Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #80
Nintendo Switch & Zelda : questions & réponses
Accueil podcast Télécharger le podcast
0 commentaire(s)
Nous avons joué aux jeux de l'E3 2014
Par Le staff le 24 juin 2014

Invitée par Nintendo pour tester l'intégralité des jeux présentés lors du salon de l'E3 et du Digital Event, l'équipe Nintendo-Difference vous propose un dossier complet résumant nos impressions sur chacun de ces jeux ! Nous avons même préparé pour l'occasion quelques vidéos exclusives réalisée par Inferno avec devant la caméra notre duo de choc, Blayrow et Manmedaz. Vous souhaitiez tout savoir sur les jeux présentés à l'E3 ? Vous allez être servis...
_______________________________________________________

Bayonetta 2 (Wii U - Octobre 2014)



Bayonetta 2, cliquez pour voir nos impressions en vidéo !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=eDzZd5MLqpo

Bayonetta 2... cela faisait longtemps. Un an, exactement, que nous avions pu tester le jeu de Platinum Games à, là encore, un évènement post-E3 organisé par Nintendo. Qu'est-ce qui a changé depuis ? Pas grand-chose, et c'est tant mieux. Le jeu est toujours un régal pour les yeux et les mains. Les graphismes sont au poil, sans chute de framerate malgré l'immensité et la densité de ce qui est affiché à l'écran. Même pendant le Umbran Climax, courte période pendant laquelle Bayonetta distribue des mandales et coups de talons démoniaques qui remplissent la moitié de l'écran, rien ne bronche. Idem face à un boss gigantesque qu'il fallait occire dans une mise en scène dont seul Platinum Games a le secret. Impressionnant. La démo était surtout l'occasion de découvrir de nouvelles armes secondaires, l'arc et les épées, dont il est possible de charger les coups pour faire plus de dégâts. Quelques coups spéciaux étaient aussi à découvrir, comme un coup d'épée circulaire en faisant tourner le joystick. Le gameplay paraissait solide, à base de combos interminables entre coups de pieds et armes spéciales, en veillant bien toujours à esquiver les attaques des ennemis au bon moment pour les contrer et même figer le temps l'espace d'un instant. Avec autant de pouvoirs, aucun affrontement ne nous a vraiment posé de problème, mais nous n'avons pas non plus cherché à obtenir toutes les médailles de platine dans les niveaux, y compris lors d'affrontements optionnels parfois bien cachés. Quant au mode coop en ligne promis sur le papier, il n'était pas disponible à l'essai. On attendra octobre pour le tâter.

Sur la borne à côté, Nintendo a eu la présence d'esprit de proposer une démo jouable du premier Bayonetta, qui sera donc porté sur Wii U. Pas de surprise non plus pour ceux ayant déjà joué au jeu, il s'agit du même hit sorti sur Xbox 360 il y a quatre ans et qui pose les bases d'un style et d'un gameplay excellents. Seul petit bémol, les couleurs du jeu paraissaient bien ternes et les textures pas très nettes, l'effet portage probablement, à moins qu'un réglage de la télé arrange le tout. Citons aussi deux ou trois ajouts cosmétiques comme des costumes de Link ou, bien plus sexy, celui de Peach qui, une fois enfilés, amèneront quelques effets rigolos. En Peach, des pièces à collecter apparaissaient à l'écran, et en Link, certaines animations utilisent l'épée de légende ou le bouclier de Link. Pour le reste, ce premier épisode offert si l'on achète le second devrait être garanti d'un bon deal lors de leur sortie en octobre.

Sonic Boom (Wii U & 3DS - Novembre 2014)


Sonic Boom : Rise of Lyric (version Wii U) :

La première chose qui a frappé dès l’annonce de ce titre est la nouvelle apparence donnée aux personnages, mais qui, finalement, s’efface devant les défauts du jeu en lui-même. Les graphismes sont très médiocres, et manquent relativement de personnalité. Difficile alors de ne pas rester de glace face à ces phases d’exploration et de beat’em up assez moyennes, dans lesquelles le hérisson bleu et ses camarades seraient finalement assez interchangeables avec d’autres personnages. Certes, Sonic bénéficie bien des mouvements qu’on lui connaît, comme, entre autres, le Spin Dash et le Homing Attack, mais il se voit attribuer une espèce de lasso qui lui permet d’agripper des objets et des ennemis, et de résoudre des puzzles pas forcément très inspirés. Sans oublier une caméra bien rigide, que l’on peut lentement déplacer à l’aide du stick droit.



Ainsi, Sonic Boom : Rise of Lyric, fait un peu Sonic Pschit, pour l’instant, malgré quelques phases de courses qui rappellent que notre hérisson est parfois le plus rapide du monde. « Pour l’instant », car, après tout, il reste encore quelques mois pour se corriger, avant novembre 2014.

Note d'attente : 1/5

Sonic Boom : Shattered Crystal (Version 3DS) :
Bien qu’il soit peut-être un peu obtus de se dire qu’une série, c’est comme ça et pas autrement, force est de constater qu’avec sa vue de profil, cette version 3DS de Sonic Boom, qui aura une histoire exclusive, fait bien plus « Sonic » que sa sœur sur Wii U. Cependant, cet opus garde quand même les idées de cette dernière, puisque qu’il est très orienté exploration, et le fameux lasso, qui servira surtout à s’agripper à des objets suspendus. En soi, explorer les niveaux n’est pas une mauvaise chose, mais les environnements manquent de variété, ce qui est assez déroutant. De plus, les niveaux semblent quand même assez longuets. L’idée de pouvoir changer de personnage en cours de partie est très sympathique, et ouvre la porte à des idées de level design intéressantes. Comme Amy a été enlevée, elle est remplacée par Sticks, un nouveau personnage, équipé d’un boomerang, ce qui peut apporter une certaine fraîcheur. Quant au maniement en soi, la vue de profil fait que les habitués trouveront quand même vite leurs marques, même si la vitesse n’est pas le maître mot.



Ce Sonic Boom : Shattered Crystal est plutôt intrigant, et peut être une belle alternative à la version Wii U, mais nous verrons en novembre 2014 pour le croire. Néanmoins, les possesseurs de 2DS seront ravis d’apprendre qu’ils ne ratent rien quant à la 3D stéréoscopique, qui a juste pour elle d’afficher de jolies icônes de bouton A en relief.

Note d'attente : 3/5

Un article rédigé par Ejis.

Project Guard (Wii U - Sortie indéterminée) & Mario Party 10 (Wii U - 2015)


Project Guard (Wii U) :
Projet secret de Shigeru Miyamoto, Project Guard est une variation de tower-defence vraiment intéressant. Le joueur possède douze caméras qu’il doit disposer sur une carte sur le GamePad, au centre de laquelle se trouve un élément à protéger. Le but est de couvrir visuellement un maximum de terrain afin de pouvoir repérer rapidement les robots qui viendront à l’assaut pendant les phases d’attaque, et les détruire via les lasers que chaque caméra possède. Là où ça se corse, c’est que les douze caméras sont visibles en même temps, et que le joueur doit donc partager son temps entre l’observation des images retournées, de la map, et la prise de contrôle des caméras afin de repousser les assaillants. Ajoutez à cela une variété certaine dans les robots, avec des robots-tank qui désactivent des caméras, des robots oiseaux qui les enlèvent, des robots-ninja qui n’apparaissent pas sur votre carte, et vous aurez un bon petit cocktail pour passer un moment électrisant et tendu, seul ou accompagné – il est d’ailleurs fortement conseillé de jouer à plusieurs. En somme, c’est un jeu simple, mais pas simpliste, bien réalisé, et au challenge relevé.



Note d'attente : 3/5

Mario Party 10 (Wii U - 2015) :
Malgré une période creuse sur consoles de salon, où elle s’est vue remplacée par des Mii dans les épisodes de Wii Party sur Wii et Wii U, la série des Mario Party revient pour un dixième épisode sur cette dernière. Quatre mini-jeux traditionnels étaient jouables, et demandaient de sauter et se déplacer pour éviter des essaims d’abeilles, ou encore de lancer des bombes le plus rapidement possible sur une fleur piranha.



Plus original, une partie entière du jeu devrait être dédié au gameplay asymétrique, avec des mini-jeux Bowser Party. Le but est simple : Bowser est manipulé via le GamePad, et doit brûler, écraser ou déchiqueter Mario, Luigi, Peach et Wario. Dans un mini-jeu, le joueur au GamePad fera tourner, via l’écran tactile, une roue dans laquelle se trouvent les quatre compères, tentant de les électrocuter en accélérant et en freinant violemment. Dans un autre, le GamePad sera incliné afin de faire glisser des barrières de feu et de cramer les héros. Bien que le nombre de mini-jeu jouables était très restreint, on ne peut que remarquer que Nintendo tente d’intégrer fortement le GamePad dans ce nouveau volet, ce qui est une très bonne chose. Graphiquement, si on n'est pas non plus au niveau d'un très simpliste Wii Party U, le jeu reste sommaire. En bref, outre l'utilisation du GamePad qui se révèlera probablement intéressante dans la version finale du jeu, on devrait rester sur un Mario Party assez classique tant au niveau visuel que gameplay. Le jeu devrait donc trouver son public, mais il ne faudra pas s'attendre à une révolution.

Note d'attente : 2/5

Article rédigé par Manmedaz.

Super Smash Bros. (Wii U & 3DS)



Super Smash Bros., cliquez pour voir nos impressions en vidéo !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=80UISAObJgQ

Super Smash Bros. version Wii U :
Il suffit d’une simple manette GameCube pour que, dès les premières secondes de combat, le joueur expérimenté fasse le constat suivant : ce jeu est bel et bien Super Smash Bros. ! L’adaptation est immédiate pour quiconque serait déjà familier de la série. Il est donc difficile de dire quoi que soit de plus que ce qui a déjà été dit sur les volets précédents. Nous avons pu nous essayer à des combats à quatre, et le chaos si caractéristique de la série est bel et bien présent. Force est de constater que des efforts ont été faits quant à la physique globale, juste milieu entre la vitesse presque déroutante de Melee et la relative lourdeur de Brawl. Bien sûr, il faut évoquer les nouveaux personnages, tous bien typés, qui trouveront sans exception leurs adhérents. Mega Man possède une large panoplie de coups et est très agréable à manier, tout comme le Villageois, Little Mac provoque douleur et désolation quand il est à terre, Amphinobi est très rapide et assez déroutant et Harmonie a une physique assez comparable à celle de Peach, mais avec les caractéristiques de Luma en plus. Il est amusant de constater que Nintendo veut mettre l’emphase sur le maniement à la manette GameCube, tant et si bien que nous n’avons pas pu tester les autres manettes.

La claque est aussi forte du point de vue du maniement que dans les graphismes, très travaillés. Super Smash Bros. for Wii U a bien de fortes chances d’achever le travail déjà entamé par Mario Kart 8 pour le succès de la console, et ce serait amplement mérité.

Note d'attente : 5/5

Super Smash Bros. (version 3DS - 3 octobre 2014) :
La série Super Smash Bros. a fait sa réputation sur les consoles de salon de Nintendo, et il revient à cette version 3DS de s’imposer de la même manière sur consoles portables. Et elle a toutes les cartes en main pour y arriver, puisque, mises à part les différences inhérentes au support, il s’agit sans nul doute d’un jeu Super Smash Bros. Le maniement et la physique sont les mêmes que sur sa sœur sur Wii U, et les personnages, anciens comme nouveaux, sont tout aussi attachants. Nous avons pu tester le mode Smash Run, qui consiste à parcourir un niveau pendant cinq minutes et d’accumuler des améliorations pour son personnage, le tout en vue du combat qui suivra. Il faut cependant noter que les possesseurs de la première 3DS ou d’une 2DS risquent d’être désavantagés compte tenu de la taille de l’écran, la caméra pouvant parfois être très éloignée des personnages. Heureusement, les lignes de détour viennent pallier cet écueil, et il faut avouer que la 3D stéréoscopique est de qualité, le tout à 60 images par secondes. L’attente va être longue d’ici le 3 octobre.



Note d'attente : 5/5

Article rédigé par Ejis.


Captain Toad : Treasure Tracker (Wii U - Fin 2014)




Captain Toad, cliquez pour voir nos impressions en vidéo !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=Q_NRp8Jj-bs

La démo proposait de parcourir quatre niveaux dans la peau de Capitaine Toad. Deux d'entre eux étaient relativement comparables à ce que l'on connaissait dans Super Mario 3D World : un niveau à explorer, des bonus à aller chercher et une étoile pour le finir, avec au milieu moult obstacles et ennemis. Le jeu demandait toujours de bien examiner un niveau sous toutes ses coutures pour faire progresser Toad, qui, tel un cul-de-jatte, se déplace lentement et ne peut pas sauter. Ainsi dans un des niveaux, la maison des Boos, il fallait déplacer des blocs pour placer des portes au bon endroit et permettre à Toad de franchir un grillage ou de grimper sur une section plus en hauteur. Il fallait aussi composer avec des Boos qui apparaissaient par surprise, et causant bien du mal à ce pauvre Toad qui ne pouvait que les éblouir avec sa torche. De manière générale, les ennemis sont à fuir comme la peste, même les plus faibles. Un simple Goomba apercevant Toad lui foncera dessus, aboutissant à une mort certaine... et ridicule. L'autre niveau demandait à Toad d'emprunter plates-formes et engrenages pour avancer, en évitant d'aller trop vite sous peine de chuter et de devoir recommencer son ascension dès le début. Bref, jugeote, observation et patience sont les maîtres mots de ce Captain Toad, aux antipodes d'un Super Mario. Mais ceux qui ont déjà joué à Super Mario 3D World le savaient déjà vu que le concept n'a pas fondamentalement changé d'un jeu à l'autre.

Deux autres niveaux étaient plus originaux : l'un avec un boss, un gros dragon qui souffle des flammes à intervalles réguliers. Toad devait se cacher au bon moment derrière des blocs et ensuite continuer de monter dans le niveau pour récupérer une étoile. L'autre niveau, nettement moins convaincant, plaçait le champignon dans un chariot façon Indiana Jones, et l'on devrait lancer des navets en vue à la première personne sur des bonus. Pas franchement inoubliable. Du coup, on espère que le produit final proposera un mix de missions pas trop inégales et suffisamment fournies, les niveaux testés s'expédiant relativement rapidement, et parfois un peu facilement.

Note d'attente : 3/5

Article rédigé par Blayrow.

Mario vs. Donkey Kong (Wii U - 2015)


À l’image des vieux jouets dézingués que Mario vs. Donkey Kong met en scène depuis 2004, la série s’apprête à venir rouler des mécaniques sur Wii U pour 2015 en capitalisant sur son charme pré-acquis. On pourrait s’amuser à dire que la série oscille entre tradition et modernité en proposant de manipuler des jouets dans un jeu vidéo, ou encore, en proposant un gameplay qui ne semble pas avoir réellement évolué et que la seule différence viendrait d’un lifting HD qui ne présente aucun intérêt. Mais cela serait oublier avant tout de parler du plaisir immuable des puzzles games - catégorie à laquelle Mario vs. Donkey Kong appartient, tout en étant un des plus fiers représentants, avec 5 jeux réussis.


Cette version en cours de développement revient sur les fondamentaux de la série avec une vue en coupe 2D, mettant injustement de coté les apports de Minis on the Move. GamePad en main, on a vite le sentiment de parcourir des sentiers battus. Bien qu’il soit toujours aussi plaisant de voir ses minis Mario avancer aussi bêtement qu’un Lemmings, les mécaniques semblent les mêmes. Avec la maigre promesse de 80 niveaux et une TV sans utilité, hormis un lissage HD qui ferait pouffer de rire les graphistes de chez WayForward, Mario vs. Donkey Kong semble manquer d’arguments pour nous faire craquer. Le seul élément, qui pourrait faire la différence, pourrait être son éditeur de niveaux qui permettra de partager ses créations via Miiverse, multipliant de fait la durée de vie par 100. Les joueurs auront alors la possibilité de noter ses niveaux à l’aide d’étoiles, qui permettront aux créateurs de débloquer d’autres éléments afin de créer des niveaux encore plus retors.

Mario vs. Donkey Kong semble ne pas prendre de risque et justifie difficilement son passage sur Wii U. Mais si le jeu semble être un portage un peu fainéant, il reste néanmoins toujours aussi efficace et fait la promesse d’être enrichi par la communauté des joueurs auxquels il sera agréable de se confronter depuis son canapé, GamePad en main.

Note d'attente : 2/5

Article rédigé par Mr Godjira

Mario Maker (Wii U - 2015) & Shovel Knight (Wii U & 3DS - Juillet 2014)


Mario Maker (Wii U) :
Mario Maker, un concept tellement simple qu'on se demande pourquoi Nintendo n'y a pas pensé plutôt. C'est la remarque que l'on se fait en testant la démo présentée lors de l'évènement post-E3. Un décor, un Mario, et un niveau vide qui ne demandait qu'à être rempli jusqu'au drapeau final, voilà en gros comment tout cela se présentait. L'éditeur est ultra-simple à utiliser. Du bout du stylet, on sélectionne un élément de décor, qu'il s'agisse d'un bloc, d'un tuyau, d'une pièce ou d'ennemis divers (Goombas, Koopas, Plantes Piranhas) et on le place sur le niveau à sa guise. Tout l'art étant ici évidemment de faire un niveau intéressant et surtout... qu'il soit possible de terminer ! En effet, une fois satisfait de sa création, la démo proposait de l'essayer de ce pas, quitte à envoyer Mario au casse-pipe en faisant apparaître par exemple une vingtaine de lanceurs de marteau qu'il était impossible de franchir en l'état. Pas de problème, l'ajout d'un tremplin ou d'une plate-forme supplémentaire résolvait le problème. La démo permettait de choisir des graphismes en 8 bits façon Super Mario Bros. sur NES, ou de les afficher en 3D comme dans New Super Mario Bros..


Lien vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=lvWA3xB4HjA

Passé l'amusement des premières créations, cette démo était plutôt maigre, mais porteuse d'espoir. Si Nintendo garnit bien son éditeur et permet de faire des niveaux conséquents (et pourquoi pas carrément un jeu entier, avec ses huit mondes ?), Mario Maker pourrait faire un carton. Car toute création pourra en théorie être partagée sur internet et jouable par n'importe quel cobaye qui osera s'y mesurer. Les créateurs du jeu ont aussi promis d'ajouter des éléments venant de plusieurs Mario, comme Super Mario Bros. 3 par exemple, et même venant d'autre univers que Mario. Si cette promesse est tenue, Mario Maker pourrait largement justifier son achat.

Note d'attente : 3/5

Article rédigé par Blayrow.

Shovel Knights (Wii U & 3DS) :
Une bien belle déclaration d’amour aux jeux 8-bits. Les amateurs de Mega Man, DuckTales, Castlevania et autres Ghosts'n Goblins ne resteront pas indifférents face à ce beau royaume pixélisé parcouru par le chevalier Shovel Knight. Ce dernier se manie très bien, et utiliser sa pelle pour déterrer des joyaux et sauter sur des ennemis est un plaisir, dans ces niveaux aux atmosphères variées, à l’action nerveuse et aux pièges multiples. Dans le niveau que nous avons testé, nous avons pu donner des coups de pelle sur les ennemis, rebondir dessus, utiliser des crânes pour faire descendre des plates-formes, et affronter quelques boss de taille imposante. Certains passages sombres empêchaient de voir nous mettions les pieds, sauf quand les éclairs illuminaient le tableau. La difficulté était très bien dosée, car pas injuste, d’autant plus que des checkpoints viennent fréquemment joncher le niveau. Ce jeu donnerait presque envie de ressortir sa TV cathodique pour y jouer, et retrouver les sensations d’époque.



Shovel Knight est un jeu financé sur Kickstarter, et force est de constater que ses mécènes ne regretteront pas leur investissement. Il faudra attendre cet été pour en profiter sur Wii U et sur 3DS chez nous, tandis que les Américains les auront en même temps que sur toutes les autres plates-formes ce 26 juin.

Note d'attente : 4/5

Article rédigé par Ejis.

Monster Hunter 4 Ultimate (3DS - Début 2015)


Monster Hunter est une des séries du jeu vidéo qui divise le plus, incomprise par de nombreux joueurs qualifiant son gameplay de néandertalien, celle-ci aura su évoluer aussi lentement par petites touches sans jamais dérouter les fans. Pourtant, après X versions de MH3 sur consoles Sony et Nintendo, se fendant d’ajouts cosmétiques et arguant un bestiaire toujours plus conséquent, Ryozo Tsujimoto producteur en son état - mais aussi inventeur du DLC non téléchargeable vendu en boîte au prix fort - s’est enfin décidé à passer la quatrième en sortant enfin Monster Hunter 4 en dehors du Japon. Et comme la série est nettement moins populaire chez nous que dans son pays natal, Capcom éditera directement la version Ultimate pour nos petites 3DS (la XL étant conseillée) pour le premier trimestre 2015. Équivalente à la version G, Monster Hunter 4 Ultimate est donc la version la plus complète à ce jour, tout en étant seulement la deuxième version existante.


Lien vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=HnV5EoTjOj0

Au programme ce sont donc parmi les nouveautés, un bestiaire renouvelé et mixé aux précédents, avec forcément une flopée de quêtes affiliées, des armes comme le « glaive-insecte » (nom provisoire) et la « Lame de charge » (nom provisoire) cousine de la morpho-hache, des armures en nombre à ne plus savoir quoi se mettre avant de partir bruncher. Viennent ensuite les vraies nouveautés, celles, qui minent de rien, vont bousculer les habitudes des nombreux chasseurs : les environnements. Jusqu’à présent, par commodité du gameplay, les espaces étaient plus comme des arènes maquillés en environnement. Dans MH4, le terrain est plus tortueux, pas seulement pour des effets esthétiques, mais aussi pour que les joueurs puissent utiliser l’environnement à leur avantage. Effectivement il est désormais possible de se jeter sur le dos de la créature depuis un talus ou d’être pourchassé sur le flanc d’une falaise. MH4 introduit la verticalité (en 2014) sans remettre en cause son système de jeu désormais bien rodé.

Il est donc agréable de constater, une fois la 3DS en main, que ce Monster Hunter se montre à la hauteur de nos attentes. Sans être une claque visuelle, le jeu est soigné dans sa réalisation. Si les décors vastes et visuellement chatoyants ne sont pas spécialement fins, la modélisation des monstres et chasseurs reste fine, et surtout le jeu est extrêmement fluide; on pourrait même avancer pour les puristes qu’il s’agit là d’un moteur tournant à 60fps. Les sensations de combat sont toujours aussi bonnes même si l’utilisation d’une nouvelle arme face à un « Tetsucabra » n’était pas la meilleure idée et que les deux Felynes semblaient aussi bêtes que les petites têtes de gland de MH3. Il aurait fallu bien plus que 15mn de jeu pour pouvoir saisir toutes les nouveautés de ce MH4, comme la présence d’un virus qui rend les monstres encore plus enragés ou bien les nouvelles options de customisation.



Bref, le rendez-vous est donné. Affutez vos lames, car de nombreuses heures de jeu nous attendent sur cette dernière itération de Monster Hunter qui se paye le « luxe » de proposer le jeu en ligne via le Nintendo Network, et d’ici là, on peut toujours rêver d’une version pépère bourgeoise HD pour sa console de salon bien-aimée.

Note d’attente: 5/5

Article rédigé par Mr Godjira.


Kirby and the Rainbow Curse (Wii U - 2015)



Cliquez pour voir notre vidéo exclusive contenant nos impressions !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=mlsb-mYHk6w

Petite surprise du Nintendo Digital Event, Kirby and the Rainbow Curse est un jeu à la direction artistique vraiment charmante et saisissante. Le développeur a choisi de représenter un monde tout en pâte à modeler, avec un style très proche du stop-motion à la Wallace et Gromit, et c’est très réussi et très impressionnant visuellement. Le jeu reste très proche de Kirby : Power Paintbrush sur DS, et se joue totalement à l’écran tactile. On appuiera sur Kirby pour attaquer les ennemis et détruire les blocs, on tracera des lignes arc-en-ciel sur son chemin afin de le déplacer où l’on veut, on touchera les ennemis pour leur tirer dessus lorsque Kirby sera transformé en tank.

Bref, tout se fait sur l’écran tactile comme nous l’avons déjà souligné, et si c’est un point fort, c’est du coup également un point faible du jeu. En effet, on passe donc son temps à regarder le GamePad, sans pouvoir profiter de la télé, et on pourrait donc se demander quel intérêt il y a à proposer ce jeu sur Wii U, et non sur 3DS. Nous laisserons ce point en suspend, en espérant simplement que Kirby and the Rainbow Curse saura nous surprendre, au-delà de sa beauté, par de la variété visuelle et de gameplay, lors de sa sortie en 2015.

Note d'attente : 3/5

Article rédigé par Manmedaz

Hyrule Warriors (Wii U - 19 septembre 2014)


Cliquez pour voir notre vidéo exclusive contenant nos impressions !
Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=LEuNL7NcS-w

Attendu par beaucoup de par son lien à la série The LegendoOf Zelda – bien que ce soit clairement un spin-off –, Hyrule Warriors a la lourde tache de faire attendre jusqu’à la sortie du prochain épisode principal, sur Wii U, en 2015. La fusion entre le style de Dynasty Warriors et l’univers de Zelda ne sera pas forcement du goût de tout le monde, il faut aimer trancher des centaines d’ennemis à la minute. Ceci étant, pour peu que vous accrochiez à ce genre de gameplay, tout est réuni pour que le fan du blondinet à la tunique verte et de sa clique ne prenne son pied. On retrouvera personnages, armes, ennemis et même boss de la série, à l’image du Roi Dodongo, que nous avons pu terrasser à la fin de la démo qui nous était présentée.

Graphiquement, le jeu souffre des aléas liés à Dynasty Warriors, à savoir des environnements et des ennemis plutôt sommaires dans leur modélisation, et qui apparaissent subitement lorsqu’on se déplace. Cela n’entrave que peu le plaisir de jeu une fois la manette en main cependant, et on se retrouve rapidement à naviguer le plus vite possible aux quatre coins du champ de bataille afin de remplir les objectifs, récupérer des bases ou aider des alliés. Nous devrons réserver notre jugement à la lumière d’une étude plus approfondie et sur une version finale du jeu, mais, pour peu que vous ne soyez pas allergiques aux Musou, l’attente de Hyrule Warriors nous semble plus que justifiée.

Note d'attente : 4/5

Article rédigé par Manmedaz


Splatoon (Wii U - 1er Semestre 2015)



Cliquez pour voir notre vidéo exclusive contenant nos impressions !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=FmD60id_ehI

Avant l'E3, un des souhaits récurrents formulés par les joueurs était de voir Nintendo annoncer une nouvelle licence. Autant le dire toute de suite, nous avons été servi, car non seulement Nintendo a répondu à cette attente, mais en plus sur un genre où on ne l'attendrait pas vraiment : le shooter en équipe.

Sur le papier le concept de Splatoon avait déjà de quoi attiser notre curiosité : 2 équipes s'affrontent à coup de fusil à encre pour recouvrir de sa couleur la plus grande surface. Dans les faits, Splatoon transforme l’essai avec brio : fun, ingénieux et surtout très dynamique, au bout de quelques parties nous étions déjà conquis par le potentiel du jeu.

Si côté graphismes il faut pour le moment se contenter d’un jeu sans fioritures, bien que propre, fluide et coloré, c’est surtout côté gameplay que Splatoon fait des étincelles. Une fois les sols de l’arène recouverts d’encre de votre couleur, il sera possible de vous transformer en calamar pour nager dans les flaques de manière à gagner en rapidité et pour devenir au passage invisible aux yeux de vos adversaires. Bien sûr, qui dit shooter en équipe dit stratégie, et même si le but du jeu est de recouvrir la plus grande surface possible de votre encre, il est bien entendu possible de shooter vos ennemis. En plus de les freiner dans leur progression, un frag engendrera une explosion d’encre. Chacun pourra donc choisir l’approche qui lui correspond le mieux, dans Splatoon on peut aussi faire gagner son équipe sans jamais tirer sur personne !

Outre son gameplay pêchu, on a aussi aimé dans cette démo l’utilisation à bon escient du GamePad, permettant vérifier la progression des territoires de chaque équipe sur la map et de choisir un point de respawn sans casser le rythme du jeu. Il permet même d’ajuster sa visée avec le gyroscope intégré, et ce de manière plutôt précise et fluide.

En plus du mode 4 contre 4 que nous avons pu tester, Nintendo nous promet d’ores et déjà un mode solo ainsi qu’un mode multijoueur local. Voilà un jeu qu’il va falloir suivre de très près d’ici sa sortie début 2015 ! En tout cas, nous avons hâte de pouvoir remettre nos mains dessus !

Note d'attente : 4/5

Article rédigé par TNTnico.


Yoshi's Woolly World (Wii U - 1er trimestre 2015)



Cliquez pour voir notre vidéo exclusive contenant nos impressions !

Lien direct : http://www.youtube.com/watch?v=NDayIOWTdHQ

Parmi tous les jeux jouables lors de l'événement organisé par Nintendo à Paris, Yoshi's Woolly World s'est particulièrement démarqué grâce à son aspect graphique. Passée l'inévitable comparaison avec Kirby Epic Yarn on remarque vite que Woolly World amène le style laineux dans une tout autre dimension ! En effet, si notre cher Kirby évoluait dans un monde complètement plat, Yoshi, lui, rejoindra la liste des jeux de plateforme 3D en scrolling horizontal.

Cette nouvelle profondeur des décors permet au studio Good Feel de travailler les moindres détails de l'environnement tout conservant la thématique des matières textiles. Résultat : un jeu graphiquement original, vraiment adorable, qui explose complètement la rétine ! Inutile de s'attarder sur ce point, car vous avez sans doute déjà remarqué que le jeu était beau en découvrant son premier trailer, mais sachez qu'une fois manette en main le résultat est encore plus bluffant !

Comme dans la plupart des jeux de plateforme récents, il sera possible pour un deuxième joueur de vous rejoindre à tout moment pour vous aider dans votre aventure (ou vous balancer dans un trou pour les plus sadiques). Par contre, côté gameplay pas de grosses nouveautés pour le moment si ce n'est que les habituels œufs seront remplacés par des pelotes de laine et que les espèces d'oiseaux-oeufs déjà présents dans Yoshi's Story et Yoshi's Island seront de retour. Ces drôles de bestioles agiront cependant différemment cette fois-ci puisqu'en les lançant vous créerez un chemin de nuage qu'il sera possible d'emprunter pour accéder à certaines zones normalement inaccessibles.

Pour conclure, après deux Yoshi's Island sur consoles portables ne faisant pas honneur à leur aîné sorti sur Super Nintendo, nous avons enfin l'impression de retrouver ici tout ce qui avait fait le charme de ce classique de l'ère 16 bits. On en arrive d'ailleurs presque à regretter les cris de Bébé Mario tant Yoshi's Woolly World s'annonce (enfin !) comme le digne successeur de Yoshi's Island. Seul bémol, on espère que les musiques feront l'objet d'une attention particulière de la part de Nintendo tant les précédentes aventures de Yoshi étaient décevantes sur ce point.

Note d'attente : 4/5
Chapitre suivant
Chapitre précédent
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

 
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016