Bienvenue sur Nintendo-Difference

L'inscription sur Nintendo-Difference est totalement gratuite et vous permet de bénéficier de toute l'actualité des jeux vidéo et de la Nintendo Switch, de la Nintendo 3DS et de la Wii U. Accès aux commentaires de news, aux concours de jeux vidéo, etc...

Connexion :

Mot de passe oublié ?

S'enregistrer

Twitter Facebook Rss Rejoignez nous !
PODCAST #81
E3 2017 : Ce qu'il ne fallait surtout pas manquer !
Accueil podcast Télécharger le podcast
0 commentaire(s)
The Legend of Zelda - Peuples et territoires
Par Artemus le Samedi 19 novembre 2011


Gonzabur Trottemollet, un touriste venu d'un pays lointain, a décidé de visiter le Royaume d'Hyrule. Aidé par un surprenant guide, il va découvrir les lieux récurrents de la série Zelda et rencontrer les différents peuples qui les habitent. L'occasion pour nous de vous présenter de manière originale les peuples et nombreux territoires d'Hyrule à travers les yeux d'un personnage créé de toute pièce...




Zelda : Peuples et Territoires, la découverte.

Gonzabur Trottemollet essuya ses lunettes avec un chiffon puis les reposa sur le haut de son nez. Le Majordome, un homme poli habillé d’un costume deux pièces aux couleurs d’Hyrule, se racla la gorge puis continua :

« Vous êtes ici dans l’Aile Ouest du château. Le long corridor que nous venons d’emprunter est la Salle des Tableaux qui rend hommage aux monarques qui ont gouverné le Royaume. Vous pouvez voir ici Daphnes Nohansen Hyrule devant le Temple du Temps. Sur votre gauche, Daphnes Nohansen Hyrule pose fièrement devant la Fontaine Zora avec son homologue amphibien. Là, c’est le Ranch Lonlon. Et devant, Daphnes Nohansen Hyrule. »

Gonzabur enclencha la Boite à Image qui pendait à son cou par une lanière en cuir, puis il prit une photographie du couloir. Le Majordome, visiblement gêné par l’attitude farfelue du petit homme en bermuda et à l’allure niaise, fit mine de tousser.

« Excusez-moi, Monsieur Trottemollet, mais… vous m’avez dit que vous étiez un… ?
— Un touriste ! répliqua Gonzabur avec entrain. Je viens d’un pays lointain et je désire visiter votre Royaume.
— Un touriste, répéta le fonctionnaire, un touriste. Mais qu’est-ce que c’est qu’un touriste ?
— C’est fort simple, reprit Gonzabur, les régions d’Hyrule m’intéressent au plus haut point. Le folklore et les peuples qui composent votre pays sont passionnants, et je désire en savoir plus sur votre Royaume, voilà tout ! D’ailleurs, je tiens à vous signaler que vous n’avez pas d’Office du Tourisme sur la Place du Marché, et c’est bien dommage pour la prospérité de votre ville qui est ma foi, bien sympathique. »

Le Majordome écarquilla les yeux et scruta le « touriste » avec incompréhension. Gonzabur s’était présenté au Château il y a une heure de cela, en suppliant qu’on le laisse visiter les lieux. Moyennant une centaine de Rubis qui irait tout droit dans les caisses de l’Etat, le fonctionnaire consentit à l’accompagner, mais le bougre ne semblait pas satisfait de sa visite.

« Bon, s’impatienta Trottemollet, quand est-ce qu’on croise le Roi ? Et la Princesse Zelda ? Je la vois quand ? Et le Temple du Temps, vous pouvez l’ouvrir, histoire que je prenne des photos ? Et le Héros du Temps, y a moyen de prendre lui demander un autographe ? »

#row_end« Et qu’on ne te revoit plus ici ! »

Gonzabur plana sur trois bons mètres puis s’écrasa au sol, face contre terre. Les deux gardes qui venaient de le congédier, d’une façon plutôt brutale, ricanèrent puis retournèrent vaquer à leurs occupations. Le touriste se releva, épousseta ses habits, puis soupira. Il était arrivé à Hyrule hier soir, le cœur plein d’espoir, et il savait à présent qu’il ne verrait ni le Roi, ni la Princesse, et qu’il n’était plus le bienvenue dans le Royaume. Était-ce de sa faute à lui s’il était aussi curieux ?

En marmonnant dans sa barbe, il regarda une dernière fois le château puis fit demi-tour pour se rendre sur la Place du Marché.



« C’est vous le type plein de Rubis qui souhaite visiter Hyrule ? »

Gonzabur sursauta et leva les yeux en direction de la voix qui venait de s’adresser à lui. Sur un nuage, à une demi-douzaine de mètre au-dessus de lui, une grosse grenouille bleue, aussi grande qu’un homme, le fixait intensément de ses yeux glauques.

« Whaou ! siffla le touriste. Par les mollets de Farore, j’aurais jamais du avaler les champignons de ce Tarkin ! Voilà que j’ai des hallucinations…
— Alors, c’est vous ou pas ? demanda le batracien qui s’impatientait sur son nuage.
— Effectivement, répondit Gonzabur.
— Ca fera six Rubis Oranges et trois Violets ! Et avant que vous ne le demandiez, je ne suis pas qu’une grenouille, je m’appelle Zephos et je suis le Dieu du Vent.
— Enchanté, murmura Gonzabur en fouillant dans sa besace. Si je m’attendais à rencontrer un Dieu du Vent aujourd’hui. »

Après avoir sortit la somme demandée, il tendit les pierres précieuses à Zephos qui s’empressa de les ranger dans sa bouche. Le Dieu du Vent présenta à son tour une main contenant deux petits objets ovales :

« On va faire dans le classique. La pilule rouge ou la pilule bleue ? »

Le réveil de Gonzabur parmi les dieux.

Un vent frais siffla entre les jambes de Gonzabur qui se réveilla en sursaut. Hagard, il tourna la tête autours de lui et rencontra le visage de Zephos qui lui soufflait dessus.

« Mais qu’est que… balbutia le touriste, hésitant entre la panique et l’incompréhension.
— N’ayez pas peur, le rassura Zephos, et prenez la peine de regarder autours de vous, c’est magnifique ! »

En se mettant à genoux, Gonzabur constata alors qu’il se reposait sur le nuage flottant qui s’était élargi pour l’occasion. Puis lorsqu’il pivota sur lui-même, le cœur de Gonzabur bondit dans sa poitrine : le nuage flottait dans une mer noire de vide où l’obscurité était maîtresse. Pris de frayeur, il s’accrocha aux jambes de Zephos.

« Nous sommes où ? Pourquoi il n’y a rien autours de nous ?
— Chut ! ordonna la grenouille. Taisez-vous et profitez du spectacle unique. »

Gonzabur obéit et se tu. Ils restèrent ainsi, un long moment, à admirer l’espace, lorsqu’un trait de lumière violet déchira le vide. Une jeune femme volait à toute vitesse autours d’eux, et Gonzabur faillit s’étouffer en avalant sa salive.

« Din, fit Zephos, la Déesse de la Force. Elle vient créer la terre. »

Une énorme boule se forma sous le nuage, et la sphère grandit à une allure phénoménale jusqu’à devenir une planète aride, dénuée d’atmosphère. Puis une autre lumière, bleue cette fois, survola l’astre qui venait de naître.

« Nayru, Déesse de la Sagesse, murmura Zephos. »

Le nouvel arrivant passa au dessus des terres et un ciel bleu se dessina soudainement. Un soleil et une lune se formèrent comme par magie. Des vents déposèrent leurs souffles sur les terres et des volcans se créèrent.

« Elle vient de créer l’Ordre dans le monde et d’imposer l’esprit des lois.»

A peine eut-il fini sa phrase que Zephos tourna la tête et montra du doigt une lumière verte arrivant de l’espace.#row_end« Et voici Farore ! s’exclama-t-il. La Déesse du Courage ! »

L’être divin survola le monde et lorsqu’elle eut fini son passage, des milliers de formes vivantes étaient apparues.

« Elle vient de crée la vie sur Hyrule, constata Gonzabur.
— Tout juste mon gars, sourit Zephos. Et ouvrez bien les yeux, faut pas que vous loupiez ça ! »

Les trois Déesses volèrent au dessus de leur œuvre puis filèrent dans le ciel. Lorsqu’elles furent assez haut, un éclair illumina le monde, obligeant Gonzabur à fermer les yeux. Lorsqu’il les ouvrit à nouveau, Din, Farore et Nayru avaient disparues, et un Triangle d’Or flottait maintenant dans les cieux.

« C’est… c’est … c’est… bégaya le touriste qui cherchait ses mots.
— La Triforce ! fit Zephos en se grattant l’entre-jambe. L’objet le plus important dans Hyrule.
— Et les Déesses ? Elles sont où ? J’ai même pas eu le temps de les prendre avec ma Boite à Images !
— Elles sont cachées dans Hyrule. Dans des petits temples secrets. Si vous les rencontrez un jour, elles vous donneront surement un pouvoir magique.
— Je vous remercie pour ce moment unique, lâcha Gonzabur du bout des lèvres, mais je ne vous ai pas demandé un cours d’Histoire ! Je veux visiter !
— Sont pénibles les touristes cette année ! beugla Zephos en claquant des doigts. »

Tout devint soudainement blanc, lumineux, et Gonzabur s’évanouit.



Le château d'Hyrule...

Une lumière éclatante traversa la paupière de Gonzabur qui ouvrit les yeux. Il se redressa avec agilité et remarqua qu’il était à présent sur le toit d’une grande tour. Plus en bas, un immense château l’entourait et des maisons se dressaient derrière les contreforts. Alors que le touriste se demandait se qu’il faisait en haut d’un tel monument, Zephos apparu soudainement ses côtés.

« Bien dormi ? demanda la grenouille sur un ton bienveillant.
— Comment vous faites pour… me téléporter ?
— Le moyen importe peu, ce qui compte est la destination.
— Et où sommes-nous ? questionna Gonzabur.
— Au château d’Hyrule… »

Le touriste s’approcha prudemment du bord et jeta un regard dans le vide. Il déglutie puis s’écarta du précipice pour se réfugier derrière le Dieu du Vent en tremblant.

« J’ai le vertige ! Et comment ça ce fait que je ne reconnais pas le château ? C’est pas Hyrule ici !
— C’est UN des Hyrule ! dit Zephos comme si c’était normal.
— Je ne comprends rien, protesta Trottemollet.
— Ce serait un peu long à expliquer, surtout à un homme qui porte des tongs et une banane en bandoulière. Pour faire simple, il n’existe pas un seul Hyrule, il y en a plusieurs. Tout dépend du jeu…
— Je persiste à dire que je ne comprends rien, gémit Gonzabur Nous sommes dans quel Hyrule ?
— Dans tous les Hyrule… et aucun. Celui ou celle qui nous regarde à travers son écran doit comprendre, sourit Zephos. Tout cela résulte d’une longue histoire. Hyrule change au travers des… épisodes. Il y a plusieurs Zelda, plusieurs Link, qui semblent se réincarnés à chaque fois, mais il n’y a qu’un seul Ganondorf. La disposition des lieux est toujours différente. Au début, on pensait que l’histoire entre ce trio se répétait, comme si nous faisions face à une même légende racontée de façon différente. Mais depuis que l’Ocarina du Temps existe, nous savons qu’il y a une chronologie officielle. Hyrule sombre dans le chaos puis renait de ses cendres.

Devant l’air dubitatif et peu convaincu de son client, Zephos tendit une main palmée et incita Gonzabur à monter sur son nuage. Une fois installé, ils volèrent autours du château, sous les yeux ébahis des gardes en fonction.

- Le château d’Hyrule est toujours représenté dans un style médiéval. Il intègre généralement un parc et une petite ville autours de lui. C’est la demeure officielle de Daphnes Nohansen Hyrule, roi du patelin, et de Zelda. Enfin, dans les épisodes qui se passe à Hyrule, tout du moins.#row_end- Pourquoi vous parlez d’épisode ? fit Gonzabur en n’osant regarder en bas.
- Vous ne pouvez pas comprendre. Regardez en bas, c’est la Place du marché. Beaucoup disent qu’elle fut inaugurée dans Ocarina Of Time, mais c’est totalement faux. Elle apparait déjà dans The Minish Cap, qui est je le rappelle, le deuxième opus de la série chronologiquement parlant. Juste derrière Skyward Sword. Contemplez les étals débordants de mille-et-une babioles, admirez le monde qui se presse autours des vendeurs pour dépenser le moindre rubis en potion rouge, bleue, et en noix Mojo. Le Marché d’Hyrule draine constamment une foule conséquente. Si vous venez la nuit, vous verrez même une horde de chiens vagabonds errer. Je crois même qu’une grosse dame aimerait bien retrouver son Kiki. »

Gonzabur haussa les épaules de dépit. Il ignorait ce qu’était un « Ocarina Of Time », « un Minish Cap » ni même un « Skyward Sword » mais il s’en fichait. Malgré son vertige, la vue plongeante depuis le nuage lui permettait d’apprécier le paysage.



La lumière des chandelles se reflétait sur la chope que tenait Gonzabur. Zephos et lui avaient commandé un verre de Lait à l’unique taverne d’Hyrule et ils sirotaient leur breuvage avec délectation. Le touriste souriait d’un air benêt qui fit rire Zephos.

« La visite vous plait ?
— Pas mal, répondit Trottemollet. J’ai apprécié le vendeur qui m’a loué le masque de Lapin. Il fait courir plus vite et j’étais à deux doigts de battre un marathonien. Et ce lait du Ranch Lonlon est un régal. Et puis cette foldingue qui collectionne les insectes, Machaon… jolie brin de fille mais un peu toquée, non ? Par contre, j’ai vue comme une espèce d’église vers l’Est. C’est quoi ?
— Haaaa ! soupira Zephos d’un air nostalgique. Faut vraiment que je vous montre ça »

Temples, trésors et Cocorico

« Le Temple du Temps ! fit le Dieu du Vents avec fierté. Le monument le plus important d’Hyrule, après le château. »

La voix de la Grenouille résonnait en écho dans l’immense salle. Gonzabur inspecta une colonne de pierre puis se dirigea vers un autel dressé au fond. Trois pierres précieuses lévitaient sur la dalle de pierre, comme par magie.

« Les pierres qui bloquaient la chambre sacrée, dit Zephos d’une voix tonnante. Le saphir Zora, l’Émeraude Kokiri et le Rubis Goron. Ils permettent d’ouvrir la porte sacrée au fond du sanctuaire qui abrite l’Epée de la Légende, Excalibur. A l’origine, le Temple du Temps abritait le passage qui menait au Saint Royaume, lieu où reposa la Triforce sacrée.
— Whaaa ! s’exclama Gonzabur. C’est vraiment un endroit historique.»

Les deux nouveaux compères quittèrent le Temple et marchèrent dans le parc calme et paisible qui l’entourait. Le gazouillement des oiseaux s’élevait dans les airs en un son mélodieux et limpide.

« Comme vous avez pu le voir, déclara Zephos, le Temple du Temps est un vestige d’Hyrule. On peut aussi le voir dans Twilight Princess, mais ce dernier est à l’état de ruine, oublié, où la nature a reprit son droit. C’est un symbole de la grandeur des Hyliens.
— Les Hyliens ? fit Gonzabur.
— La Race la plus présente en Hyrule. Ils ressemblent à des humains avec de longues oreilles. Partout où nous allons, nous pouvons être certains d’en croiser. Ils ont les oreilles plus grandes car la légende raconte qu’ils peuvent entendre la voix des Dieux. D’ailleurs, certaines affirment qu’ils sont d’essence divine. Ils ont construits Hyrule tel que nous le connaissons. »

La Grenouille mit ses doigts dans sa bouche et siffla. Une dizaine de secondes plus tard, le nuage arriva depuis le ciel et se posta devant elle.

« Je vais vous montrer un autre lieu récurent dans l’univers de Zelda. Allez, montez. »



Un Hylien salua de la tête Gonzabur et continua son chemin, intrigué par la grosse grenouille qui accompagnait le touriste. Trottemollet inspira un grand bol d’air et sourit d’un air satisfait. Devant lui s’étendait un petit village peuplé d’une poignée d’habitants, et parsemé de maisons aux devantures charmantes.

« C’est mignon ici, s’enjoua Gonzabur. Par contre le nom du patelin est à coucher dehors.
#row_end— Un peu de respect avec le Village Cocorico, ou Kakariko en japonais ! C’est l’emblème même de la civilisation Hylienne en terre d’Hyrule. Il est présent dans beaucoup d’épisodes, A Link To The Past, Ocarina Of Time, Four Sword et Twilight Princess.— En tout cas, on se sent en sécurité ici. Il doit pas s’y passer grand-chose…
— Ca c’est que vous croyez ! Alors en effet, au premier coup d’œil, Cocorico ressemble à un petit village paisible, lieu de repos pour les héros. Des magasins, une taverne, des habitations coquette, un petit moulin en haut d’une butte… mais l’aventurier téméraire et curieux remarquera le cimetière à l’orée de Cocorico. Il renferme ni plus ni moins que le Temple de l’Ombre.
— La classe ! siffla le Touriste.
— Et c’est pas tout, continua Zephos. L’unique puits de l’endroit contient également un petit donjon dans lequel un artefact magique repose, le Monocle de Vérité. Et puis, dans A Link To The Past, les tréfonds souterrains du village contiennent un repaire de bandit. Dans Twilight Princess, le village est presque abandonné. Les amateurs de westerns apprécieront les couleurs orangés des lieux, bien loin des tons verts et apaisants des autres opus. »

Zephos s’éloigna de Gonzabur d’un pas léger et entra dans une boutique. Le Touriste, soudainement pris de panique, courut le rejoindre.

« Attendez-moi ! Ne me laisser pas tout seul. »

Il franchit la porte de l’échoppe et trébucha sur une marche en bois. Trottemollet s’étala de tout son long face au sol, sous les regards amusés du propriétaire et du Dieu du Vent.

« Alors ? ricana Zephos. On voit toujours Cocorico comme un petit village paisible ?
— Plus tellement, avoua le Touriste. »

Zephos donna quelques Rubis au marchand qui lui offrit en retours une Tunique de lin rouge. La grenouille lança le vêtement à Gonzabur qui le reçut sur la tête.

« Mettez ça ! ordonna la Grenouille. Ça va vous protéger de la chaleur.
— Pourquoi ? questionna Trottemollet en enfilant la Tunique.
— Là où on va, il fait une chaleur torride. »



Rencontre avec les Gorons, les Zoras et les Gerudos

De grosses goutes de sueurs perlaient sur me front de Gonzabur qui suffoquait, malgré sa Tunique. Les deux voyageurs étaient arrivés en haut d’une gigantesque montagne à l’extrémité incurvée. Le nuage les avait déposés sur un parapet qui bordait un lac de lave.

« C’est un volcan ? demanda Gonzabur.
— Pas vraiment, répondit Zephos. Nous sommes sur la Montagne de la Mort, que certains appellent également Mont du Péril. C’est en ces lieux que poussent les choux-péteurs, des légumes aux propriétés explosives. En principe, des souterrains parcourent les entrailles de la montagne comme dans un gruyère. Il y a généralement un donjon ou un temple basé sur le thème du feu. »

Trottemollet hochait la tête tout en écoutant la Grenouille lorsqu’un bruit sourd retentit derrière lui. Le Touriste sursauta et fit un pas en arrière, manquant de justesse de tomber dans la lave. Lorsqu’il fit demi-tour, une grosse bête jaune à l’allure affable se tenait devant lui. Effrayé par cette soudaine apparition, Gonzabur tressaillit et cette fois ses pieds plongèrent dans le vide. Il chuta d’un mètre lorsque la main de la créature l’attrapa de justesse et le hissa sur le rebord. Le Touriste se laissa choir au sol et reprit son souffle.

«  Mer… merci, haleta-t-il, quoi que vous soyez… »

L’étrange bestiole lui sourit en lui tapotant le dos. Zephos en profita pour faire les présentations.

« Monsieur Gonzabur, voici un Goron.
— Enchanté, dit poliment Trottemollet. Et merci de m’avoir sauvé. »

Le Goron grogna de satisfaction, se mit en boule et roula jusqu’à un pont qui menait à une caverne.

« C’est mignon ces trucs, dit Gonzabur.
— En effet, confirma Zephos, les Gorons sont des créatures extrêmement gentilles qui peuplent les montagnes d’Hyrule. Ils adorent manger des pierres et danser. C’est un peuple paisible qui extrait la roche et qui vit en autarcie. Ils ont une certaine méfiance envers les étrangers, mais si vous prouvez votre valeur, vous deviendrez leur meilleur ami. Dans Wind Waker, les Gorons sont une espèce en voie de disparition, on en croise une petite poignée sur des îlots pais c’est tout. »



Zephos offrit un mouchoir en soie à Gonzabur qui se moucha en reniflant. Le touriste tremblait de tous ses membres et grelotait.

« A vos souhaits ! dit la Grenouille.
— Berci ! articula le touriste enrhumé. Bourquoi est-ce qu’il fait si froid ?
— C’est le domaine des Zoras ici. Ça caille. »

Ils étaient entrés dans une caverne recouverte de glace. Le lac qui s’étendait en dessous du parapet où ils se tenaient avait gelé et des statues humanoïdes étaient posées sur les rebords de l’eau glacée.

« Mais comment ils font bour vivre ici ?
— Une malédiction rôde en ses lieux ! dit Zephos d’une voix mystérieuse.
— Vous dites ça bour me faire beur ? fit Gonzabur, effrayé.
— Dans Ocarina Of Time, le Héros du Temps a sauvé le peuple Zora. Ganondorf avait gelé leur habitat et ses occupants. Pourtant, une fois que Link eut sauvé les Zora, le domaine resta ainsi. C’est l’un des plus grands mystères du jeu : pourquoi le domaine est toujours gelé ? Les experts se perdent en conjoncture. Mais je suis idiot de vous montré les lieux ainsi, on va faire un petit voyage dans le temps. »#row_endZephos claqua des doigts et la glace fondit en un clin d’œil. Les statue se changèrent en être vivant, entre l’homme et le poisson, et se mirent à bouger. Certains plongèrent dans le lac alors que d’autres restèrent sur le bord pour discuter entre eux.

« Nous voila sept ans en arrière, dit Zephos. Les Zoras vivent dans l’eau. Ils habitent généralement près d’une cascade où au bord du Lac Hylia, le lac le plus célèbre dans Zelda. Au début, ces créatures n’avaient pas la forme que vous pouvez voir aujourd’hui, ils ressemblaient plus à des monstres. Link devait s’en approcher pour récupérer les Palmes et pouvoir ainsi nager. Mais depuis Ocarina Of Time, les Zoras sont devenus plus humains, même s’ils peuvent vivre sous l’eau. Tout comme les Gorons, le peuple Zora est dirigé par une monarchie et ces créatures sont devenues au fils du temps pacifiques et paisibles. »



« Au secours ! hurlait Gonzabur à tue-tête. »

Il était attaché par les poignets à une corde reliée à un cheval au galop. La cavalière était une très belle femme aux vêtements orientaux. Cela faisait deux minutes que le Touriste était capturé et qu’il était trainer autour de la grande forteresse de pierre. Sa Tunique rouge s’élimait de plus en plus et ses coudes étaient écorchés.

« Silence, chien ! Ordonna la mercenaire en tournant la tête vers le captif. »

Soudain, Zephos apparut sur son nuage volant et s’approcha de la monture. En arrivant à hauteur de la cavaliere, il lui décocha un coup de poing et cette dernière tomba du cheval. La Grenouille stoppa l’animal, s’assura que l’ennemi était bien évanoui et délivra Gonzabur.

« On peut pas vous laisser deux minutes sans qu’il vous arrive quelque chose ! sermonna Zephos.
— Je comprends pas, geignit le Touriste. J’étais en train de faire une petite commission quand un lasso est apparu entre les mains.
— Vous avez faillit devenir un prisonnier Gerudo.
— C’est quoi un Gerudo ?
— UNE Gerudo, corrigea Zephos. Les Gerudos sont un peuple de fieres voleuses vivant dans une forteresse. La communauté est composée uniquement de femmes, et je dois avouer que j’ignore du coup totalement leurs méthodes de reproduction.
— Ha ben si elles sont toutes aussi belles que celle-ci, rougit Gonzabur, je veux bien me dévouer.
— Mouais, je ne suis pas sur qu’elles vous laisseront approcher. Un Gerudo mâle nait tous les cent ans, et il en devient le Maître. Le dernier homme connu s’appelle Ganondorf.
— Ganondorf est un Gerudo !? s’exclama Gonzabur.
— Exactement ! affirma Zephos en regardant autour de lui. Par contre mon ami, on ne va pas trainer dans le coin, ça va grouiller de guerrières d’ici peu. »

Pris de panique, le Touriste sauta sur le nuage et Zephos décolla. En quittant la Forteresse de pierre, il passa sous le panneau d’entrée à vive allure et entendit un bruit sourd.

« Et mince ! grommela le Dieu du Vent. »

Il avait omit que Trottemollet était plus grand que lui, et donc que sa tête pouvait éventuellement cogner le panneau.



Rencontre avec le roi d'Hyrule

Lorsque Gonzabur se réveilla, il fut pris de vertige. Une soudaine envie de régurgiter l’envahit. Il ouvrit les yeux et compris avec panique qu’il voguait sur un océan dans une barque rouge à tête de lion.

« Je suis où maintenant ? se demanda-t-il en se frottant le front. »

A sa grande surprise, la tête de lion se tournait vers lui et lui répondit.

« Vous êtes à Hyrule mon jeune ami ! »

Le Touriste se pinça le gras du biceps pour être certain de ne pas être encore endormis. Une fois convaincu de son réveil, il haussa les épaules en signe de résignation. Il chercha du coin de l’œil Zephos mais ce dernier avait disparu.

« Un bateau qui parle maintenant, soupira-t-il, au point où j’en suis. A qui ai-je l’honneur ?
— Je suis le Lion Rouge, fit la barque d’une voix sourde, mais mon vrai nom est Daphnes Nohansen Hyrule. Zephos m’a demandé de vous parler du futur d’Hyrule.
— Vous êtes le Roi d’Hyrule ? ricana Trottemollet. Mais bien sur. Et moi je suis la princesse Zelda.
— J’ai abandonné mon titre et ma forme humaine pour le bien de mon Royaume. Levez-vous et regardez ce qu’il reste d’Hyrule. »

Obéissant, le Touriste se dressa et scruta autours de lui. Tout n’était que mer, eau, parsemé parfois par de petits ilots de terre.



« Qu’est ce qu’il s’est passé ? questionna Gonzabur effaré.
— Mon Royaume est sous l’océan, perdu à jamais. Cette fois-ci, le Héros du Temps est arrivé trop tard. Heureusement, son descendant va bientôt apparaitre et il rebâtira un nouveau Hyrule. Malgré ses couleurs chatoyantes, Wind Waker est l’épisode le plus dramatique de la série. »

Une larme à l’œil, Gonzabur s’allongea sur la barque et admira le ciel. Le Lion Rouge navigua une dizaine de minutes et sa coque heurta un récif.#row_end« Regardez mon jeune ami, dit le Roi, nous sommes sur l’île aux Forêts. »

Le Touriste quitta la barque et foula le sol. En levant la tête, il vit que la végétation était abondante et colorée. Au loin, le bruit cristallin d’une cascade berçait les lieux. Tout à coup, un petit être quitta un fourré et s’approcha du Touriste. La créature semblait faite de bois et portait une feuille Mojo en guise de visage, comme un masque.

« Bonjour toi, dit poliment Gonzabur. »

L’apparition prit ses jambes à son coup, apeuré par la voix de Trottemollet. Vexé, ce dernier se tourna vers le Lion Rouge qui s’esclaffait.

« C’est un Korogus, dit le Roi. Ce sont les enfants de l’Arbre Mojo qui ont pour mission de planter d’autres arbres sur les îles. La légende voudrait qu’ils soient les descendants des Kokiris. »

Soudain, un bruissement d’aile retentit et une créature mi-homme mi-oiseau descendit du ciel et atterrit devant Gonzabur. Sa tenue faisant étrangement penser à celle d’un postier.

« J’ai une lettre pour un certain Gonzabur Trottemollet, dit l’apparition sur un ton neutre de fonctionnaire. C’est vous ? »

Écarquillant les yeux, le Touriste bredouilla quelque chose d’inaudible et se tourna vers la barque, intrigué.

« C’est un Piaf, fit le Lion Rouge. La traduction est plutôt mal choisie mais c’est comme ça. Ils vivent sur l’île du Dragon et font office de facteurs des mers. Ce sont les descendants des Zoras, comme quoi la théorie de l’évolution… »

Le Piaf commençait à s’impatienter. Il fouilla dans sa besace et sortit une lettre qu’il offrit à Gonzabur.

« Une Tunique Rouge, des tongs et un air benêt. C’est surement vous. »

Le facteur déploya ses ailes et prit son envol. Lorsqu’il ne fut plus qu’un point noir dans le ciel, Gonzabur ouvrit la lettre et lu à haute voix :

« Mon cher Gonzabur. Comment trouvez-vous cette version apocalyptique d’Hyrule ? Ne vous en faites pas, il existe une autre dimension où le Royaume n’est pas enfouit sous les eaux. Lorsque Link fut ramené par Zelda dans le passé (à la fin d’Ocarina Of Time), le temps se courba en univers parallèle. Si vous avalez la pilule ci-jointe, vous reviendrez dans l’autre Hyrule, celui où le Héros du Temps n’est pas arrivé trop tard. Amicalement, signé Zephos. »



# FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE. RETROUVEZ LA SUITE ET LA FIN DES AVENTURES DE GONZABUR DANS LE ROYAUME D'HYRULE DANS LE COURANT DE LA SEMAINE PROCHAINE !
Chapitre suivant
Chapitre précédent
Afficher / Masquer les commentaires
0 commentaire(s)
COMMENTAIRES

 
Plan du site | Nous contacter | © Nintendo-Difference 2016