Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
Support Développeur Nombre de joueurs Sorties
 Switch  Nintendo  1 à 2 27/10/2017
27/10/2017
27/10/2017
Editeur Genre Divers
 Nintendo  Plate-formes - Aventure     Site officiel
8 commentaire(s)
switch
Nous avons (encore) joué à Super Mario Odyssey, nos dernières impressions !

 Par Draco,
 le 06/10/2017 à 13H05

Tenu quasiment aussi secret que le fut la Switch, Super Mario Odyssey s'est peu à peu dévoilé en moins d'un an pour finalement se mettre quasiment à nu. Le Mario tant attendu débarquera ce mois d'octobre pour venir gonfler le nombre de hits du catalogue de la console hybride et tenter de venir caracoler parmi les sacro-saints GOTY dans une année très chargée en hits.

Super Mario Odyssey a la lourde tâche de montrer que le plombier désormais rentier et héros à ses heures n'a rien perdu de sa forme et qu'il peut toujours mettre la concurrence au tapis, un peu comme un Teddy Reiner qui ne concourt que dans les compétitions qui puissent l'intéresser. Après deux épisodes de Super Mario Galaxy absolument titanesques et un 3D World marquant la maîtrise et la maturité du jeu de plateformes 3D, l'équipe de Yoshiaki Koizumi semble vouloir répondre aux attentes des nombreux fans en faisant marche arrière et en proposant un Mario bac à sable dans la lignée quasi-éteinte du très estimé Super Mario 64. Mais est-ce que le roi de la plateforme peut-il encore nous épater ? En attendant de pouvoir le tester en bonne et due forme, nous avons eu la chance de prendre en mains les Joy-Con en mode détection de mouvement durant une heure et demie et de faire subir à Mario et son acolyte Cappy de nombreuses chutes, morts et autres supplices inhérents aux jeux de plateformes.

Une preview rédigée par Mr Godjira.

Mario Unreal

Commencer une partie de Super Mario Odyssey, c'est déjà essayer d'oublier l'étrangeté que le premier teaser de janvier 2017 nous avait laissée. Extirpé de ses environnements totalement surréalistes habituels pour arriver à New Donk City, Mario se lançait alors dans une démonstration de parkour au beau milieu d'une ville aussi éloignée de notre réalité que de la sienne. On découvrit par la suite de nombreux environnements tout aussi différents que variés artistiquement allant des plus fantastiques et colorés aux plus « réalistes » selon la vision de CryZENx. Ce teaser fut même rapidement parodié en Mario GTA probablement pour exorciser cette vision à laquelle nous n'étions pas tous prêts. Il semblerait que du côté de chez Nintendo, on ait essayé de répondre à ladite ambition que de nombreux joueurs attendaient depuis l'arrivée du fabricant sur les supports HD. De l'autre côté de la galaxie, il y a donc l'Unreal Engine, un moteur de jeu qui propulse de nombreux univers que Mario devra traverser pour comme à son habitude retrouver et sauver la princesse. Super Mario Odyssey est donc un voyage, qui rangera probablement celui d'Ulysse au rang de simple road trip, tant les situations sont folles et variées.

 

Présentation du Nintendo Direct du 14 septembre

 

Ce sentiment se confirme après avoir traversé le pays des Chapeaux aux allures burtonienne, le pays de la Cuisine plus proche d'un Cézanne en low-poly et enfin le pays de la Mer aux accents de lieu de villégiature idéale. Tous ces lieux habités par des autochtones qui airent inlassablement en attendant de trouver une solution à leurs problèmes reflétaient parfaitement l'étrangeté de ce Mario. Visuellement très propre sans jamais atteindre le sublime, il varie inlassablement en étant plus polymorphe qu'a l'accoutumé. L'équipe de Nintendo EPD semble vouloir casser les codes de Mario, du moins son aspect. On sent que d'une certaine manière, ils se sont lâchés. Faire un Mario bac à sable ne suffisait pas, il fallait montrer du neuf et de l'audace, quitte à mettre au placard une direction artistique cohérente. Ce Mario sera celui de la folie et du renouveau.

L'atout majeur pour se permettre ses nouvelles cabrioles est l’introduction de Cappy, cet étrange compagnon chapeau qui permettra de prendre possession de la majeure partie des ennemis qui parsèment les mondes de Odyssey.

Cappy Chapo

Depuis Jumpman, Mario n’a fait, épisode après épisode, que d’étoffer sa panoplie de mouvements sans jamais rendre la jouabilité bancale. Et ce n’est pas ce nouvel épisode qui dérogera à la règle. La quantité de mouvements possibles est tout simplement énorme. On comptera ceux que l’on connaît déjà qui permettent aux joueurs de se déplacer et de bondir avec différentes intensités, auxquels on ajoutera les mouvements liés aux attaques rendues possibles avec Cappy, et enfin les différentes possessions d’objets et d’ennemis qui ajoutent quantité de transformations exceptionnelles. On appelle cela la « chapimorphose ».

 

 

Bande-annonce de lancement

 

Certaines de ses transformations ne seront là que pour les gags, d’autres sont juste des éléments de déplacement, comme lorsqu’on se transforme en poteau pour se propulser ou que l’on se transforme en courant électrique pour remonter une ligne électrique. Mais la plupart des transformations sont liées à la possession des adversaires et de leurs capacités.

Manette en mains, on essaie tout, on ne se contente plus de sauter dans tous les recoins du niveau, mais on essaie surtout toutes les transformations afin d’en saisir l’avantage. On constatera vite que se transformer en Goomba ne nous met pas à l’abri des autres Goomba, mais surtout que vivre une vie de Goomba n’est pas génial. Bien entendu, toutes ces transformations ont une utilité. Il faudra souvent explorer le niveau dans son intégralité pour savoir où les utiliser à bon escient.

Le retour au style bac à sable impose un changement plutôt radical du gameplay, depuis 10 ans les Mario 3D étaient devenus de véritables partitions, le jeu se montrait précis et exigeant dans la façon d’aborder la plateforme. Avec Odyssey, on se retrouve avec des environnements à explorer. Ce n’est pas pour rien que l’on trouvera très régulièrement des lunettes télescopiques pour observer les environs et repérer les objectifs de la trame principale.

 

 

L’essence du gameplay se base donc plus que jamais sur l’observation. Pour pouvoir déceler les nombreuses lunes cachées, il faudra faire le lien entre des plateformes visiblement inaccessibles, des requêtes faites par les habitants ou des éléments plutôt insolites. Certains objectifs sont certes évidents, mais d’autres demanderont des tentatives diverses, avec un type ou un autre de possession ou simplement d’un costume acheté.

Pour combler ces allers-retours plutôt incessants, de nombreuses zones d’épreuves sont dissimulées, mais sans pour autant devoir répondre à une quelconque requête. Oscillant entre de courtes épreuves de plateformes tantôt en 2D, tantôt en 3D et des mini-jeux dont certains utiliseront les spécificités des Joy-Con.

L’exploration impose au joueur d’avoir aussi le contrôle de la caméra, si cela semble tout à fait logique pour pouvoir observer, le retour à ce genre de caméra pourra donner lieu par moment à des imprécisions de mouvements, avec une mauvaise appréciation des distances et des trajectoires en fonction des angles, ou tout simplement des caméras qui se prennent dans les recoins. Ce problème peut paraître quelque peu rageant surtout si on compare à la perfection du gameplay de la série depuis les Galaxy, mais il faut reconnaître que, pour le peu que l’on ait vu, l’accent est plus sur l’exploration et que les phases de plateformes denses sont plutôt courtes. De plus, le Game Over semble quasiment hors de portée, sachant qu’à chaque décès, on ne perd que quelques pièces pour revenir tout aussi rapidement que l’on est arrivé.

 

Ce qui a changé graphiquement depuis l'E3...

Top Hâte

Au bout d’une 1h30 de jeu, tout ce qu’on veut, c’est continuer d’y jouer. Il est bien entendu trop tôt pour savoir exactement quelle sera la durée de vie exacte du titre, et quel sera le niveau de challenge. Mais ce court aperçu semble confirmer ce que l’on sait déjà, un Mario c’est surtout du gameplay et un incroyable plaisir de jeu. Et à ce jeu-là, Odyssey affiche de très grandes ambitions. En mettant pêle-mêle de nombreuses idées et situations mélangeant des phases classiques à des situations plus inédites. L’ensemble des nouveautés se condenserait dans cette mise en scène polymorphe qui cherche à emmener la mascotte dans des situations jusque-là inimaginables depuis son petit royaume cosy. Tous les éléments semblent être réunis pour avoir un Mario qui fera date dans le cœur des joueurs.

Allez, encore quelques petites semaines... D’ici là, on peut déjà saliver en écoutant les morceaux exceptionnels de la bande originale qui traînent sur Internet.

 



Afficher / Masquer les commentaires

8 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 17:18

Moi aussi j'ai "top hat", euh... trop hâte !
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 17:45

Citation
Mario se lançait alors dans une démonstration de parkour au beau milieu d'une ville aussi éloignée de notre réalité que de la sienne.


au contraire Mario vient de la ville, dans donkey kong et mario Bros sur NES c'est clairement un environnement urbain.
les échafauds, les tuyaux, les briques, le fait qu'il soit charpentier puis plombier.. ça n'a mis la puce a l'oreille a personne ? huh.gif

mario vient d'un univers inspiré du film king kong, qui se passe donc dans une grande ville parodique de new york. On l'a vu aussi dans une grande ville dans mario is missing.

ce monde urbain de mario odyssey est donc un retour aux sources mario.gif
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 18:39

Mario est peut-être un immigré italien né dans les bas-fonds de New York, mais sa réalité depuis 30 ans, c'est le Royaume Champignon. Il s'agit certes d'une construction mentale induite par la consommation excessive de psychotropes, mais au moins, cela lui permet de supporter le fait qu'il soit incapable de garder un emploi ou de séduire la petite Peach, caissière chez Wallmart qu'il fantasme en princesse. Et je ne parle pas de son frère attardé dont il a la charge, ni de ce gros con de Wario qui le rackette depuis le collège. Heureusement que son chien Yoshi est là pour le réconforter, même s'il a tendance à bouffer n'importe quoi pour gerber ensuite sur le tapis.

Alors franchement, qui sommes-nous pour lui dicter sa "réalité" ? mario.gif
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 20:13

Il y a un docu à ce sujet
https://youtu.be/iO0ZXo3ORqc
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 20:32

Des images terribles... cryingsmiley.gif
a dit le vendredi 06 octobre 2017 à 22:14

Ça explique tellement de choses ... fear2.gif
a dit le samedi 07 octobre 2017 à 02:08

KJ > Sympa ta théorie, j'aime beaucoup ^^
a dit le dimanche 08 octobre 2017 à 11:38

VIVEMENT aime2.gif aime2.gif aime2.gif aime2.gif

Newsletter
LES DERNIERS TESTS
LES DERNIERES SORTIES

Sondage
Parmi ces series, lesquelles reveriez-vous de revoir ?


Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016