Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
NEWS
9 commentaire(s)
switch
Suda51 (No More Heroes, Killer 7...) a hâte de pouvoir exploiter les fonctionnalités de la Switch

 Par Draco,
 le 10/01/2017 à 12H15

Goichi Suda, alias Suda 51, s'est exprimé au sujet de la Nintendo Switch, indiquant « en vouloir une » ! Le directeur général du studio Grasshopper Manufacture, à qui l'ont doit les excellents Killer 7 (GameCube) et les deux No More Heroes sur Wii, ou plus récemment Let It Die sur PlayStation 4, a déclaré : « Ce n'est pas pour me vanter, mais je pense avoir exploité les fonctionnalités de la Wii de la meilleure des façons », entendez par-là qu'il souligne avoir été le meilleur dans ce domaine à l'époque de la Wii.

Il ajoute au passage : « Nintendo fait toujours des choses vraiment cool avec un matériel intéressant qui nous donne de nouvelles choses à faire. Je veux trouver une nouvelle façon cool de jouer en utilisant ce qu'offrira la Switch ». Suda51 ne semble donc pas encore développer sur Switch, mais se demande déjà comment il pourra exploiter au mieux le concept de la console dans une future production, une suite à la licence No More Heroes ? Le remake tant attendue de Killer 7 ? Un jeu totalement inédit ? Il faudra patienter pour le savoir...

Source : interview enregistrée par VG247

 



Afficher / Masquer les commentaires

9 commentaire(s)
COMMENTAIRES
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 16:40

C'est sympa ce genre de déclaration d'intention, mais au final, je ne trouve pas forcément ça rassurant. Un peu comme les discours de certains gros éditeurs qui disent "étudier" ce qu'ils pourraient faire avec la Switch. S'ils "souhaitent" ou qu'ils "envisagent", c'est qu'ils ne "font" pas. Or, avec les délais de développement actuels, ça signifie que les projets ne se concrétiseront pas avant plusieurs mois voire années, avec le risque d'être annulés ou baclés en cas de ventes décevantes de la console.

Evidemment, c'est toujours bien de voir un game designer comme Suda 51 porter de l'intérêt à une machine. Mais si lui (ou d'autres) ne semble se positionner que maintenant vis-à-vis de la Switch, c'est que Nintendo n'a pas fait suffisamment son boulot en amont pour informer les développeurs (hormis quelques privilégiés comme Ubisoft) et leur donner envie de mettre les mains dans le camboui.
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 16:43

Comment leur en vouloir, la Wii U a fait un bide incroyable et le système hybride portable/salon est une très bonne idée mais les développeurs le savent : très incertaine aussi. Entre la Wii U qui a bidé, le concept qui peut prendre comme ne pas prendre, les coûts de développement toujours plus importants... je ne m'étonne pas de voir beaucoup de types comme lui attendre un peu, réfléchir aux éventuels futurs jeux et lancer une production un peu après la mise en vente de la console quand ils seront certains que l'accueil du public est plutôt bon ! :/
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 16:56

Je n'en veux pas spécialement aux développeurs dubitatifs. Simplement, cela montre que Nintendo a encore une fois sous-estimé l'importance de dialoguer avec les tiers en amont. On a l'impression que beaucoup ont découvert la machine en même temps que nous et qu'ils ne savent pas encore trop comment l'intégrer dans leur stratégie.
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 17:18

De toute façon, tant qu'ils sortiront des consoles graphiquement inférieures obligeant les grands éditeurs tiers à devoir faire de la R&D supplémentaire sur les consoles Nintendo pour leurs jeux multiplatesformes Nintendo se met au ban tout seul. Je n'ai pas l'impression que ça ait évolué avec la Switch, pire encore, la console suscite énormément moins d'enthousiasme chez les tiers que la Wii U et c'est peu dire. Moi je le dis, si Nintendo compte s'en sortir seul comme sur Wii et Wii U (sur Wii le succès incroyable as obligé les tiers à développer dessus) il va falloir vraiment que le catalogue portable soit unifié sinon on cours encore à la catastrophe !
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 18:41

Oui, enfin l'obligation de devoir faire de la R&D supplémentaire n'a jamais empêché les tiers de sortir des jeux sur les portables Nintendo, pourtant graphiquement inférieures à pratiquement tout. Je veux bien qu'on me sorte que le marché portable est "différent" et que Nintendo le domine depuis des années, mais cette domination, elle n'est pas tombée du ciel. Il ne suffit pas que Nintendo sorte une nouvelle console portable pour qu'elle écrase la concurrence. En témoignent les débuts très équilibrés de la DS face à la PSP (qui a très bien marché au final) ou le démarrage un peu frileux de la 3DS (avant la baisse de prix).

Il est quand même étrange que Nintendo se débrouille aussi bien sur portable et réussisse à fidéliser des tiers, alors qu'ils en sont incapables sur console de salon (du moins ces dernières années).
a dit le mardi 10 janvier 2017 à 22:18

Cette série de gros directeurs qui semblent tout juste découvrir la Switch pour moi ça semble surtout indiquer que Nintendo a été un peu radin avec le chéquier quand il s'est agi de négocier le line-up.
C'est très probable aussi que Grasshopper n'ait pas été dans les priorités de Nintendo dans la liste des studios à se payer, mais moi je veux mon No More Heroes 3 !
a dit le mercredi 11 janvier 2017 à 00:11

Radin, pas forcément. Le coup du constructeur qui sort systématiquement le chéquier pour s'acheter un éditeur tiers, c'est surtout un fantasme de joueur, je pense. Le meilleur moyen d'attirer les tiers, c'est encore de bien faire son boulot et de rendre sa machine attractive. Ce que négocie ensuite le constructeur, ce n'est pas la sortie de tel ou tel titre sur sa machine, mais plutôt une exclusivité temporaire ou des DLCs spécifiques. Quant aux vraies exclus qui coûtent cher, ce sont plutôt des titres qui sont co-produits ou co-développés (genre Bloodborne ou Quantum Break).

Or, quand on regarde bien, Nintendo utilise en réalité beaucoup cette méthode. Sauf que c'est surtout pour développer des jeux tirés de ses propres licences via des studios comme Alpha Dream, Next Level Games, Good-Feel, Grezzo, Jupiter ou Headstrong Games (entre autres). Ils vont rarement chercher au-delà comme ce fut le cas avec Bayonetta 2 ou Devil's Third (qui étaient plus des sauvetages qu'autre chose).

Là, ça donne surtout l'impression qu'ils ont une nouvelle fait leur console en pensant avant tout à eux et à leur garde rapprochée (studios second party et quelques tiers "fidèles"). Il n'y a plus qu'à espérer que ce coup-ci les ventes seront au rendez-vous et donneront envie aux éditeurs sceptiques d'investir eux aussi.
a dit le mercredi 11 janvier 2017 à 19:20

Ah me je ne pensais pas spécialement à des exclus, dans la position de Nintendo l'idée ce serait surtout qu'ils "sortent le chéquier" (sous des formes diverses que ce soient du marketing ou des garanties de partenariats de l'aide matérielle ou que sais-je encore) pour s'assurer de la sortie de jeux multi-support sur Switch dès la première année.
Après bien sûr que je n'ai aucune vraie idée sur ce qu'il peut réellement se passer entre Nintendo et ces tiers, mais le problème c'est que contrairement à Sony qui n'a pas grand chose à prouver sur le marché de salon Nintendo est en position de faiblesse sur le segment et qu'il est tout à fait normal que les tiers soient réticents, d'où la nécessité de les pousser un peu, ce que Nintendo a peut être bien fait avec certains.
N'empêche que voilà, moi j'aurais surtout voulu qu'ils arrosent SUDA 51 pour avoir un No More Heroes 3 ou même un Let it Die (je ne sais pas à quel point c'est une exclu Playstation).
a dit le mercredi 11 janvier 2017 à 22:18

Inciter les tiers à développer sur une machine qui ne les enthousiasme pas d'emblée, c'est délicat. Et ça ne peut fonctionner qu'à petite échelle et avec des tiers "accessibles", sinon ça devient un vrai gouffre à fric. Après, une collaboration privilégiée avec Grasshopper pour un No More Heroes 3, aurait sans doute été de l'ordre du possible. Après tout, on est sur un studio et sur un type de production relativement comparable à un Bayonetta 2. Mais peut-être que Nintendo est sur d'autres dossiers, justement. D'autant qu'on ne peut pas dire que les NMH aient été de franches réussites commerciales à l'époque.

Newsletter
LES DERNIERS TESTS
LES DERNIERES SORTIES

Sondage
Parmi ces series, lesquelles reveriez-vous de revoir ?


Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016