Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
Pour ce nouvel épisode sur DS, Square Enix a décidé d’adapter le gameplay des deux principaux épisodes PS2 tout en essayant de retranscrire le plus fidèlement possible décors, personnages, animations et en conservant l’ambiance sonore. Le résultat est tout simplement magistral. Malgré leurs écarts techniques, la petite DS n’a pas à rougir de la PS2. Cependant, ce nouveau volet souffre d’une certaine répétitivité et d’un scénario certes toujours aussi bon mais mettant du temps à démarrer à cause d’une progression de jeu faite pour donner un sens au mode multijoueur. A cause de cela, les fans risquent, en même temps que de prendre du plaisir en compagnie de Roxas, d’être déçus. Néanmoins, KH 358/2 Days restent pour eux un achat indispensable s’ils souhaitent prolonger l’aventure KH. Les néophytes, par contre, découvriront un des meilleurs A-RPG de la DS mais se sentiront hélas parfois dépassés par un scénario dont ils ne comprendront pas tout. Plus le temps passe, et plus les KH s’adressent avant tout aux connaisseurs de la série.
Verdict !

Les +


  • Réalisation technique bluffante
  • Le dernier tiers de l’histoire
  • Le système de Panelslot
  • Durée de vie conséquente
  • Roxas en héros principal
  • C’est Kingdom Hearts
barre

Les -


  • Scénario manquant de rythme et parfois inaccessible aux néophytes
  • L’aspect répétitif et lassant de certaines missions.
  • Difficulté déséquilibrée
  • La jouabilité défaillante par moment : combats trop confus ou problèmes de caméra
  • Peu de mondes si on compare 358/2 Days aux autres KH
0 commentaire(s)
Kingdom Hearts : 358/2 Days
Par Xeen, le 28 Juillet 2009

En 2002, Squaresoft sortit sur PS2 un nouvel A-RPG au concept largement casse-gueule : Kingdom Hearts. Dans ce dernier, le joueur évoluait dans différents mondes repris des œuvres de Walt Disney et y rencontrait leurs héros respectifs mais aussi des héros issus de la saga Final Fantasy.  Bien que beaucoup ne crurent pas alors à ce cross-over, le côté Disney en étant la cause, KH rencontra un large succès public permettant la naissance d’une nouvelle saga bénéficiant aujourd’hui d’une mythologie forte à l’instar de Final Fantasy. KH connut deux suites, KH : Chain of Memories et KH II, deux versions Director’s Cut, KH Final Mix et KH II Final Mix +, un remake, Re : CoM inclus dans KH II Final Mix +, et enfin un épisode sur téléphone portable, KH Coded. En attendant l’hypothétique KH III, pas prévu avant un moment, et l’épisode Birth By Sleep sur PSP, les fans vont pouvoir découvrir sur DS KH 358/2 Days. Ce nouvel épisode est-il à la hauteur des précédents ?

KH 358/2 Days ne met plus en scène Sora, le héros de la série, mais son nobody, Roxas. Grosso modo, les nobody sont les âmes errantes de personnes corrompues ou ayant succombé aux Ténèbres, les faisant devenir alors des êtres maléfiques : les heartless. Les nobody sont normalement des créatures sans véritable forme mais elles peuvent avoir une apparence humaine et être dotées d’une conscience si les humains dont elles sont issues avaient une forte Volonté. De même, elles conservent les souvenirs de leurs anciennes vies. C’est le cas des membres composant l’Organisation XIII. Roxas « naît » vers la fin de KH lorsque Sora succombe aux ténèbres alors qu’il affronte  son meilleur ami Riku, avant d’être sauvé in extremis par Kairi qui refait de lui un humain. Néanmoins, il est amnésique et ne se souvient pas de son ancienne existence. L’histoire va conter l’évolution de Roxas pendant les 358 jours durant  lesquels il fut au service de l’Organisation XIII et de son leader Xemnas. Elle débute  par son recrutement et se termine logiquement sur une cinématique connue des fans : Deep Dive. Le scénario couvre donc les évènements qui se sont déroulés dans CoM. Durant toute cette période, Roxas, à l’image des autres membres de l’organisation, va partir à la chasse aux heartless pour libérer et récupérer leurs cœurs afin que Xemnas puisse invoquer le Kingdom Hearts qui ferait d’eux des êtres complets. Au fil de l’aventure, on découvrira comment Roxas s’est lié d’amitié avec son mentor, Axel, qui éprouvera très vite de la sympathie pour son disciple et instaurera « le rituel de la glace », comment il a connu une bande de gamins de Twilight Town (Hainer, Pentz et Olette)…Mais surtout, on apprendra pourquoi Roxas s’est rebellé contre l’Organisation XIII ; la raison de cette révolte étant une jeune fille, Xion, le quatorzième membre de l’Organisation.

Il fallait s’y attendre, le scénario de 358/2 Days n’est que partiellement accessible aux nouveaux venus, la faute à une complémentarité entre les différents épisodes étoffant et complexifiant la mythologie de la saga. Si ce volet peut se jouer indépendamment des autres en ayant une bonne compréhension des points clefs de l’intrigue tournant autour de Roxas et de Xion, bon nombre de tenants et aboutissants peuvent demeurer obscurs pour les néophytes. Certains personnages importants de la série, comme Diz ou le roi Mickey, ne font ici que de sporadiques apparitions sans véritables précisions sur leur personnalité ou leurs intentions. Pour comprendre au mieux l’histoire, il est préférable d’avoir fait les épisodes Chain of Memories (principalement) et KH II (moins obligatoire toutefois).  Si 358/2 Days n’apporte aucune réponse sur les questions posées dans KH II, relatives à  la cinématique « The Keyblades War » et aux Chevaliers, il commence à mettre en place certains éléments du futur Birth By Sleep sur PSP, suscitant au passage quelques interrogations sur l’un de ses héros, Ventus,  ressemblant étrangement à Roxas.

Roxas le rookie

KH 358/2 Days impressionne techniquement dès les premières minutes de jeu. Square Enix, comme bon nombre de développeurs actuellement, réussit à pousser la DS dans ses derniers retranchements. Les cinématiques en images de synthèse sont entièrement doublées et d’une qualité proche des épisodes PS2. Il suffit pour cela de voir l’introduction du jeu présentant chacun des membres de l’Organisation XIII en reprenant certains passages des diverses cinématiques de KH II Final Mix +, le tout  accompagné du thème principal de la série, Passion, chanté par la pop star Utada Ikaru. Concernant le jeu lui-même, les graphismes et les environnements 3D sont magnifiques. Quant aux personnages, ils pourraient être comparés à ceux de FF VIII, l’aliasing en moins ou en plus discret.

A la manière d’un Persona 3 ou Persona 4, on va suivre pendant 358 jours le parcours de Roxas au sein de l’Organisation XIII. Chaque jour, le gamin se rend dans le salon du palais de l’Organisation où il peut parler avec les autres membres mais surtout se voir attribuer par Saix une mission se déroulant dans les différents mondes proposés. Premier regret pour le fan, hormis The World That Never Was (le monde dans lequel se trouve l’organisation) et Twilight Town, tous deux des mondes propres à KH, seuls six univers Disney répondent présents : Agrabah (Aladin), Beast’s Castle (La Belle et la Bête), Olympus Coliseum (Hercule), Halloween Town (l’Etrange Noël de Monsieur Jack), Wonderland (Alice aux Pays des merveilles) et enfin Neverland (Peter Pan). Ceux qui ont joué à KH I et II ne seront pas dépaysés par 358/2 Days. Les environnements 3D des mondes que Roxas parcourent dans cette version DS sont quasiment les mêmes. La différence technique mise à part, les détails et l’esthétique de chaque zone ont été en grande partie conservés. Quelques zones ont cela-dit été rajoutées (un labyrinthe dans Wonderland) ou modifiées (la Caverne des Merveilles pour Agrabah). Neverland a par contre subi une refonte complète et fait en quelque sorte office de monde inédit. L’ambiance sonore est également familière, la plupart des thèmes musicaux des précédents volets (mondes, combats,…) ayant été repris. Suivant les missions, Roxas sera accompagné ou non d’un autre membre de l’Organisation XIII. Elles peuvent consister à une reconnaissance des lieux (en examinant certains éléments de décors) et/ou à de l’infiltration (moins poussée qu’un Metal Gear), à éliminer tous les heartless ou une cible précise (généralement un mid-boss ou un boss), à collecter divers item,…Bref, un large panel d’objectifs en tout genre. Cependant, il n’est pas obligé pour quelques unes de les finir à 100%, seuls certains objectifs sont à accomplir, remplissant alors une « jauge de mission » segmentée en deux parties. On peut donc revenir au château de l’Organisation dès que le premier niveau de la jauge est atteint. Une fois rentré, on passe au jour suivant. Fort heureusement, tous les jours ne sont pas jouables, le scénario comprenant plusieurs ellipses temporelles zappant consécutivement  plusieurs dizaines de jours. A noter que les missions peuvent être soit scénaristiques, soit annexes. Elles sont obligatoires dans le premier cas alors que dans l’autre, le choix de les exécuter ou de passer au jour suivant est offert. Au total, ce sont pas moins de 93 missions qui sont disponibles.

Niveau gameplay, 358/2 Days reprend dans les grandes lignes celui des deux principaux volets. On est donc à nouveau en présence d’un A-RPG nerveux avec une action omniprésente et des combats bourrins et dynamiques proches d’un beat’em all, mâtiné d’un peu de plateforme. Roxas a le choix, pour les actions de base, entre attaquer ses adversaires avec sa keyblade, avoir recours à la magie (soin, attaque, statut) et utiliser divers objets tout comme sauter et s’agripper aux parois des décors. Enfin, il peut déclencher un limitbreak (une sorte d’attaque spéciale) dévastateur si jamais il a subi trop de dégâts. Si au début de l’aventure les possibilités sont assez limitées, Roxas acquerra très vite divers compétences (parade, roulade, saut périlleux, la possibilité de paner ou voler dans les airs…) ainsi que de nouvelles keyblades qui lui permettront d’enchaîner d’affilée plus de coup et ainsi effectuer divers combos au sol ou aériens. Globalement, sa palette de coups reprend en quasi-totalité celle de Sora dans KH II. On regrettera quand même l’absence dans cet épisode de séquence en QTE contre les boss et les finish contre les ennemis classiques. En plus d’être réussi sur le plan graphique, 358/2 Days l’est aussi en termes d’animation. L’ensemble est très fluide, pas le moindre ralentissement à signaler même quand l’écran affiche simultanément un grand nombre de protagonistes. Les ennemis rencontrés sont pour la plupart tirés des épisodes antérieurs (retrouvant par la même occasion leurs palettes de mouvements) mais cela n’exclut pas la présence de petits nouveaux. On aurait pu craindre que la jouabilité ne soit pas à la hauteur. Roxas se déplace et se manie avec aisance et les habitués de KH devraient retrouver très vite leurs marques, les autres auront peut être à passer par un petit temps d’adaptation. Par contre, défaut inhérent à la saga, la caméra se place et s’oriente au cœur de l’action, faisant que les combats sont parfois confus (pour ne pas dire autre chose). Hélas, autant on pouvait faire pivoter la caméra autour de Sora dans les épisodes PS2, autant ici on ne peut que la recadrer dans le dos de Roxas. Du coup, la maniabilité accuse par moment une sérieuse rigidité et il arrive que certains passages soient réellement injouables. C’est le cas des entraînements de Phil dans Olympus Coliseum ou Neverland dans lequel Roxas se bat tout en planant dans les airs. Dans l’ensemble, le résultat reste tout de même convaincant. Il faut l’avouer, KH n’est pas forcément le genre de jeu adapté à la DS par sa grande nervosité et à cause de  l’absence de sticks analogiques. #row_end

Après avoir tué un heartless, Roxas récupère munnies (la monnaie locale), orbes d’énergie pour sa barre de vie, matériaux (suivant une certaine fréquence), ainsi que des cœurs. Plus Roxas éliminera de bébêtes dans un même enchainement, plus le nombre de cœurs augmentera. A la fin de chaque mission, un bilan fera état de nombre de munnies et de cœurs récupérés, lesquels se verront multipliés en fonction du remplissage de la jauge de mission. Même si Roxas trouve de ça et là pléthore de coffres, il ne peut prendre avec lui qu’un nombre limité d’objet. De plus, il n’a pas accès à son inventaire ni même à son équipement durant toute la durée de la mission. Normal, car il n’y en a plus à proprement parler, ce qui permet d’en venir à l’une des originalités de 358/2 Days.

Lorsque Roxas est dans le salon du château, le menu principal donne accès à un système appelé « Panelslot ». C’est une sorte de deck représenté par un ensemble de cases vides dans lesquelles sont insérables des panneaux. Les panneaux représentent des items (potions de soin, de magie…), des magies (une flamme pour le sort feu, un flocon pour celui de glace…), des compétences, des keyblades, des accessoires… En gros, le Panelslot définit l’ensemble des capacités de Roxas : s’il veut utiliser lors d’une mission une potion, il doit mettre le panneau correspondant dans le deck, deux magies de feu, deux panneaux de feu, un panneau keyblade s’il veut s’équiper de cette dernière et ainsi de suite…Dans le même ordre d’idée, une fois que la barre d’EXP est enfin remplie, le blondinet acquiert un panneau « LVL » à placer dans le deck pour monter d’un niveau d’expérience. A l’inverse de tous les autres, les panneaux objets ne sont utilisables qu’une unique fois. Utilisés, ils disparaissent définitivement du deck. Le principe serait évidemment bien trop simple si tous les panneaux n’étaient composés que d’une seule case. Ainsi plusieurs d’entre eux ont des formes géométriques qu’il faudra, à la manière d’un Tetris, encastrer de la manière la plus optimale possible. On est ainsi souvent amené à repenser la disposition des panneaux et ce malgré la possibilité d’agrandir le deck via l’achat ou la découverte de panneaux « case ». Terminons enfin sur le principe d’associativité. Les panneaux représentant des formes géométriques sont généralement composés de cases vides. Aux panneaux keyblades pourront être associés des panneaux augmentant la défense ou l’attaque de Roxas, aux panneaux compétences des panneaux identiques mais de puissance supérieure pour augmenter leurs effets, les panneaux « LVL » à des panneaux « 2LVL » ou « 3LVL »… Les panneaux magies sont associables à des panneaux multiplicatifs ou de puissance. De base, un sort est de lvl 1. En plaçant un panneau feu à côté d’un panneau « [*]2 » , Roxas lancera deux sorts de feu lvl 1, le même panneau mais avec un panneau « *2 » et ce sera cette fois 1 sort de feu lvl2. Vu que c’est aussi cumulatif, 2 panneaux de feu associés chacun à un panneau « *2 » permettra d’utiliser 2 sort de feu lvl 4. Les panneaux s’obtiennent de deux manières : soit comme récompense pour avoir terminé une mission, soit en les achetant au moogle de l’organisation présent dans le salon. Les différents panneaux se paieront avec des cœurs. Le mog pourra aussi synthétiser de nouveaux panneaux (PanelMix) si Roxas lui apporte les matériaux requis monnayant cette fois des munnies. Enfin, l’adorable peluche, via l’option FreeGift,  lui donnera des panneaux parfois très rares s’il lui rapporte des « Trial Symbols » et des « couronnes ».

Au cours des différentes missions sont récupérables deux types de badges : les « Mission Badges » et les « Trial Badges ».  En plus de pouvoir refaire à loisir l’ensemble des missions en mode  « normal » (via le menu Hologram Mission, dans le menu principal), il sera possible de les refaire en mode « trial ». Globalement, il s’agit d’un mode pour hard-core gamers consistant à remplir les mêmes objectifs qu’en mode normal mais le plus rapidement possible ou alors en ne se faisant toucher aucune fois. Les Trial Symbols s’acquièrent une fois la mission finie et selon les performances réalisées. Les couronnes, en revanche, ne s’obtiennent que via le second mode du jeu : le mode multijoueur, jouable jusqu’à quatre. Le principe est simple. Un joueur en invite d’autres à participer avec lui à une mission, à condition d’avoir obtenu par contre dans le mode histoire le « Mission Badge » correspondant. Puis, tous se lanceront dans la partie une fois la mission configurée (difficulté, handicap pour certains joueurs,…). En plus de l’objectif principal, les joueurs seront en compétition pour obtenir le score le plus élevé possible en tuant le plus de monstres, en récupérant des coffres,…Une fois la mission achevée, un classement entre joueurs est réalisé, leur attribuant x couronnes suivant leur place. Si au début seuls les membres de l’Organisation XIII sont disponibles, le mode histoire permettra de débloquer sept autres personnages mais suivant certaines conditions.

Des jours sans fin

Alors, le petit Roxxie roxe-t-il à fond, ou se fait-il au contraire salement rosser ?  Les deux en fait. Paradoxalement, le vrai défaut de 358/2 Days, alors qu’il propose un système dynamique au possible, c’est un cruel manque de rythme, la faute à la structure du jeu. Bien que donnant du sens au mode multijoueur, le découpage en missions dessert

le mode histoire, même s’il s’inscrit dans une certaine logique.

En ne prenant pas en compte l’augmentation de la durée de vie via le mode multi ou les « Trial missions », il faudra près de 30 heures de jeu pour voir la fin de l’histoire. Malheureusement, hormis durant les tous premiers jours, les deux tiers de l’histoire vont tourner à vide, ce qui fait quand même près de quinze à vingt heures de jeu. Si elle commence par soubresauts à devenir intéressante vers la moitié du jeu (quand Riku fait sa première apparition), elle ne démarre véritablement que dans son dernier tiers dès le 255ème jour, apportant alors révélation sur révélation. Avant cela, même si l’évolution psychologique de Roxas reste visible (le regain de « ses » souvenirs, sa remise en question concernant les objectifs de Xemnas), le gamin va constamment enchaîner arrivée dans le salon du château, missions à remplir, et enfin dégustation de glace sur le toit de la gare de Twilight Town en compagnie d’Axel et de Xion pour passer ensuite au jour suivant. Il s’installe alors une monotonie dans cette mécanique de progression qui finit par devenir ennuyeuse au possible. Les univers Disney pâtissent eux aussi du découpage. Les scénarios des premiers univers que l’on explore (Agrabah, Beast’s Castle) tournent en roue libre, avec des  donnant l’impression dans cet épisode de faire de la figuration, à l’inverse des derniers mieux construits (Halloween Town, Neverland). De nombreux personnages ne répondent pas à l’appel, gentils (Peter Pan, Alice,…) comme méchants (Maleficent, Jafar, Boogie,...). Ceux qui s’attendaient à voir Cloud ou Leon/Squall seront aussi déçus car aucun protagoniste de Final Fantasy n’est présent dans 358/2 Days. Quant aux membres de l’Organisation XIII, seuls ceux présents dans KH II seront plus ou moins développés, les évènements de CoM  se déroulant tôt dans l’aventure. Du coup, les membres vaincus par Sora dans le dit épisode ne feront ici qu’une brève apparition à l’occasion des différents tutoriaux. Dans tous les cas, il faudra prendre son mal en patience et attendre le dernier tiers de 358/2 Days pour vraiment réellement en profiter et découvrir qui est Xion.

Le côté répétitif se retrouve aussi dans les différentes missions pour lesquelles les objectifs finissent par se ressembler. Là encore, tout le problème tient à la mécanique de progression, au rythme lent du scénario mais aussi au peu de mondes proposés. La différence entre des missions faisant avancer l’histoire et celles qui sont purement annexes est palpable. Autant les premières d’une grande intensité, autant les secondes donnent l’impression d’avoir été conçues pour le mode multi et/ou booster artificiellement la durée de vie, un peu à l’image des « Trial Missions ». De manière comparative ; cet épisode renvoie en plus aux deux principaux épisodes. Or, s’ils faisaient eux aussi la part belle à l’action, il y avait possibilité de voyager de monde en monde, de faire des mini-jeux, des quêtes annexes ou des donjons optionnels. L’aspect mission de 358/2 Days ôte ce sentiment de liberté, procurant à l’inverse un sentiment de confinement dans des environnements où Roxas ne fait  finalement que se battre contre des heartless. Finalement, cet épisode est encore plus orienté action que ses prédécesseurs.

Enfin, si la difficulté dans ces derniers était progressive quelque soit le mode de difficulté choisi, ce n’est plus le cas ici où elle est totalement déséquilibrée avec des missions pouvant se succéder et passer d’une ridicule facilité à  une difficulté ubuesque. Les ennemis de base ont des barres de vie à rallonge et sont particulièrement agressifs, pouvant éliminer Roxas en quelques secondes s’ils parviennent à bien placer leurs coups. Une customisation judicieuse de son Panelslot sera primordiale ainsi qu’une parfaite  observations des mouvements de chaque ennemi. S’en laisser aller au simple bourrinage de touche sera sanctionné par un game over purement et simplement. Les « vrais » boss de chaque univers sont des cauchemars ambulants en puissance, avec pour certains des combats éprouvants pouvant dépasser la bonne demi-heure. Vu que l’on parle ici du mode normal, autant dire que le mode difficile est un très lourd challenge. Un KH pour les hardcore gamers en quelque sorte.

En conclusion, on se retrouve face à un Kingdom Hearts sur DS dont le gameplay et la réalisation technique sont comparables aux versions PS2. A ce jour, 358/2 Days est l’un des A-RPG les plus réussis sur DS mais il s’agit probablement de l’épisode  le plus en demi-teinte de la série, risquant de décevoir sur bien des aspects les fans qui s’attendaient peut être à autre chose, même s’il reste pour eux un achat indispensable et qu’ils prendront du plaisir en s’y adonnant. Si les nouveaux venus seront eux conquis par le gameplay,  ils auront nettement plus de mal à s’intéresser à une histoire mettant trop de temps à se lancer et qui leur semblera à beaucoup de moments inaccessible, faisant qu’ils renonceront peut être assez rapidement à cause en plus d’une difficulté déséquilibrée.
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

Support
  • Nintendo DS
Editeur
  • Square Enix
Développeur
  • hand co. ltd / h.a.n.d.
Genre
  • A-RPG
Nombre de joueurs
  • 1 à 4
Evaluation PEGI
  • 7
Sorties
   9 octobre 2009
   29 septembre 2009
   30 mai 2009

Site officiel
http://www.square-enix.co.jp/kingdom/days/
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016