Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #90
En route vers l'E3 2019
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
1 commentaire(s)
switch
Deux ans d'eShop sur Nintendo Switch, l'avis des développeurs

 Par Chozo,
 le 05/03/2019 à 22H11

Désormais vieille de deux années bien riches, la Switch, comme évoqué à de nombreuses reprises, a su fortement attirer la scène indépendante via l'eShop, avec des ventes dépassant largement celles des autres consoles pour certains titres, dont les développeurs manifestent régulièrement leur satisfaction. Il est ainsi habituel de voir arriver chaque semaine de vingt à trente nouveaux titres sur la plateforme de téléchargement de Nintendo, preuve d'un mécanisme efficace et sain. Toutefois, cette foison de nouveaux jeux peut également engendrer une éventuelle saturation de l'offre, liée à un manque cruel de visibilité pour les œuvres plus confidentielles. Autant demander aux principaux concernés pour jauger la situation, et c'est ce que l'équipe de Nintendo Life a fait, en interrogeant une dizaine de développeurs ayant déjà publié un ou plusieurs jeux sur l'eShop, en position de donner un avis sous forme de retour d'expérience après ces deux années de publications diverses. Les critiques fusent, notamment au sujet du design général de la plateforme de téléchargement et son manque de soutien après les premières semaines de sortie, mais tous s'accordent à dire que l'eShop est aujourd'hui l'une de leur principale cible en tant que vitrine numérique.

 

Traduction signée Nintendo-Difference

 

Voici la liste des personnes interrogées : 

Dan Muir – Hound Picked Games – (Battle Princess Madelyn, NAIRI: Tower of Shirin)

Chris Obritsch – Causal Bit Games – (Battle Princess Madelyn)

Joshua van Kuilenburg – HomeBearStudio – (NAIRI : Tower of Shirin)

Dugan Jackson – Tikipod – (Iron Crypticle, Aqua Kitty UDX)

Thomas Whitehead – CIRCLE Entertainment – (Kamiko, Mercenaries Saga Chronicles, World Conqueror X)

Michael Heald – Fully Illustrated – (Wulverblade)

Andy Pearson – PQube – (Our World is Ended, Cat Quest, Nippon Marathon)

Nik Makin – Makin Games –(Raging Justice)

Mike Daw – Infinite State Games – (Rogue Aces, Don't Die Mr Robot! DX)

Thomas Kern – FDG Entertainment – (Oceanhorn, Blossom Tales, Monster Boy and the Cursed Kingdom)

 

 

N.L : Quel est votre sentiment au sujet de votre expérience avec l'eShop de la Switch jusqu'à présent ?

 

Dan Muir (Hound Picked Games) : « Plutôt bon, mais j'estime qu'il serait logique que chaque développeur se voit attribuer un référent spécifique, un point de contact pour l'ensemble de la procédure de publication. Cela devient rapidement déroutant lorsque nous avons besoin d'aide au moment de la mise en disponibilité de nos jeux. La visibilité sur l'eShop est une chose à laquelle il faut réfléchir, en particulier en voyant le nombre considérable de titres déjà sortis. »

Chris Obritsch (Causal Bit Games) : « Largement favorable, mais comme sur les autres plateformes, il y a de petits accros, en tout cas d'un point de vue de développeur. La communication avec l’assistance de Nintendo pourrait être un peu plus simple, mais elle est généralement très agréable et très professionnelle. »

Joshua van Kuilenburg (HomeBearStudio) : « NAIRI : Tower of Shirin étant notre premier jeu, nous avons peu de cadre de référence pour le moment. Cela dit, nous sommes assez satisfaits de la fluidité de l’expérience de publication sur la boutique en ligne. »

Dugan Jackson (Tikipod) : « Très positif, nous n’avons jusqu’à présent publié que des titres simplement en version amélioréede type "Enhanced Edition" (tels que Iron Crypticle et Aqua Kitty UDX). Il sera intéressant pour nous de voir la procédure sur un tout nouveau jeu. »

Thomas Whitehead (CIRCLE Entertainment): « CIRCLE et Flyhigh Works sont tous deux très actifs sur l'eShop et ce dès les premiers jours, entre le début de la période de forte expansion et le marché actuel très dense.  Ces descriptions résument vraiment la progression de la plateforme de téléchargement. La première année, les publications étaient plus calmes, un contexte favorable aux jeux pouvant se vendre relativement facilement. Bien sûr, le succès a attiré de plus en plus de grandes sociétés. Je ne parle pas seulement des multinationales, mais également des  éditeurs centrés sur le dématérialisé, tels que Devolver Digital ou Team17. En ce qui concerne notre situation, presque tous nos jeux arrivent sur Switch, et seuls quelques-uns se déclinent en version Steam ou PS4. L'eShop est donc très précieux pour nous, il constitue le cœur de l’entreprise. Nintendo apporte également son soutien et son envie d’encourager le téléchargement de jeux dans leur boutique en ligne. »

Michael Heald (Fully Illustrated) : « Nous avons publié Wulverblade sur Switch assez tôt, alors qu’il y avait environ 200 jeux sur l'eShop. Une fois que nous avions quitté la liste des nouvelles sorties, les ventes ont chuté très régulièrement. Aujourd'hui, avec environ 2000 jeux, nous trouver devient très difficile. »

Andy Pearson (PQube) : « Très positif jusqu'à présent. Cela a sans aucun doute contribué à revigorer le paysage du numérique. »

Nik Makin (Makin Games) : « L'expérience a été formidable. Raging Justice était dans le top 10 (au Royaume-Uni) quelques semaines après son lancement et avait une excellente visibilité au départ. »

Mike Daw (Infinite State Games) : « Vraiment bon ! L'eShop se charge rapidement, affiche un nombre intéressant de jeux simultanément, les pages individuelles des jeux se lancent aussi très rapidement et ont une belle présentation, la fonction de recherche est également rapide. »

Thomas Kern (FDG Entertainment) : « C’est génial! Nous avons publié trois jeux sur l'eShop: OceanhornBlossom Tales et Monster Boy and the Cursed Kingdom. C'était un processus très aisé à chaque fois. Nous apprécions le fait que chaque page de jeu puisse avoir sa propre variante de couleurs, ainsi que la rapidité avec laquelle on accède aux titres et à la boutique en général. »

 

 

N.L : Comment se présentent les ventes sur l'eShop par rapport aux autres magasins numériques ?

 

Dan Muir : « Les deux jeux que nous avons co-publiés ont largement surpassé les ventes par rapport aux autres plateformes. »

Chris Obritsch : « Très bien ! Comme nous nous y attendions, les ventes sur Switch par rapport aux autres consoles varient de 4 pour 1 à 8 pour 1 en fonction de la période et du marché. »

Joshua van Kuilenburg : « Dans l’ensemble, les ventes de Switch ont été les plus fructueuses. Cela est dû à la popularité de la machine et au fait que les utilisateurs Switch correspondent un peu plus à notre public cible. La version Switch possède également des fonctionnalités de commandes inédites et, bien sûr, un mode portable, ce qui peut avoir poussé les clients potentiels sur Steam  vers la Switch. »

Thomas Whitehead : « L’eShop a connu différentes "phases", en particulier pour les entreprises de notre taille. En se concentrant sur la période la plus récente et la plus pertinente, certains jeux, notamment des suites réalisées par des développeurs bien connus avec lesquels nous sommes partenaires, peuvent conserver des résultats solides qui ne sont pas nécessairement bien loin des ventes équivalentes du début du cycle de vie de la Switch. Avec d’autres, c’est indéniablement plus difficile, surtout si les dieux de la planification sont cruels. Vous pouvez planifier à l'avance, consulter les calendriers publiés publiquement, mais il peut arriver que la sortie se face en concomitance avec énormément d'autres titres. Se faire remarquer au-dessus de cette foule de jeux peut être très compliqué. Sauf erreur de ma part, la Switch incarne toujours un marché très porteur pour des jeux comme les nôtres par rapport à Steam et à la PS4. Avec la PS4, la scène dématérialisée au Japon, en particulier, est relativement restreinte pour les jeux plus modestes. D’un point de vue occidental, je ne sens pas vraiment un PS Store me poussant à télécharger un jeu en particulier. Ce n'est pas étonnant, au vu de l'offre surchargée des jeux également disponibles en version physique. Quant à Steam, c’est une maison de fous bien sûr! Si vous réussissez sur Steam, c’est merveilleux, mais c’est tellement plus facile à dire qu'à faire. En résumé, la Switch représente toujours une bonne vitrine pour nous. »

Michael Heald : « Jusqu'à aujourdhui, les ventes sur Switch sont bien supérieures à toutes les autres plateformes combinées. Mais maintenant que les choses se sont stabilisées, je dirais qu’elles sont au même niveau que les autres supports. »

Andy Pearson : « Nous avons constaté que les ventes sur Switch sont en croissance et dépassent d'autres plateformes sur certains titres. Il y a eu des jeux où l'hypothèse naturelle était que Steam serait la plateforme principale, mais nous avons constaté que la Switch avait une avance significative sur les ventes. »

Nik Makin : « Les ventes de Raging Justice ont été très bonnes sur Switch, bien que je ne puisse pas faire de comparaison directe, nous sommes plus que satisfaits des ventes via l'eShop. »

Mike Daw : « C’est bien mieux lorsque vous apparaissez dans la section "nouveautés", c'est rapidement plus confidentiel par rapport à d'autres magasins en ligne une fois que vous en êtes sorti. Cependant, le nombre de publications augmente rapidement, il sera donc intéressant de voir si cela reste le cas. »

Thomas Kern : « Tous nos jeux se sont mieux vendus sur Switch que sur d’autres consoles ou sur Steam. Dans certains cas, c’est une différence insensée, assez incroyable pour être honnête. Blossom Tales, par exemple, s'est vendu vingt fois plus sur Nintendo Switch que sur Steam, même s'il a été lancé sur Steam un an avant. Notons que l'eShop a relancé Blossom Tales et a empêché le studio de développement de fermer. Quant à Monster Boy and the Cursed Kingdom, il s’agit là encore d’un ratio extrême. Les ventes de Nintendo Switch par rapport à la PS4 et à la Xbox One combinées sont de 8 pour 1 ! »

 

  

N.L : Pensez-vous que les publications hebdomadaires de jeux sur l'eShop sont trop nombreuses ?

 

Chris Obritsch : « Oui et non. Bien que j'apprécie le fait que les indépendants arrivent su l'eShop, le nombre de titres mobiles portés rapidement sur Switch par intérêt économique est frustrant, et cela enterre certains des meilleurs jeux Switch. »

Dan Muir : « Ce n’est pas qu’il y ait trop de sorties, mais j’estime qu’il pourrait y avoir davantage de soutien pour aider les développeurs à promouvoir eux-mêmes leur jeu sur Nintendo. C’est très facile pour un titre de se faire oublier au bout de quelques jours, mais au contraire essayer d’améliorer sa visibilité semble un peu plus difficile. »

Joshua van Kuilenburg : « Du point de vue marketing, peu de jeux nous aideraient à nous démarquer, bien sûr. Cependant, en tant que joueur, le succès de la Switch m'excite et je perçois le grand nombre d'excellents jeux proposés sur l'eShop comme un atout, tant que le processus de garantie de qualité de la part de Nintendo peut éviter une "situation Steam", dans laquelle un nombre infime de jeux médiocres à plus gros budget peut enterrer des merveilles vidéoludiques. »

Dugan Jackson : « Avoir moins de jeux publiés chaque semaine bénéficierait certainement à la visibilité des titres. Mais il est peut-être plus important d’améliorer la façon dont les jeux sont affichés et classés par catégorie, de manière à ce que tout le monde puisse être soutenu et recevoir un traitement équitable. »

Thomas Whitehead : « En fin de compte, soit vous encouragez les développeurs à utiliser une plateforme, soit vous ne le faites pas. Si Nintendo limite son offre, les joueurs se plaindront (comme beaucoup le firent au cours des six premiers mois lorsque l'eShop était plus restreint). Mais aujourd'hui, les gens se plaignent en voyant l'offre trop importante. Mon opinion personnelle est que le nombre de jeux n’est pas nécessairement le principal problème, mais la conception du magasin n’aide pas toujours. Personnellement, j’ai toujours le sentiment que l’interface utilisateur de l'eShop et la mise en page pourraient être meilleures, mais là encore, il n’y a pas de solution magique. En tant qu'utilisateur de Switch, je trouve que parcourir la plateforme devient plus difficile chaque semaine, ce qui peut être dangereux si les gens se détournent et se soucient moins des nouveaux titres, ou sont moins disposés à passer du temps à consulter des jeux autres que ceux qui ont fait les gros titres. »

Michael Heald : « Lorsque nous avons lancé notre jeu, il y avait un maximum de cinq à dix titres disponibles par semaine, ce qui, à mon avis, est le nombre idéal pour que les joueurs puissent suivre le rythme. Maintenant qu’il y en a beaucoup plus, c’est très facile de rater des sorties, même celles que vous attendez. »

Andy Pearson : « C’est une histoire d'équilibre. Un bon flux de contenu encouragera davantage les personnes à se procurer la machine, ce qui signifie plus de clients potentiels pour les éditeurs. Du point de vue du consommateur, je pense que tant que l'eShop continuera à s’améliorer, offrant aux joueurs différentes façons de découvrir du contenu, la plateforme continuera à progresser. La clé est la façon dont le contenu est représenté et présenté, pas le volume. »

Nik Makin : « Je pense que Raging Justice aurait tiré profit du lancement d'un nombre de jeux plus restreint chaque semaine. »

Mike Daw : « C'est la rançon inévitable du succès d'une plateforme et il en va de même pour tous les supports. La Switch a justement profité d’une période pendant laquelle les grands éditeurs n’avaient pas tout inondé de contenu, et les kits de développement étaient difficiles à obtenir. Cette période est maintenant terminée, et il est agréable de voir autant de personnes s’engager à la fois en tant qu’utilisateurs et développeurs. C'est une excellente machine qui mérite son succès. »

Thomas Kern : « Je comprends pourquoi Nintendo autorise de nombreux jeux dans son eShop, car la firme ne veut pas porter de jugement sur les jeux indépendants. Personnellement, cela ne me pose pas de problème, car Nintendo trouve un équilibre en étant très actif pour présenter des jeux de qualité et fournir un excellent support pour ce contenu. Le terme "Shovelware" (jeux fournis à la pelle) est rapidement enterré. »

 

 

Que voudriez-vous voir amélioré sur l'eShop par Nintendo ?

 

Mike Daw : « La compilation vidéo "Indielights" publiée par Nintendo est un bon début, mais il serait bon de voir une section dans la  boutique en ligne similaire avec du contenu sélectionné. Ce serait également bien de les voir utiliser l'élément "temps de jeu" qu'ils collectent pour la liste d'amis afin que le public puisse voir les jeux sur lesquels les joueurs passent le plus de temps, voire divisés par RRP (Prix de vente conseillé), afin que nous puissions avoir une idée de leur valeur pécuniaire. L'ajout d'un système d'avis par les utilisateurs serait également très utile, même s'il ne s'agirait que d'un nombre d'étoiles pour éviter les problèmes de censure. Cela me manque vraiment par rapport aux autres plateformes. Et aussi, naturellement, une section "jeux les mieux notés" serait intéressante. »

Dan Muir : « J'aimerais que l'eShop soit plus intuitif, mais par rapport à la Xbox One ou à la PS4, il s’agit d’une boutique encore relativement récente. Espérons que Nintendo peaufinera et améliorera sa plateforme, en termes d’esthétique et de navigation, à mesure que la Switch mûrira. »

Chris Obritsch : « Personnellement, je trouve que l'eShop de la 3DS est plus abouti que sur Switch, et cela vaut également pour la PS4. Ce serait tellement plus convivial s'il y avait des catégories, et des sous-catégories au sein des catégories. Il serait plus facile de trouver le jeu souhaité. »

Joshua van Kuilenburg : « Qu'en est-il de la musique cosy ? J'ai toujours aimé ces musiques dans les autres itérations de l'eShop. Une remarque plus sérieuse, des fonctionnalités de recherche plus robustes et une section de recommandations personnalisable, peut-être basée sur les titres que les joueurs ont achetés précédemment, seraient une bonne chose. Surtout avec le grand nombre de jeux qui sortent ces jours-ci, le potentiel de découverte de jeux moins connus deviendra restreint pour les joueurs qui ne veulent pas parcourir chaque page. »

Dugan Jackson : « La possibilité de découverte de jeux plus discrets pourrait être améliorée, que ce soit en suggérant des titres "similaires" ou même en montrant simplement d'autres jeux sur chacune des pages. »

Thomas Whitehead : « La mise en page pourrait être meilleure. Je me souviens avoir dit dès le lancement que je ne pensais pas que le design de l'eShop était aussi bon que celui de la Wii U. Il paraît trop léger face à la foule de jeux qui arrivent toutes les semaines. Nous devrions cependant reconnaître que Nintendo a apporté de petites améliorations. Pour être juste envers Nintendo, au-delà de l’interface de l'eShop, ils ont des équipes toujours disposées à s'intéresser aux jeux indépendants, qui bénéficient occasionnellement d'un soutien supplémentaire, comme des bandes-annonces partagées sur des canaux officiels. De plus, les pages web et les conseils que les développeurs reçoivent lors de la publication d’un jeu sont les bienvenues. L’intention de soutenir les petits éditeurs et développeurs est là, et c’est formidable. Mon souhait personnel serait une refonte complète du design de l'eShop, de façon à ce que son apparence et son fonctionnement varient selon que le joueur est devant sa télévision ou sur un ordinateur portable, à l'image de la différence entre naviguer dans un magasin en ligne sur un pc ou un smartphone. Il n’y a aucune raison pour que de grandes modifications ou améliorations ne puissent être apportées, mais cela n’est peut-être pas à l’ordre du jour, qui sait ! »

Michael Heald : « Une meilleure possibilité de découverte, une bonne catégorisation et de meilleurs zones de présentation. Ils pourraient faire une multitude de choses pour mieux exposer les jeux. Nous pourrions imaginer que vous visitiez l'eShop et qu’il n’y ait pas seulement une zone réservée aux nouvelles sorties et aux ventes, mais aussi des sections sélectionnées pour différents genres, ou qu'il soit présenté aux utilisateurs des jeux qui correspondent à leur profil en fonction de ce qu’ils ont acheté dernièrement. »

Andy Pearson : « Lorsque vous avez une plateforme qui a un volume de contenu aussi important, la chose la plus importante est de savoir comment ce contenu est présenté à l'utilisateur. Des recommandations personnalisées, une plus grande variété de sections où un jeu peut être présenté, de meilleures façons de classer et de rechercher du contenu. À mesure que le volume augmentera, l'eShop - et toutes les plateformes - devra mieux appréhender la façon dont les utilisateurs pourront non seulement trouver les jeux qu'ils veulent, mais aussi découvrir des jeux qu'ils ignorent et qu'ils aimeront sûrement. »

Nik Makin : « Je pense que la navigation dans l'eShop pourrait être plus facile. Ils font un excellent travail pour rendre l'écran épuré, mais cela peut prendre un certain temps pour parcourir les listes. De plus, certaines suggestions algorithmiques basées sur l'historique de jeu ou l'historique d'achat seraient un ajout intéressant. »

Thomas Kern : « Je n’aime pas la façon dont l’équipe en charge de l'eShop autorise des rabais allant jusqu’à 99%, ce qui a pour conséquence pour certains jeux de ne coûter que quelques centimes. Cette course vers le prix toujours plus bas est soutenue par une grande visibilité des jeux à prix réduit en raison d'un eShop mettant en avant ces titres du fait d'un flux élevé. Les jeux de qualité inférieure ont tendance à bénéficier très souvent de gros rabais, ce qui engendre une meilleure visibilité, et va à l'encontre de l'objectif de qualité garantie par Nintendo. Les remises fortes provoquent également plus de téléchargements, ces jeux sont donc classés très haut dans les statistiques. Les joueurs occasionnels peuvent penser que ces titres sont bons parce qu’ils figurent en bonne place dans les classements. Je suggérerais à Nintendo de ne plus prioriser le nombre de ventes pour chaque produit et d'établir une règle définissant à quel point les prix peuvent baisser. Si quelqu'un doit appliquer 99% de rabais pour vendre un jeu, c'est qu'il y a un dysfonctionnement. Soit le développeur a défini un prix de base inadapté, soit il exploite ce mécanisme de remise importante en fixant délibérément un prix trop élevé. »

 

  

N.L : Quelle est l'importance de l'eShop pour votre société ? Lors de la création d'un jeu, l'eShop est-il l'une de vos principales cibles ?

 

Dan Muir : « Une très grande importance. Nintendo a apparemment écouté les critiques des eShop de la Wii et de la Wii U et a essayé de se rapprocher des développeurs autant que possible. Chez Hound Picked Games, nous estimons que l'eShop est probablement aujourd'hui la plateforme prioritaire du marché en cas de jeu mutliplateforme, en raison de l'incroyable manière dont les fans de Nintendo partagent et à font connaître les nouveaux titres enthousiasmants. Le ratio des ventes de Switch par rapport à Steam / PS4 / Xbox One étant bien meilleur, il serait insensé d’ignorer le mastodonte Switch pour nos futurs titres. »

Chris Obritsch : « L'eShop est notre plateforme principale, devant toutes les autres. Il est donc extrêmement important. Cependant, comme je l’ai déjà mentionné, les jeux laissent rapidement la place à des portages mobiles dans la liste des nouveautés. Au-delà de cela, il semble que beaucoup d’utilisateurs ne semblent pas vouloir cherher les jeux en profondeur en raison de la configuration de la boutique en ligne. »

Joshua van Kuilenburg : « À l'heure actuelle, l'eShop est notre seule plateforme de publication avec Steam. Cela fait certainement partie intégrante du succès de NAIRI : Tower of Shirin. Nous considérons le PC comme notre principale plateforme de développement, mais nous ciblerons plus précisément l'eShop ainsi que les fonctionnalités uniques de la Switch, en particulier pour les versions ultérieures. »

Dugan Jackson : « Le fonctionnement des vitrines numériques peut faire une grande différence pour les ventes. Prenons simplement l'exemple de Steam. Nous constatons que la liste des nouveaux titres de la page d'accueil a été transformée en une liste de "titres nouveaux et populaires". Nous ne pouvons bien-sûr pas compter uniquement sur les soutiens des boutiques en ligne pour vendre nos jeux, et nous devons travailler dur pour aider les gens à prendre connaissance de nos titres afin qu'ils puissent les rechercher sur ces plateformes. En se basant sur les ventes réalisées jusqu'à présent, oui, l'eShop et la Switch restent des cibles clé pour les futurs jeux. »

Thomas Whitehead : « L'eShop est très important pour notre entreprise, c'est certain. C’est notre principale plateforme à l’heure actuelle. L’attrait de l’appareil et sa compatibilité avec nos jeux n’ont pas changé depuis son lancement. Le système offre toujours une flexibilité d’entrée (commandes, écran tactile, mode tablette, lecture télévisée) qu'aucune autre machine n’offre, du moins pas aussi intuitivement et efficacement. Nos jeux de rythme, par exemple, semblent totalement dans leur élément sur Switch, et en particulier les jeux avec un style rétro / pixel-art. Bien sûr, bon nombre de nos abonnés sont également des joueurs de Nintendo, en particulier ceux qui ont également joué à certains de nos titres sur 3DS. »

Michael Heald : « À l’heure actuelle, la Switch est la plateforme sur laquelle il faut se lancer, mais au fil du temps, cela devient de moins en moins le cas. Je pense que les ventes que nous avons obtenues lors du lancement avec seulement 200 jeux sur l'eShop sont à des années lumières des ventes de  ceux qui lancent leur titres aujourd'hui au milieu de 2000 jeux. Il est difficile de le dire avec certitude, mais je pense que dans douze mois, la commercialisation sur Switch sera identique au lancement sur une autre plateforme. »

Andy Pearson : « En tant qu'éditeur de jeux japonais, la PS Vita était une plateforme essentielle pour nous. Alors que cette console en est à son crépuscule, nous constatons que la Switch prend  désormais la place laissée par Vita. Nous pensons que c’est le foyer le plus naturel pour des oeuvres comme les Visual Novels, un genre que nous aimons particulièrement. »

Nik Makin : « La Switch, et donc l'eShop, ont joué un rôle très important dans le succès de Raging Justice. C'est une excellente plateforme qui restera certainement celle que nous viserons dans le futur. »

Mike Daw : « Comme pour tout producteur de contenu consommable, les devantures de magasin sont extrêmement importantes pour la fenêtre de sortie initiale. Au-delà de cela, la la possibilité de découverte devient la clé, et nous avons l'impression que l'eShop est en retrait à ce niveau. Nous aimons la Switch en tant que joueurs, nous avons donc l’intention de nous concentrer également sur celle-ci en tant que développeurs. Sa tendance vers le mode multijoueur local est quelque chose de très excitant pour nous, une dimension que nous n’avons pas encore été en mesure d’explorer sur d’autres plateformes. »

Thomas Kern : « l'eShop est devenu l’une de nos plateformes les plus importantes et nous continuerons à y publier des jeux. C’est l’une de nos principales cibles, grâce notamment à la console elle-même. Cela reste très amusant d'y créer des jeux et d'y jouer. » 



Afficher / Masquer les commentaires

1 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 05 mars 2019 à 23:52

Je pense que l'e-shop a globalement le même problème que l'interface utilisateur de la Switch en général, une volonté d'épure qui certes simplifie l'utilisation "superficielle" mais ne permet de gérer correctement un grand nombre de titres.
Reste que personnellement je m'y retrouve mieux que sur l'e-shop 3DS ou WiiU à partir du moment où il faut effectuer une recherche pour retrouver un "vieux" jeu.

Et il semble que la Switch est très bien partie pour durer dans sa relation avec les indés, même au delà de la phase de lancement où les quelques jeux de qualité bénéficiaient d'une très bonne visibilité.

Newsletter
LES DERNIERES SORTIES

Sondage
Parmi ces series, lesquelles reveriez-vous de revoir ?


Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016