou encore sa tenue. Ce large éventail d’options pour votre personnage vous permettra de ne pas vous confondre avec d’autres joueurs lors des parties en multi.

#row_end

Et la nouvelle Star cette année est …


Durant les premières foulées dans la ruelle de Dairon City qui tient place comme de hub, une chose frappe inévitablement, c’est la réalisation du jeu de Sega. Une 3D de toute beauté qui place Phantasy Star Zero parmi les toutes meilleures productions de la machine. La petite portable de Nintendo arrive sans broncher à gérer jusqu’à quatre personnages 3D dans des environnements bien fournis en monstres. Les joutes contre les impressionnants boss laisseront bouche bée beaucoup de sceptiques sur les capacités 3D de la DS. Bien entendu on est encore loin du rendu d’un Phantasy Star Portable sur PSP mais Sega nous offre sur un plateau d’argent une véritable démonstration des capacités de la DS. Et qui devrait donner quelques idées à certains ne misant pas un copec sur un affichage à la troisième personne, préférant se cantonner à une maigrichonne 3D vue de haut. Dans ce constat technique de haute volée on regrettera peut être des choix artistiques parfois étrange sur certains monstres et personnages, un aspect un peu trop plat des monstres et des environnements manquant singulièrement de relief. Mais c’était bien le prix a payer afin de proposer une expérience la plus fidèle possible aux amateurs de Phantasy Star Online. Plusieurs séquences en D.A se dévoileront au fur et à mesure que vous avancerez dans votre quête. Une quête hélas ternie par l’absence de cuts scenes en 3D temps réel remplacées par des séquences de textes incroyablement longues et soporifiques. Chose importante, le jeu, en plus de proposer des textes scénaristiques longs, est entièrement en anglais. Ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare passeront donc totalement à côté du scénario, pourtant très complet pour un jeu à vocation multijoueur avant tout.

Le gameplay est relativement complexe et demandera certainement un temps d’adaptation à ceux qui découvrent cette série. Très étoffé, on ne détaillera dans ce test que quelques points essentiels. Les capacités sont gérées via l’inventaire en attribuant un bouton à chacune de vos actions. Outre les coups normaux et puissants, il est possible aussi de présélectionner des techniques, l’équivalent des magies (feu, glace, éclair, soins) ou encore des items. Bien choisir son arme a une extrême importance. En plus de ses capacités (puissance, magie) chaque arme dispose d’une portée et aussi d’un certain timing. En effet, après le premier coup porté à l’adversaire, il est possible d’enchaîner jusqu’à trois frappes en appuyant sur la touche d’attaque au bon moment. Autre élément de gameplay cette fois-ci empruntée à Phantasy Star Universe : les Photons Arts. En maintenant une touche d’action (attaque ou technique) pendant quelques secondes, on déclenche une attaque plus efficace monnayant quelques Photons Points (l’équivalent des points de magie). On notera cependant une caméra plutôt capricieuse rendant parfois l’action confuse mais rien d’alarmant.

La difficulté du titre est à double tranchant. Si parcourir les niveaux relève plus de la promenade de santé, les affrontements contre les boss sont au contraire d’une difficulté assez prononcée. Bien souvent on en sera réduit à faire du leveling pour upgrader son personnage et son équipement, voire même se faire quelques parties online avant de se rejeter dans la gueule du loup. Justement, évoquons le principal intérêt de Phantasy Star Zero : son mode online. Jouable jusqu’à quatre joueurs avec ses potes via les codes amis ou avec de parfaits inconnus, le jeu prend toute sa quintessence et son fun en mode multijoueur. Par contre on regrettera une fois de plus dans un jeu Nintendo la pauvreté affligeante des options de ce mode Wi-Fi, que ce soit au niveau de la communication et de son interface. Tout d’abord on note l’absence d’un lobby pourtant bien présent sur les épisodes Dreamcast où l’on pouvait discuter librement avec les autres joueurs avant de lancer une partie. Niveau communication le constat est plutôt amer. Le jeu ne gère absolument pas le micro de la console et on en est réduit à se servir du pauvre pictochat. Pire, en jouant sans codes amis le pictochat n’est plus disponible et la communication se résume par des phrases pré-enregistrées du genre ‘‘ Hi’’ ou ‘‘Help me’’ ce qui en 2010 fait un peu tâche pour un titre résolument orienté online. Un dernier mot concernant les musiques, sans faire dans l’inoubliable elles restent de bonne qualité.

Phantasy Star Zero se situe entre deux eaux. Magnifiquement réalisé, jouable online jusqu’à quatre joueurs, le jeu de Sega manque un peu de finition dans son mode online et d’efforts dans sa localisation. Même s’il n’égale pas le niveau des épisodes PSP et Dreamcast il reste cependant une très bonne alternative pour ceux qui recherchent sur DS un jeu d’action-aventure jouable à plusieurs. Et dans ce créneau vide jusque là, Phantasy Star Zero rempli parfaitement son contrat.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Sega
Développeur
  • Sonic Team
Genre
  • A-RPG
Nombre de joueurs
  • 1 à 4
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   12 février 2010
   10 novembre 2009
   25 décembre 2008

Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016